mis à jour le

Manifestation contre le gouvernement Ennahda, 31 août 2013, Tunis. REUTERS/Anis Mili(
Manifestation contre le gouvernement Ennahda, 31 août 2013, Tunis. REUTERS/Anis Mili(

En Tunisie, consulter un psy n'est plus tabou

C'est le signe d'une société gagnée par la déprime mais aussi la preuve que la parole se libère.

On dit souvent que les «révolutions arabes» ont fait tomber le mur de la peur. Dans la rue, tous osent parler, manifester, exprimer leur mécontentement et leur revendication. Ce qui n'était pas envisageable sous la présidence de Ben Ali en Tunisie ou d'Hosni Moubarak en Egypte. La libération de la parole se traduit même dans les esprits, à l'échelle des individus.

Acculés par une lancinante crise économique, les Tunisiens sont fatigués d'attendre les fruits d'une révolution menée il y a plus de deux ans. Le printemps arabe «aura surtout permis l'éclosion de la dépression et les Tunisiens vont de plus en plus chez le psychiatre», observe le correspondant de France Inter en Tunisie. Dans un reportage intitulé «le printemps arabe fait tomber le tabou des psys», il dresse le portrait d'un pays gagné par la déprime.

L'hôpital psychiatrique de Razi, le seul établissement de ce genre dans le pays, accueille de plus en plus de patients. Chiffres à l'appui, la psychiatre Anyssa Bouasker note que ses effectifs ont augmenté: cela s'explique notamment par le stress lié à la crise économique. Si cette augmentation  est regrettable, elle manifeste également une libération de la parole à l'échelle intime. D'après la psychiatre, un tabou est tombé:

«En 2010, nous avons fait 110.000 actes de consultations; en 2011, 130.000 ; et en 2012, 147.000.»

Entendu sur France Inter

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Au Kenya, des élèves bloquent les rues avec leurs bureaux et leurs chaises  Ebola est réapparu au Congo où le virus a causé la mort d'au moins une personne  Le Premier ministre algérien invite les femmes à battre leurs maris s'ils ne veulent pas voter 

psychologie

Psychologie

L'Algérien n'est pas agressif par nature, il l'est devenu

L'Algérien n'est pas agressif par nature, il l'est devenu

Tunisie

Ben Ali, le dictateur «bac -3»

Ben Ali, le dictateur «bac -3»

Libye

Comment les enfants de Benghazi vivent la guerre

Comment les enfants de Benghazi vivent la guerre

Tunisie

AFP

La Tunisie va demander l'inscription de Djerba au patrimoine de l'Unesco

La Tunisie va demander l'inscription de Djerba au patrimoine de l'Unesco

AFP

La marine s'active au large de la Tunisie

La marine s'active au large de la Tunisie

AFP

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants