mis à jour le

Insécurité : Une bande de huit personnes aux arrêts

La brigade de recherche du Commissariat central de police de Ouagadougou a présenté, lors d'un point de presse, un groupe de huit malfrats, le vendredi 30 août 2013.

Suite à de multiples plaintes enregistrées par les services, de vols d'engins à deux roues, vols avec effraction, agressions à main armée, etc., la brigade de recherche du Commissariat central de police de Ouagadougou, à l'issue de nombreuses investigations, a mis le grappin sur une bande de huit malfrats. Leur âge est compris entre 21 et 39 ans. Ce groupe de présumés délinquants présenté à la presse, le vendredi 30 août 2013, conduit par Ibrahim Porgo est composé de spécialistes : dans les vols avec effraction de nuit, les agressions de nuit avec gourdin, en faux en écriture publique (production de fausses cartes grises et de plaques d'immatriculation d'engins à deux roues), dans la contrefaçon de timbres fiscaux et de cachets de services publics et le recel.

Selon le commissaire central adjoint du commissariat central de police de Ouagadougou, Bonswindé Sankara, ces délinquants agissaient en association avec des ramifications sur toute l'étendue du territoire national. Pour lui, les engins à deux roues volés à Ouagadoougou ou dans d'autres localités, subissaient immédiatement une falsification de leur numéro de série, soit par Ibrahim Porgo, soit par d'autres acolytes. Les nouveaux faux numéros sont communiqués par simple SMS, à un certain Marcellin S. Ilboudo.

Il a, par ailleurs, ajouté que le nommé Marcelin S. Ilboudo est chargé de produire les nouvelles fausses cartes grises et les fausses plaques d'immatriculation auprès des structures agréées sur présentation des fausses cartes grises. Il a précisé que c'est à l'issue de ces différentes opérations que les engins sont placés auprès de receleurs attitrés pour être vendus.

Au cours du point de presse, le commissaire adjoint de police a affirmé que les investigations ont permis de saisir onze motos, deux vélos-panier, deux ordinateurs portables, un gourdin, un poignard, une machine à dactylographier, 15 cachets contrefaits aux noms de certains responsables du Ministère des Transports, 14 fausses cartes grises déjà établies, 302 cartes grises vierges, 1000 timbres fiscaux d'une valeur d'un million de FCFA, un lot d'outils de falsification de numéros d'engins et divers objets.

Bonswindé Sankara a soutenu que les investigations se poursuivent toujours, afin d'appréhender tous les autres acolytes cités comme membres de ce groupe. Ibrahim Porgo et sa bande seront présentés au procureur du Faso pour qu'ils répondent de leurs actes, a indiqué M. Sankara. « Nous invitons tous ceux qui achètent des engins de seconde main à se mettre en rapport avec les services compétents, afin de s'assurer de l'origine régulière de ces engins et/ou de l'authenticité des documents afférents à leur conduite », a-t-il dit. Enfin, Bonswindé Sankara a rappelé les numéros utiles que sont le 10 10, le 16, le 17 et a appelé les populations à la vigilance, à davantage de collaboration avec les forces de sécurité pour traquer les délinquants de tout acabit où qu'ils se trouvent.

Car, a-t-il soutenu, en plus des préjudices causés à leurs victimes, ce sont des sommes faramineuses que l'Etat perd chaque année, par le fait de ces malfrats.

Sidgomdé

Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

insécurité

SOS

Un enfer nommé Centrafrique

Un enfer nommé Centrafrique

Vu de Ouaga

La Libye et la dictature des milices

La Libye et la dictature des milices

Steven LAVON

Insécurité au Caire: L’Egypte rassure la FIFA et le Ghana !

Insécurité au Caire: L’Egypte rassure la FIFA et le Ghana !