mis à jour le

Oran : des éboueurs en costume-cravate !

Les agents d'entretien (éboueurs) en costume-cravate encaissent le salaire d'éboueur, un travail pénible et difficile, mais se la coulent douce dans des bureaux calfeutrés et climatisés en occupant d'autres postes.

Il ne s'agit pas de l'affaire de la mairie de Paris mais une affaire oranaise similaire. Des communes recrutent des éboueurs pour occuper des postes administratifs. Une pratique illégale mais pratiquée au vu et au su de tous. À Oran, "les 300 éboueurs récalcitrants devront rejoindre leur poste initial, celui d'éboueur", ordonne le premier responsable de la wilaya. Les éboueurs en costume-cravate encaissent le salaire d'éboueur, un travail pénible et difficile, mais se la coulent douce dans des bureaux calfeutrés et climatisés en occupant d'autres postes. "Plusieurs communes utilisent cette pratique.

Il y a des éboueurs qui occupent des postes d'agent de bureau, de cadre technique et dans les différents services de comptabilité, d'informatique...", confie notre source. Cependant, pourquoi l'administration a-t-elle recours à cette pratique illégale ? "À cause du manque de postes budgétaires", explique un ex-élu.

Pourtant, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a inscrit le dossier du service public parmi ses priorités, alors où est la faille ? Les citoyens sont souvent malmenés par des fonctionnaires non qualifiés, recrutés en tant qu'éboueur, gardien, femme de ménage, mais qui assurent des fonctions administratives. "Les premiers pénalisés sont les recrutés eux-mêmes. Ils sont à la merci du responsable. À n'importe quel moment, ils sont sommés d'enlever le costume-cravate et revenir à la case départ, mais souvent ils abdiquent et rendent le tablier après des années de loyaux services dans un poste qui n'est pas le leur", fait savoir un employé communal.

Qui est responsable de cette situation ? "En fait, c'est le recruteur qui est responsable. Que ce soit la commune, la daïra ou la wilaya pour ne citer que le cas de l'administration locale", martèle un ex-éboueur.

D'autre part, il faut souligner que des daïras et des communes souffrent du manque de personnel : "Quand un agent de bureau assure trois services, seul, il y a anguille sous roche, et cet état de fait nuit à la qualité du service public", souligne un citoyen oranais avisé.

Lu sur Liberté 

The post Oran : des éboueurs en costume-cravate ! appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

Oran

Sans abris

La grosse farce du logement en Algérie

La grosse farce du logement en Algérie

Discriminations

Soyez ce que vous voulez en Algérie, mais pas noir

Soyez ce que vous voulez en Algérie, mais pas noir

People

Petite virée oranaise pour Mike Tyson

Petite virée oranaise pour Mike Tyson