mis à jour le

On vous le dit

«Faux terrorisme» à Azzaba   Trois jeunes originaires de la ville de Azzaba, à l'est de Skikda, ont été écroués, hier, par le magistrat instructeur, pour avoir détroussé des citoyens en se faisant passer pour des terroristes. Selon des sources locales, les trois mis en cause ont installé dernièrement un faux barrage dans la localité de Ferfour, dans la commune de Azzaba. Profitant de la nuit, ils ont dépouillé plusieurs citoyens qui rentraient chez eux après avoir assisté à une fête de mariage. Ce guet-apens, qui a jeté l'émoi au sein des populations riveraines qui craignaient le retour des incursions terroristes de triste mémoire, a finalement été déjoué par le père de l'un des trois agresseurs. Inquiété par le comportement de son fils, ce père est allé prévenir la brigade de gendarmerie de Azzaba qui n'a pas tardé pas à interpeller les trois «faux terroristes» en attendant leur comparution devant la justice. Kidnapping à Sidi Bel Abbès   Une adolescente âgée de 16 ans a été enlevée mercredi soir à Sidi Lahcen, localité située à 4 kilomètres de Sidi Bel Abbès, a-t-on appris de source sécuritaire. Jeudi, la nouvelle de ce rapt a très vite fait le tour de la région. Disparue depuis deux jours, la jeune fille aurait été enlevée par plusieurs individus alors qu'elle se rendait au domicile parental à Sidi Lahcen, après avoir rendu visite à son oncle, précise notre source. Les services de sécurité, alertés par les proches de l'adolescente, effectuent depuis d'intenses recherches qui se sont étendues jusqu'à la wilaya de Aïn Témouchent où aurait été conduite la victime. D'après des sources recoupées, le ou les ravisseurs de cette jeune fille, souffrant de problèmes auditifs, auraient exigé une rançon de 200 millions de centimes à son père pour sa libération. Les circonstances de ce kidnapping, restent encore inconnues et l'on n'écarte pas la piste d'un règlement de comptes, étant donné que le père de la victime occupe un poste de responsabilité à la daïra de Sidi Lahcen. Escroquerie sur facebook   Le gouvernement sud-africain a mis en garde, hier, contre les agissements d'un imposteur qui a créé un faux profil du vice-président Kgalema Motlanthe sur le réseau social facebook, pour réclamer des pots-de-vin. L'escroc a demandé à un homme de virer 450 livres (530 euros) sur son compte bancaire. «Lorsqu'il a vu ça, il a suspecté quelque chose et nous a appelés pour nous demander si le vice-président a un compte sur facebook», a indiqué à l'AFP Thabo Masebe, le porte-parole de M. Motlanthe. «Cette personne commence par demander d'envoyer de l'argent, afin de pouvoir recevoir des services du gouvernement ou voir un projet financé», a-t-il expliqué. Au moins dix profils portent sur facebook le nom de Motlanthe, mais le vice-président sud-africain lui-même n'y a pas de compte. Ses services ont écrit à facebook pour faire supprimer le profil incriminé, mais ils ne peuvent rien faire d'autre, selon M. Masebe. «La police ne peut s'impliquer que quand il y a un suspect. Nous avons affaire à une personne sans visage», a-t-il regretté.