mis à jour le

Le prédicateur Abdelfettah Hamadache lors d'une manifestation à Alger, 4 juin 2010 / REUTERS
Le prédicateur Abdelfettah Hamadache lors d'une manifestation à Alger, 4 juin 2010 / REUTERS

Les salafistes algériens en campagne électorale

Le parti salafiste algérien n'exclut pas de présenter un candidat pour la présidentielle de 2014.

L’Algérie pourrait-elle avoir un président salafiste? Abdelfettah Hamadache, chef du parti du Front de la sahwa islamique, qui se réclame d’influence salafiste, a annoncé sa possible candidature à l’élection présidentielle prévue pour 2014, rapporte Algérie Focus.

Dans un entretien accordé à al-Jazeera le 23 août, Abdelfettah Hamadache a évoqué quelques axes de son programme. Il voudrait notamment créer une «police islamique» qui serait chargée de veiller sur «la conformité des comportements algériens par rapport aux préceptes de l’islam». Cette annonce pourrait séduire une frange de plus en plus importante de l’électorat algérien influencée par le mouvement salafiste.

Mais la route est longue jusqu’au scrutin. Le ministère de l’Intérieur n’a pas encore agréé le parti d’Abdelfettah Hamadache. Même si celui-ci décidait de se présenter en tant que candidat indépendant, il lui faudra l’aval du Conseil constitutionnel, rappelle Algérie Focus. Le site détaille la procédure électorale: sa candidature devra être soutenue par le parrainage de 600 élus ou 60.000 citoyens issus de 25 wilayas différentes (et au moins 1.500 signatures par wilaya).

Les autres partis islamistes ne voient d’ailleurs pas d’un bon œil la présence d’un salafiste dans les prétendants à la présidence, précise l’article. Pour Ahmed Merani, l’un des fondateurs du Front islamique du salut (FIS), les salafistes doivent se consacrer à l’aspect religieux plus que politique et «s’affairer à la seule prédication dans le but de guider les gens dans le droit chemin et réformer la société», relaye Algérie Focus.

Lu sur Algérie Focus

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

salafistes

AFP

Au Maroc, le come-back des salafistes

Au Maroc, le come-back des salafistes

AFP

Soutenir Sissi pour survivre, le pari difficile de salafistes égyptiens

Soutenir Sissi pour survivre, le pari difficile de salafistes égyptiens

AFP

Maroc: une grâce de détenus salafistes en butte aux craintes sécuritaires

Maroc: une grâce de détenus salafistes en butte aux craintes sécuritaires

islamistes

AFP

Maroc: les islamistes remportent les législatives

Maroc: les islamistes remportent les législatives

AFP

Nigéria: face

Nigéria: face

AFP

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

élection présidentielle

Une année d'élections

La «révolution des smartphones» n'a pas encore vaincu la fraude électorale en Afrique

La «révolution des smartphones» n'a pas encore vaincu la fraude électorale en Afrique

Liberté d'expression

En Côte d'Ivoire, l'élection présidentielle est-elle vraiment démocratique?

En Côte d'Ivoire, l'élection présidentielle est-elle vraiment démocratique?

Election présidentielle

Dans la banlieue de Conakry en Guinée, on vote dans un bus à l'abandon

Dans la banlieue de Conakry en Guinée, on vote dans un bus à l'abandon