mis à jour le

A-t-on dévoilé la face cachée de l’iceberg terroriste ?

Par Soufiane Ben Farhat
Bien évidemment, cela fait glacer le sang dans le dos. Comme dans toute séquence de la terreur. Le plan des terroristes d'établissement d'un prétendu émirat islamiste en Tunisie est, à proprement parler, démentiel. Tous les ingrédients de l'horreur et de la violence fasciste y sont. Assassinats ciblés, attentats, attaques chimiques et biologiques, chaos, anarchie généralisée et tueries aveugles...

Le ministère tunisien de l'Intérieur a dévoilé, il y’a 3 jours , quelques faisceaux de la machination sanguinaire. Mais les ramifications de la pieuvre demeurent en grande partie secrètes. Ou non dévoilées. Parce que plusieurs questions essentielles demeurent en suspens.

D'abord une précision : le plus clair des informations fournies par le ministère de l'Intérieur étaient déjà connues. Publiées pour la plupart dans les journaux ou révélées sur des plateaux télé. De sorte que, sous certains angles, ce qui a été révélé s'avère comme une compilation avec un air de déjà vu. Une synthèse tardive d'une revue de presse sélective en somme.

Ensuite, l'angle des révélations laisse plus d'un sur leur faim. Certes, on a démantelé des réseaux, mis en échec des attentats et prévenu des catastrophes. Mais, dans la majeure partie des cas, on a mis en lumière les exécutants plutôt que les véritables commanditaires.

Et, en la matière, un exécutant est toujours, en dernière instance, un second couteau. Qu'en est-il de l'interférence des terroristes avec des personnalités du gotha politique et économique ? Quid de leurs relations avec les groupuscules et la nébuleuse des sympathisants des partis au pouvoir ? Combien d'entre eux ont bénéficié déjà de la mansuétude des gouvernants, de la Justice supposée indépendante et souveraine ou des leaders des partis de la place ?

A entendre Mohamed Ali Aroui, porte-parole du ministère de l'Intérieur, rien n'est exclu et tout dépendra du cours de l'instruction. Soit. Mais pourquoi son prédécesseur, l'ancien porte-parole du même ministère, a-t-il tout simplement trompé son monde ? N'avait-il pas parlé de sportifs qui s'entraîneraient dans les montagnes, là où il s'est avéré que des terroristes campaient ? Et pourquoi donc le ministère s'est-il enquis de dévoiler une partie de la vérité, ici et maintenant ?

Les points d'interrogation fusent, sont légion. Ils requièrent des réponses urgentes et claires. Sans fioritures, jeux de mots ou semi-vérités à peine esquissées.

Aujourd'hui, il est clair que les forces de sécurité tunisiennes ont frappé fort et au bon moment. Il n'en demeure pas moins qu'il y a toujours d'illustres cadavres qui réclament que justice soit faite. La vérité intégrale sur les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi doit être révélée au grand jour. Sans retouches, maquillage ou omissions. Parce que le mensonge par omission existe. Dans les cas de l'espèce, il ne saurait être que criminel.

Saluons bien évidemment la diligence de la police, de l'armée et des forces de sécurité intérieure. Elles sont notre dernier rempart contre la nuit et le brouillard de l'islamo-fascisme. Leur travail est colossal, pénible, semé d'embûches, de danger, de cadavres dans leurs rangs qui réclament, eux aussi, que justice soit faite. Nul ne saurait nier ce fait patent.

Mais de grâce, faisons en sorte que la face cachée de l'iceberg terroriste soit révélée dans son intégralité. Quel qu'en soit le prix. Quelles que soient ses douloureuses vérités. Quelles que soient les personnes qui y sont impliquées, à quelque titre que ce soit.

Par Soufiane Ben Farhat le 31 août 2013

Remarque : le titre n’est pas de l’auteur

Rappel : Déclaration de K.Tarrouch porte parole d’Ali Laârayedh .Il parlait de sportifs 

[/video]

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

terroriste

AFP

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

AFP

Côte d'Ivoire: deux soldats jugés pour l'attaque terroriste de Grand Bassam

Côte d'Ivoire: deux soldats jugés pour l'attaque terroriste de Grand Bassam

AFP

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste