mis à jour le

Nelson Mandela

L’ancien président Nelson Mandela est-il rentré chez lui pour y mourir en paix, à 95 ans? Personne ne le sait en Afrique du Sud, mais les médias et l’opinion se réjouissaient lundi de le voir retrouver un lieu familier après des mois d’hospitalisation.

L’annonce de sa sortie de clinique dimanche faisait bien sûr la Une, mais à l’exception du quotidien The New Age proche du pouvoir, criant victoire sous le titre « Joie dans le monde pour Mandela », l’information a été accueillie avec sobriété voire gravité.

Les commentateurs locaux s’abstenaient toutefois de spéculer pour savoir comment interpréter ce retour à la maison, et aucun ne s’est demandé s’il fallait y voir l’approche de la fin, même si la possibilité de sa mort est dans tous les esprits depuis plusieurs semaines.

« Qu’on en finisse avec l’exploitation de Mandela – laissez le vieil homme en paix », a prié l’éditorialiste du Times, visant par là moins la curiosité des médias, que la confusion créée par la mésentente entre ses héritiers et le flou savamment entretenu par la présidence, accusée de jouer sur les mots ou d’entretenir le mystère au lieu de délivrer de vrais bulletins de santé.

« Il faut espérer qu’à la maison, il sera capable de passer ses derniers jours entourés par sa famille et les gens qu’il aime sans toutes ces querelles indignes caractérisant ceux qui se targuent de perpétuer au mieux son héritage –mais c’est peut-être trop demander », écrivait le Times.

Pour essayer de deviner l’avenir, « il faut tout d’abord prendre en compte son âge et son état de santé avant l’hospitalisation », a expliqué à l’AFP un médecin sud-africain, sous couvert de l’anonymat: « je suppose qu’il va être sous assistance respiratoire pour un certain temps, compte tenu de ses problèmes pulmonaires ».

Une guérison s’annonce commme « un processus difficile, il y a beaucoup de facteurs qui s’accumulent contre lui », a aussi estimé Dr Elvis Irusen, chef du département de pneumologie de l’université de Stellenbosch, soulignant que l’usage de l’assistance respiratoire rend les patients plus facilement sujets aux infections.

 AFP

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Mandela

AFP

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

AFP

Un agent de la CIA affirme avoir contribué

Un agent de la CIA affirme avoir contribué