mis à jour le

Mon ami

Bonjour, les amis ! Vous me croyez déjà mort ? Eh ben non, comme a dit un jour un de mes semblables : « Je ne suis pas encore mort ». Histoire de penser comme certains que les chiens ont la peau dure, ou que tout n'est pas encore permis, tant que je suis encore là. Autrement dit, case-toi et attends que les vieux du quartier décèdent !

Aujourd'hui, j'ai vraiment envie de vous présenter un de mes amis récents. je n'ai jamais vu sa figure et je ne sais d'ailleurs pas s'il en a ; je sais seulement qu'il a une barbe, comme son nom l'indique. D'ailleurs je ne sais pas non plus si le nom qu'il se donne est bien son nom ni s'il en a un vrai nom. Bon ! Pour tout dire, il a une barbe pour tout visage et un sobriquet, si vous préférez, pour le définir : Ya7iya Boule7ia.

Quelle sorte de barbe ? Alors là, vous avez manifestement une idée tordue derrière la tête ! Moi je ne cherche pas derrière ces questions sournoises et à la fin, pour moi, qu'elle soit de Marx ou de Lénine, de Trotsky ou de Castro, de Khomeïny ou de Wajdi Ghnim qui, paraît-il, a tellement eu la nostalgie de l'au-delà qu'il a pressé un jeune Syrien de l'y conduire à la va-vite, pour moi donc, une barbe est une barbe et elle ne signifie pas grand-chose, sauf quand elle commence à tremper dans ma sauce. Alors là je deviens pogonophobe (c'est-à-dire « ayant la phobie des barbes, comme vous, vous avez la phobie des mots rébarbatifs : pogonophobie, par exemple !) et je crie, comme un prétendu philosophe : « Si la barbe est un signe de sagesse, alors la chèvre est un prophète ».

Peste alors, je perds la piste de ma pensée, déjà qu'elle est étroite dans une forêt touffue, comme celle de mon pays en pleine forêt politique. Ah oui, mon ami Ya7iya Boule7ia ? Vous voulez le connaître ? Si le patron de ce site m'y autorise je lui ferai un peu de publicité en glissant son adresse face book, alors que normalement, on devrait le payer pour son ingéniosité, lui qui, chaque jour que Dieu fait, nous concocte une caricature pour nous marrer. Je vous en glisse une avec cet article pour le cas où mon ami Yahiya Boulahia intenterait un procès à mon patron pour revendiquer ses droits d'auteur. Ce que le Neveu de Rameau, dans l'½uvre de Diderot, appelle « la restitution », c'est-à-dire « prendre chez les riches pour donner aux pauvres » ! Noble tâche, n'est-ce pas ? Avec ça, on légitimerait tous les vols aussi : ça peut donner naissance à un autre modèle de société, pendant que nous y sommes !

( De vous à moi, je vous glisse illico presto le lien promis, histoire de mettre mon patron à l'épreuve  )

Ah, oui ! Mon ami Ya7iya Boule7ia ? C'est simple, voici comment il se fait identifier lui-même : c'est vraiment plus simple pour moi, sinon je ne trouverai sûrement pas la façon adéquate de le définir ! J'écris toujours à côté et je parler de travers, qu'est-ce que voulez : chacun est fait comme il est.

Alors Ya7iya Boule7ia est « né le 29 juin 1992. Il est vendeur à la sauvette en face d'une mosquée. C'est un érudit du quartier et un imam à temps perdu. Pour avoir lu un livre de propagande et d'avoir regardé toutes les émissions de la chaîne saoudienne « Ikraa », il s'est octroyé le droit de Haram et de Halal sur tout ce qui l'entoure. Ya7iya est persuadé qu'il libèrera la Palestine de ses mains et qu'un jour il ira au paradis rejoindre ses 70 hourias. » (Ainsi est Boule7ia, dixit Ya7iya).

En attendant, il pond tous les jours une caricature, sa « Fatwa du jour », dont la dernière, celle d'aujourd'hui lundi 2 septembre, semble aussi dérisoire que peut-être prémonitoire. Regardez par vous-même et méditez, en vous méfiant des mots apparemment dérisoires. Quoi ? Vous ne trouvez pas la caricature ? Mais à quoi vous sert donc le lien glissé dans l'article ?!

Par Ahmed Gacem Le 2 septembre 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes