mis à jour le

Musique : les journalistes culturels pour plus de musique burkinabè dans les radios et télévisions

Dans le cahier de charge des différentes radios et télévisions, il est fait mention que ces dernières doivent diffuser au moins 40% de musique burkinabè pendant les plages musicales. Mais le constat actuel est tout autre. La majeure partie de ces stations de radios et télévisions ne respectent pas cette prescription du Conseil supérieur de la communication (CSC). Pour attirer l'attention des responsables sur le bien-fondé de respecter cet engagement, les journalistes culturels membres du réseau « Plume alerte » et de l'association des journalistes et communicateurs culturels (J2C) veulent battre le pavé, le samedi 7 septembre prochain. L'information a été donnée le vendredi 30 août à Ouagadougou au cours d'une conférence de presse.

« Les artistes burkinabè sont de plus en plus critiques envers nous, les animateurs et journalistes culturels », a indiqué d'entrée de jeu, Richard Tiéné et président du réseau « Plume alerte ». Il est très souvent reproché aux journalistes de faire la part belle à la musique étrangère. Alors que dans la plupart des cas, ces acteurs des médias ne sont pas directement responsables du non respect du quota de diffusion de la musique burkinabè.

Pour tirer la sonnette d'alarme, les hommes de médias ont choisi le 7 septembre prochain pour parcourir des artères de Ouagadougou. « Nous voulons susciter le débat sur la question », ont indiqué les conférenciers. La marche débutera, selon les organisateurs, devant la Maison du Peuple et va s'achever devant le Centre national des Arts, du spectacle et de l'audiovisuel (CENASA). « Arrivé là bas, nous remettrons à la présidente du CSC, un mémorandum », a ajouté le conférencier. Ce document contientdes propositions concrètes et réalisables qui vont permettre de promouvoir la musique burkinabè. Il s'agira entre autre de la tenue d'une rencontre des acteurs de la filière musique afin de se pencher sérieusement sur l'avenir de la profession et de la forme de coopération qui puisse exister entre les médias et les artistes. « Le quota avait été décidé il y a longtemps. Les acteurs peuvent convenir de l'augmenter ou de le réduire. Ce sera à eux d'en décider », a précisé Richard Tiéné. De l'avis des conférenciers, l'argument basé sur l'indisponibilité ou la qualité des ½uvres burkinabè ne tient plus la route. « Aujourd'hui on ne peut plus dire qu'on ne trouve pas les ½uvres musicales burkinabè sur le marché ou que ces ½uvres ne sont pas de qualité. Parce que même sur des chaines internationales, on joue maintenant de la musique burkinabè », a fait remarquer M. Tiéné.

Les artistes ont trouvé des avocats pour défendre leur cause. Ils promettent d'ailleurs de prendre d'assaut la marche de ce jour afin de lui donner de l'importance.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

musique

AFP

Retour de Baaba Maal, l'explorateur de la musique sénégalaise

Retour de Baaba Maal, l'explorateur de la musique sénégalaise

Web

Google débarque à son tour sur le juteux marché du streaming musical en Afrique du Sud

Google débarque à son tour sur le juteux marché du streaming musical en Afrique du Sud

Musique

Enrico Macias veut retourner dans son Algérie natale avant la fin de sa vie

Enrico Macias veut retourner dans son Algérie natale avant la fin de sa vie

journalistes

AFP

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

AFP

Côte d'Ivoire: six journalistes arrêtés pour "fausses informations"

Côte d'Ivoire: six journalistes arrêtés pour "fausses informations"

AFP

Otages d'Arlit: pas de lien avec l'assassinat de journalistes de RFI

Otages d'Arlit: pas de lien avec l'assassinat de journalistes de RFI

radios

AFP

Gambie: trois radios privées fermées sur ordre des autorités

Gambie: trois radios privées fermées sur ordre des autorités

AFP

Burundi: avec la destruction des radios privées, la presse est un champ de ruines

Burundi: avec la destruction des radios privées, la presse est un champ de ruines

AFP

Ebola: les radios en langues locales pour toucher les populations avant le virus

Ebola: les radios en langues locales pour toucher les populations avant le virus