mis à jour le

Mali: une ONG demande de l'aide pour les victimes des inondations

La Croix-Rouge malienne a demandé dimanche "l'appui de tous" pour venir en aide aux victimes des inondations qui ont fait le 28 août plus de 30 morts et des milliers de sans-abri à Bamako.

"Le soutien de tous les partenaires est sollicité" pour les sinistrés des inondations, qui ont été provisoirement installés "en majorité dans des écoles" et qui ont "des besoins alimentaires, de logement, sanitaires", a affirmé à l'AFP le secrétaire général de la Croix-Rouge malienne, Mamadou Traoré, évoquant notamment "la prévention du choléra et du paludisme".

Il faudrait aussi organiser "la réunification des familles dont les membres ont été dispersés, et reconstituer leurs biens", ce qui nécessite "l'appui de tous", a ajouté M. Traoré.

Depuis les inondations dues à des pluies torrentielles le 28 août, la Croix-Rouge a distribué aux sinistrés "1.200 couvertures, 600 draps, 600 moustiquaires, 160 kits de cuisine", entre autres articles d'urgence, et mis à leur disposition des tentes, a-t-il indiqué.

Selon lui, sur les six communes que compte Bamako, deux ont été touchées par les inondations, et ces zones comprennent "quatre quartiers fortement affectées".

D'après des sources concordantes à Bamako, les zones touchées sont généralement situées dans de vieux quartiers marécageux où les habitations sont pour la plupart en banco (terre séchée) ou dans des lits de cours d'eau, comme Banconi (est), Lafiabougou et Taliko (ouest).

Construite dans une cuvette entourée de collines, la ville (plus de 2,5 millions d'habitants) est située sur les rives du fleuve Niger et comprend de nombreuses zones marécageuses conquises à la faveur de l'urbanisation.

Les eaux de pluies, qui avaient atteint des niveaux élevés, se sont déversées dans le fleuve Niger ou ses affluents, selon un correspondant de l'AFP dimanche. Elles ont laissé derrière elles ruine et désolation, balayant des maisons et des véhicules.

Jusqu'à dimanche, la situation des sinistrés alimentait les discussions informelles : certains accusaient les responsables municipaux de spéculation foncière, d'autres mettaient en cause les habitants des zones inondables.

Vendredi, le Bureau de la coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) avait fait état de 34 morts, "de nombreux blessés", "des centaines de maisons" détruites et "des milliers de personnes" sans abri en raison des inondations.

AFP

Ses derniers articles: La guerre du Biafra: une page douloureuse de l'histoire du Nigeria  Cinquantenaire de la guerre du Biafra entre frustration et espoir  Libération d'un Français enlevé début mars en RD Congo 

ONG

AFP

Ouganda/violences: des ONG dénoncent l'inaction des autorités

Ouganda/violences: des ONG dénoncent l'inaction des autorités

AFP

Famine au Soudan du Sud: les ONG redoutent une catastrophe

Famine au Soudan du Sud: les ONG redoutent une catastrophe

AFP

Tunisie: des ONG inquiètes d'un recul de la liberté de la presse

Tunisie: des ONG inquiètes d'un recul de la liberté de la presse

victimes

AFP

Gambie: un système judiciaire en panne face à l'ancien dictateur

Gambie: un système judiciaire en panne face à l'ancien dictateur

AFP

Nigeria: les enfants victimes du conflit contre Boko Haram

Nigeria: les enfants victimes du conflit contre Boko Haram

AFP

Côte d'Ivoire: ONG et victimes dénoncent l'acquittement de Mme Gbagbo

Côte d'Ivoire: ONG et victimes dénoncent l'acquittement de Mme Gbagbo

inondations

AFP

Zimbabwe: 150 morts de paludisme après les inondations

Zimbabwe: 150 morts de paludisme après les inondations

AFP

Zimbabwe: après la sécheresse, des inondations font 246 morts

Zimbabwe: après la sécheresse, des inondations font 246 morts

République démocratique du Congo

Les habitants de Kinshasa sont cernés par les inondations

Les habitants de Kinshasa sont cernés par les inondations