mis à jour le

Vision Express : Le chemin commence maintenant pour les basketteurs burkinabè

Pour la première fois de son histoire, les Etalons Basketteurs ont pris part à la coupe d'Afrique des nations communément appelé Afrobasket. Cette première participation, les Etalons l'ont placée sous le signe de la citation de Pierre De Coubertin qui note que « l'essentiel c'est de participer ». Ils ont livré bataille contre des équipes plus huppées avec des records de participation, dans cette option clairement fixée par la Fédération burkinabé de basket-ball.

L'apprentissage n'a pas du tout été facile pour les nôtres, parfois submergés dans les rencontres où les protégés du coach Jean Paul Rebatet ont encaissé 100 points. Deux fois au cours de cette Afrobasket, contre la Tunisie et contre la Côte d'Ivoire. Le meilleur match pour les Etalons dans cette compétition au score, c'est le match serré contre le Mali pour la 15ème et 16ème place. Il a fallu les prolongations pour départager les deux équipes.

Même si les Etalons sont allés pour apprendre, il y a des scores qui révoltent un peu les supporters burkinabé. C'est surtout les 100 points encaissés contre la Tunisie et la Côte d'Ivoire. Pour beaucoup, il fallait tout faire pour réduire l'écart. Mais les protégés du coach Jean Paul Rebatet ne l'ont pas fait. Et juste après cette Afrobasket, beaucoup se posent la question de savoir si on doit encore conserver l'entraineur. La question ne devrait pas se poser si on affiche créer une équipe compétitive au plan international.

En premier, monsieur Rebatet a réussi là où beaucoup ont échoué, à savoir qualifier le Burkina pour son premier Afrobasket. Oui c'est vrai, il ne faut pas dormir sur nos lauriers. Si l'apprentissage a été aussi difficile, la bande à Moussa Ouattara n'a pas été aussi ridicule que ça. Ils ont produit des prestations assez compétitives au plan international même s'il y a des choses à revoir. Et justement c'est pourquoi l'entraîneur actuel doit rester pour persévérer dans ce sens et inculquer cet esprit de gagner chez les Etalons.

Maintenant, la fédération de Joachin Baky doit continuer sur cette lancée dans l'Afrobasket 2013 sans lâcher car au bout de l'effort, les résultats viendront. La Fédération burkinabé de basket-ball doit continuer à développer les moyens nécessaires pour que cette équipe reste toujours en compétition. Maintenant que les Etalons se sont frottés au gota du basketball Africain , ils n'auront pas de mal à se dégoupiller des matches amicaux. Dans ce sens avec un peu de moyens, les basketteurs pourront suivre les pas du football en ayant au moins un regroupement par mois sanctionné par un match amical contre un pays voisin.

Oui, on dira que le regroupement des joueurs coûte bien cher pour le Burkina mais ne dit-on pas que qui veut aller loin ménage sa monture ? Et puis la plupart des joueurs sont des professionnels évoluant en Europe et aux Etats-Unis. Un regroupement tous les trois mois avec un match amical pourrait bien être bénéfique. Et si le Burkina veut toujours rester dans les 16 meilleures équipes du continent en Basketball, le chemin commence maintenant. Si la Fédération Burkinabé de basketball accepte aller dans cette continuité, les jours meilleurs ne sont pas loin.

Alors le président Baky et tout son staff doit savoir, malgré l'apprentissage difficile à cet Afrobasket que l'espoir suscité ne doit pas prématurément s'éteindre. Il reste toujours la possibilité pour le Burkina de pouvoir faire quelque chose dans le Basketball du continent. Et cela doit suivre les pas de l'Afrobasket 2013. Le pas le plus important est franchi, il faut donc rester sur cet élan pour espérer beaucoup plus la prochaine fois.

Firmin OUATTARA [email protected]

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes