mis à jour le

Activité économique au Sénégal Une croissance de 2,1% au second trimestre

L'activité économique s'est redressée au second trimestre de l'année, indique le ministère de l'Economie et des Finances, précisant que l'indice général d'activité (IGA), a enregistré une croissance de 2,1% par rapport au premier trimestre et de 5,2% en glissement annuel.
«Les prix à la consommation ont enregistré un repli de 0,8%, en variation trimestrielle, consécutif à la baisse des prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées (-2,2%). En moyenne sur le premier semestre 2013, l'inflation est ressortie à 0,5%'', note un communiqué, soulignant qu'en termes d'origine, ''l'indice des prix des produits locaux a enregistré une baisse de 1,6%, au deuxième trimestre, contre une hausse de 0,9% pour celui des produits importés''. La même source souligne que cette évolution ''est imputable notamment au dynamisme de l'activité dans le secteur tertiaire''. En moyenne sur le premier semestre, l'activité économique interne a progressé de 3,6%, en dépit d'un secteur secondaire qui continue d'enregistrer des contreperformances''.

Recettes de 727,5 milliards

Le document relève qu'au chapitre des échanges extérieurs, ''le deuxième trimestre est marqué, comparativement au trimestre précédent, par un accroissement de 3,3% des exportations contre 10,1% pour les importations''. Il signale qu'en moyenne sur le premier semestre 2013, ''les importations ont accusé une légère baisse (-0,2 milliard), imputable aux achats à l'étranger des produits pétroliers (-65,2 milliards), des produits alimentaires (-4,2 milliards) et des +véhicules, matériels de transport et pièces détachées automobiles+ (-7,4 milliards)''. En revanche, note le texte, ''les exportations ont progressé de 13,5%, en raison notamment de l'augmentation des exportations de produits alimentaires (+14,9 milliards), de produits pétroliers (+35,3 milliards) et d'or brut (+22,6 milliards)''. Concernant les des finances publiques, le ministère de l'Economie et des Finances souligne que ''l'exécution budgétaire au cours de la période sous-revue a été caractérisée un déficit public sous contrôle, à la faveur d'une maîtrise des dépenses publiques, les recettes budgétaires s'étant inscrits en retrait''. Il précise que les recouvrements de recettes budgétaires se sont établis à 727,5 milliards contre 734 milliards à la même période de l'année précédente, soit un léger repli de 0,9%. Toutefois, selon le ministère, ''compte non tenu des redevances sur les appels perçus en 2012, le recouvrement des recettes budgétaires, à fin juin 2013, laisse apparaître une progression de 21,1 milliards, soit une hausse de 3%''.

Transfert de 173,8 milliards

Les dépenses totales et prêts nets ont enregistré une progression de 2,7% pour se situer à 941,6 milliards, note le communiqué ajoutant qu'au total, ''le solde budgétaire global est ressorti déficitaire de119, 3 milliards contre un déficit de 82,3 milliards au premier semestre de 2012 et un objectif à fin juin fixé à 203 milliards''. Il indique que la situation provisoire des institutions monétaires à fin juin 2013, ''comparativement à la même période en 2012, fait ressortir une baisse de 16,7 milliards des avoirs extérieurs nets, un renforcement du crédit intérieur de 4,9% et une progression de la masse monétaire de 1,4%''. Sur la même période, poursuit le document, ''les systèmes financiers décentralisés enregistrent une augmentation de leurs clients/membres (+6,6%), de l'encours des dépôts (+10,2%), de l'encours des crédits (+4,6%) et un accroissement du taux des créances en souffrance de 5,1% à 6,4%''. Concernant les transferts rapides de fonds reçus, ils s'établissent à 173,8 milliards au deuxième trimestre 2013, ''soit en hausse de 6,3 milliards ou 3,8% par rapport au trimestre précédent et de 12,7% par rapport à la même période en 2012''. Le communiqué relève qu'au plan social, ''les données de l'enquête ménages montrent que l'eau et l'électricité sont des services accessibles pour les ménages Dakarois (plus de 91%) tandis que 27,2% des ménages restent inaccessibles au service d'assainissement''. Il souligne qu'au titre de la sécurité alimentaire, ''la proportion des ménages assurant trois repas par jour est de 69,8% contre 29,8% qui ont accès à deux repas par jour''.

APS

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

économique

AFP

Nigeria: la reprise économique se confirme au troisème trismestre

Nigeria: la reprise économique se confirme au troisème trismestre

AFP

Contre la crise, la Namibie fait le pari économique du tourisme

Contre la crise, la Namibie fait le pari économique du tourisme

AFP

L'Angola, pays pétrolier plongé dans une sévère crise économique

L'Angola, pays pétrolier plongé dans une sévère crise économique

Sénégal

AFP

Le Sénégal expulse le polémiste "antifranc CFA" Kémi Séba

Le Sénégal expulse le polémiste "antifranc CFA" Kémi Séba

AFP

Sénégal : le polémiste Kémi Séba acquitté après avoir brûlé un billet en CFA

Sénégal : le polémiste Kémi Séba acquitté après avoir brûlé un billet en CFA

AFP

Jeux de la Francophonie: le Sénégal fait le show en lutte africaine

Jeux de la Francophonie: le Sénégal fait le show en lutte africaine

croissance

AFP

Afrique: la reprise fragile de la croissance se confirme, selon le FMI

Afrique: la reprise fragile de la croissance se confirme, selon le FMI

AFP

Le Nigeria renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Le Nigeria renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Croissance

Pourquoi la croissance démographique ne ralentit pas en Afrique

Pourquoi la croissance démographique ne ralentit pas en Afrique