mis à jour le

Erreur de casting

Au lendemain de son faux-bond au stade Demba Diop où il était annoncé pour rehausser de sa présence la finale de la coupe du Sénégal de football devant opposer le Jaraaf au Casa Sport, le Président Macky Sall a surpris tout son monde à travers ce limogeage dominical du Premier ministre.
En effet, plus que le départ de Monsieur Abdoul Mbaye, qui était dans l'ordre normal des choses, pas plus que la nomination de Mimi Touré à la Primature qui était aussi attendue, c'est plutôt la décision intervenue UN DIMANCHE qui est déroutante.

Nous prédisions déjà, dans une précédente contribution, que les pronostics d'avant-remaniement ministériel donnaient Mimi Touré pour « premier ministrable ».
Aujourd'hui que les prédictions se sont avérées exactes, nous avons tout de même de sérieuses réserves sur les chances de Mimi Touré de faire un long bail à la Primature.
Deuxième femme, après Mame Madior Boye, à occuper le poste de Premier ministre au Sénégal, les similitudes entre Mimi Touré et l'ex-magistrate ne s'arrêtent pas là.
Car, tout comme Mame Madior Boye, Mimi Touré a elle aussi quitté le ministère de la justice pour atterrir à la Primature.

Le profil du nouveau chef du gouvernement a comme dominante son caractère très belliqueux qui prend malheureusement le pas sur beaucoup d'autres qualités intrinsèques dont elle peut se prévaloir.
Son caractère trempé et trop rigide qui rend heurtés et exécrables ses rapports avec ses vis-à-vis, n'augure pas de lendemains sereins et pacifiques aussi bien dans le prochain gouvernement que dans le landerneau politique sénégalais.

Tous ses faits d'armes et ses états de service achèvent de convaincre les observateurs avertis et attentifs de la situation politique du pays que Mimi Touré est la personne la moins indiquée pour trôner à la tête du gouvernement de la République du Sénégal.

Imbue d'elle-même, trop suffisante et très prompte à se braquer et à freiner des quatre fers à la moindre contrariété, on voit mal Mimi Touré payer de sa personne en servant de fusible au chef de l'Etat, jouer habilement le rôle de chef d'orchestre pour l'attelage gouvernemental, agir avec souplesse et tact dans la gestion des dossiers dits chauds de l'Etat.

« Femme à poigne », Mimi Touré est décrite par La Lettre du Continent, dans sa livraison n°658 du 1er mai 2013, comme « la tête chercheuse de l'opération mains propres actuellement en cours au Sénégal ».

Dans un article intitulé : « Qui arrêtera Aminata Touré ? », La Lettre du Continent a passé en revue tous les grands dossiers qu'elle a eu à gérer depuis son arrivée à la tête du Département de la Justice: "Comme premier trophée, elle vient d'obtenir la tête de Karim Wade. Le 17 avril [2013], l'ancien ministre et fils d'Abdoulaye Wade a été emmené dans sa cellule nº42 de 8 mètres carrés de la maison d'arrêt de Rebeuss, au terme de plusieurs mois d'enquête ayant débouché sur son inculpation pour enrichissement illicite."

L'article est bouclé par le rappel de deux autres dossiers qui ont connu la forte empreinte de Mimi Touré : "Parallèlement au dossier des Biens mal acquis, Aminata
Touré a accéléré la procédure de jugement de l'ancien président tchadien réfugié au Sénégal, Hissène Habré. "

Last but not least, elle a également fait arrêter le Cheikh Béthio Thioune, un dignitaire mouride revendiquant plus d'un million de talibés (disciples), aujourd'hui inculpé pour complicité de meurtre.
Mieux, a tenu à préciser l'auteur de l'article : « Pour montrer sa détermination à lutter contre l'impunité dans le pays, Madame Aminata Touré est prête à faire enfermer jusqu'à son ex-mari avec lequel elle a eu une fille."

Oumar Sarr et Mimi Touré ont, en effet, été mari et femme du temps où tous deux, filant le parfait amour et nourrissant une complicité intellectuelle, militaient à And Jëf de Landing Savané.
De cette union est née une fille, Dior Salla Sarr, une tête bien faîte, diplômée de l'Ecole de Santé publique de Yale University, révélée au grand public à l'annonce de la prouesse remarquable qu'elle a réussie à travers son exploit de faire partie de la promotion 2013 de cette prestigieuse Université américaine qui a bâti sa notoriété du fait de son prestige. En effet, presque tous les Chef d'Etat US sont passés dans cette grande Université.

A propos justement de la situation matrimoniale de Mimi Touré, elle pose un sérieux problème au regard de la sociologie sénégalaise qui attache une importance particulière à la « jigeen ju am boroom kër » ou à la « jigeen ju am kilifa ».

Cet auditeur qui avait intervenu dans une émission interactive d'une radio privée de la place ne disait pas autre chose quand il s'interrogeait sur l'autorité réelle dont pourrait se prévaloir une femme divorcée et qui n'a donc pas pu garder son mari.

Ex-trotskyste, Mimi Touré est connue pour être coutumière des déclarations intempestives, à bride abattue, à l'emporte pièce et sans retenue. Ce qui lui joue parfois de très mauvais tours, avec un effet boomerang, comme cela a été récemment le cas avec la médiation pénale qu'elle avait rejetée sans ménagement, dans un premier temps, avant de finir par s'y résoudre la mort dans l'âme, dans l'affaire Tahibou Ndiaye, ex-DG du Cadastre.

Dans la traque des biens supposés mal acquis, Mimi Touré, outrepassant ses prérogatives de ministre de la justice, et violant délibérément le secret de l'enquête a, dans ses mémorables embardées, eu à faire des « révélations » fracassantes du genre: « Ces gens [les pontes du PDS] sont plus riches que le budget du Sénégal ».

Des expressions comme « Gokhi ou la prison » (Dégueuler [l'argent volé] ou aller en prison) que Mimi Touré a eu à utiliser à l'encontre des mis en cause, sont irrespectueuses, indignes d'une ministre de la République, attentatoires à la dignité humaine et assoient déjà, et a priori, la présomption de culpabilité des enquêtés.

Mauvaise perdante et manquant de fair play devant le premier verdict de la CEDEAO, dans son arrêt du 22 février 2013, défavorable à l'Etat du Sénégal, Mimi Touré a sorti cette phrase aussi malheureuse que maladroite : « Aucun règlement de la CEDEAO ne l'autorise à adresser des injonctions à l'Etat du Sénégal ».

Pourtant, lorsque le second verdict de la Cour de justice de la CEDEAO, rendu le 19 juillet 2013, satisfait l'Etat du Sénégal sur de nombreux points, Mimi Touré jubile cette fois-ci et trouve toutes les vertus du monde à l'institution sous-régionale.

« La décision rendue par la Cour de justice de la CEDEAO nous donne entière satisfaction et la détermination de lutter contre la délinquance financière et la mal gouvernance» a déclaré Mimi Touré lors d'une conférence de presse qu'elle s'est empressée de convoquer après l'énoncé du verdict.
Colporteuse occasionnelle de chèque prétendument retiré d'entreprises qui auraient transigé dans l'affaire de la traque des biens supposés mal acquis, Mimi Touré s'est fait remarquer dans une mise en scène grotesque en invitant les télés du monde pour remettre ledit chèque au ministre du Budget.
Devant le tollé général créé par cet impair, « Dame justice » a laissé entendre : « Si remettre un chèque d'un milliard au ministre du Budget est une faute, j'aimerais en faire autant que possible ».
Plus récemment, réfutant l'échec de la traque des biens supposés mal acquis, Mimi Touré a servi un sourire narquois à ses contempteurs et une réponse sibylline : « Rira bien qui rira le dernier ».
La propension légendaire de Mimi Touré à ouvrir plusieurs fronts ardents et à allumer des foyers de tension partout et toujours - à commencer par le ministère de la justice qu'elle vient de quitter et où elle a eu maille à partir avec l'Ums et le Sytjust - montrent en suffisance qu'avec cette « dame de fer » l'ambiance gouvernementale ne sera pas un long fleuve tranquille surtout si elle doit commander des ministres aussi fortes têtes qu'elle.

Pour toutes ces raisons et pour d'autres encore, nous avons des préjugés très défavorables quant à un éventuel succès de Mimi Touré dans ses nouvelles fonctions.
Le Chef de l'Etat gagnerait donc à recadrer et mieux canaliser l'activisme débordant et à tirer la bride à son infatigable collaboratrice pour en tirer la substantifique moelle.
Ce faisant, la station primatoriale serait, à la limite, une bonne planque pour la « dame de fer » ; mais à condition que Mimi Touré soit davantage plus mesurée, respectueuse des gens et moins arrogante.

Maintenant, le seul avantage qu'on a pu trouver à la soirée « bégué gouvernemental » animée par le ministre-chanteur Youssou Ndour au CICES, le 21 juin 2013, jour de la célébration de la « Fête de la Musique », c'est qu'elle nous a permis d'assister à un évènement : une Mimi Touré... tout sourire, presque... humaine et esquissant même des pas de danse.

Il est vrai que cette image paraît insolite, tant la « dame de fer », a priori, peu portée à la rigolade, nous a habitués avec son air sévère et sa voix de stentor qui tonne comme celle d'un...mâle.
D'ailleurs, le contraste est saisissant entre le doux et très affectueux sobriquet de « Mimi » qui lui est affublé et ses méthodes un tantinet rugueuses.

Si côté cour, la ministre n'en mène pas large, côté jardin, la femme a du répondant. Femme noire, vêtue de sa couleur qui est vie et qui foudroie en plein c½ur, Mimi Touré s'est imposé un masque qui cache mal sa belle et affriolante frimousse, sublimée par cette noirceur d'ébène que chante Léopold Sédar Senghor dans son poème «Femme noire », véritable hymne à la beauté naturelle africaine.
Nous n'allons donc pas jouer les Cassandre, mais nous resterons attentifs et vigilants à l'égard du nouveau Chef de gouvernement qui sera jugé sur pièces, en dernière instance.

Cela dit, il faut reconnaître, tout de même, que par ce remaniement ministériel, le Président Macky Sall a réussi un bon coup politique car, avec tout ce qui s'en suit (Formation du nouveau gouvernement, Passations de service, Déclaration politique générale du nouveau Premier ministre, etc.), il va s'écouler beaucoup de temps donnant ainsi au Chef de l'Etat un sursis et un bon bol d'air après les évènements fâcheux qu'il a traversés ces derniers temps et qui lui ont passablement pourri l'existence.

Pendant plusieurs semaines, ses adversaires politiques ainsi que la presse, qui ne l'ont guère ménagé, vont devoir se trouver une autre occupation, donnant ainsi du répit au Président Macky Sall qui pourra, dès lors, se refaire une nouvelle santé et préparer ainsi les batailles âpres à venir.
Peut-être que le Président Macky Sall pense également, en perspective de l'élection présidentielle de 2017, rééditer avec Mimi Touré sa propre performance de 2007 quand, alors Premier ministre et Directeur de campagne du Président-candidat Abdoulaye Wade, il avait réussi à faire réélire ce dernier dès le premier tour du scrutin.

Un poste de Directeur de campagne que Mimi Touré a déjà occupé à l'élection présidentielle de 1993, mais pour un Landing Savané, « candidat sans illusions », qui n'avait pas franchi la barre des 5% des suffrages des électeurs sénégalais.

Maintenant, la déclaration liminaire du tout nouveau Premier ministre n'est guère rassurante pour des Sénégalais qui devraient dès lors préparer l'oraison funèbre du Sénégal émergent qu'ils appelaient de tous leurs v½ux.

Sans doute consciente de son échec programmé, et faisant appel à l'indulgence des populations, le tout nouveau Premier ministre n'a rien trouvé de mieux à faire que de préparer déjà les esprits des Sénégalais à cette fatalité en reconnaissant que les gouvernements Abdoul Mbaye I et II dont elle était pourtant une des chevilles ouvrières, n'ont pas suffisamment communiqué sur la crise internationale considérée comme le bouc émissaire expliquant les piètres résultats obtenus jusqu'ici et même ceux qui vont arriver avec elle comme Chef du gouvernement.

C'est à croire que les Sénégalais sont frappés d'une malédiction qui fait que leurs différents dirigeants, quel que soit le régime en place, ont la fâcheuse manie de se payer leur tête. Et sans coup férir, de surcroît.

Mais, ne dit-on pas que les Peuples n'ont que les gouvernants qu'ils méritent ?

Pape SAMB
[email protected]


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

erreur

AFP

Affaire Borrel: des scellés détruits par erreur par la justice

Affaire Borrel: des scellés détruits par erreur par la justice

AFP

Egypte: 12 personnes dont deux Mexicains tués par erreur par les forces de sécurité

Egypte: 12 personnes dont deux Mexicains tués par erreur par les forces de sécurité

La rédaction

Revue de Presse. Mondial 2014 : “Ce serait une grave erreur de regarder jouer les Algériens devant leur public”

Revue de Presse. Mondial 2014 : “Ce serait une grave erreur de regarder jouer les Algériens devant leur public”

casting

Actualités

Lorie, Mike Tyson et Smain : le casting improbable d'Algerie pour toujours

Lorie, Mike Tyson et Smain : le casting improbable d'Algerie pour toujours

Nabil

Sénat : Les cadres du CDP ont-ils boudé le casting ?

Sénat : Les cadres du CDP ont-ils boudé le casting ?

Nicolas

FC Barcelone : l’énorme surprise Martino ! Une erreur de casting ?

FC Barcelone : l’énorme surprise Martino ! Une erreur de casting ?

primature

La Rédaction

Gouvernement : PASSAGE DE TEMOIN A LA PRIMATURE

Gouvernement : PASSAGE DE TEMOIN A LA PRIMATURE

D.Boye

[Audio] Me El Hadji Diouf crache sur la nomination de Aminata Touré

[Audio] Me El Hadji Diouf crache sur la nomination de Aminata Touré

D.Boye

[Audio] Réaction d'Aliou Sow après la nomination de Aminata Touré

[Audio] Réaction d'Aliou Sow après la nomination de Aminata Touré