mis à jour le

Quelles mesures immédiates pour la rentrée ?

C'est aujourd'hui que se tiendront les travaux de la conférence nationale sur l'éducation. Cette rencontre verra la participation des responsables du secteur et des représentants des travailleurs de l'éducation et sera également marquée par la présence de Abdelmalek Sellal, Premier ministre. Les travaux se dérouleront au lycée de mathématiques, à Kouba, indique un communiqué émanant de la tutelle. Le menu portera certainement sur les résultats de la série de rencontres régionales entre les responsables du département de Baba Ahmed et les directeurs de l'éducation depuis une semaine. Ces rencontres ont été l'occasion d'examiner les conditions dans lesquelles se déroulera la rentrée scolaire. Une rentrée attendue «dans des conditions difficiles», d'après les inquiétudes exprimées par les parents d'élèves et des représentants des enseignants qui se sont exprimés. Les difficultés résident, cette année encore, dans la gestion des flux des élèves et la manière de faire face à la colère des enseignants concernant leurs revendications en attente depuis l'année dernière. La surcharge des classes est la hantise des enseignants et des élèves. Les grandes villes seront particulièrement touchées par ce problème. Les enseignants redoutent les conséquences de cette surcharge, vu le retard enregistré dans la livraison des structures éducatives. L'on annonce déjà des classes de plus de 45 élèves. «Cette année, il n'y a aucune évolution. La rencontre des deux promotions de l'ancien et du nouveau systèmes à la deuxième année secondaire créera un surplus à ce palier», s'alarment les parents d'élèves. Une situation qui a pénalisé, l'an dernier, les élèves des lycées qui ont été invités à partager les salles de classe du primaire durant plus d'un trimestre, vécue à El Achour, El Biar, Alger et dans d'autres établissements de plusieurs wilayas. Les professionnels du secteur redoutent aussi les conséquences de la décision prise par la tutelle d'introduire le système des travaux dirigés dans les matières scientifiques et langues étrangères au CEM. Ainsi, les élèves d'une même classe seront divisés en petits groupes. Cette méthode rendue publique en juin dernier suscite les inquiétudes des enseignants et des parents d'élèves qui y voient «plus de moyens nécessaires. Les établissements ne disposent pas de suffisamment de salles. Les élèves perdraient ainsi beaucoup de temps à se déplacer entre les salles», s'inquiètent-ils. M. Meriane, président du Syndicat national autonome des professeurs du secondaire et du technique (Snapest), estime que la rencontre d'aujourd'hui sera «probablement pour annoncer les mesures prises pour offrir les conditions nécessaires pour démarrer l'année scolaire». Il est donc attendu que M. Baba Ahmed évoque les détails des mesures déjà annoncées, telles que l'allègement du poids du cartable et l'introduction des travaux dirigés dans cinq matières. Il s'agit aussi pour la tutelle, selon le représentant des enseignants, de s'exprimer sur la conférence que devait tenir le ministère, en conclusion du débat ouvert sur la réforme de l'éducation. «Cette rencontre qui devait être organisée en juillet a été complètement éludée», a fait remarquer M. Meriane.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

rentrée

AFP

Mali: rentrée scolaire

Mali: rentrée scolaire

AFP

Gabon: la rentrée scolaire prise en otage par les tensions post-électorales

Gabon: la rentrée scolaire prise en otage par les tensions post-électorales

AFP

L'enfance perdue de l'écrivain franco-rwandais Gaël Faye, succès surprise de la rentrée

L'enfance perdue de l'écrivain franco-rwandais Gaël Faye, succès surprise de la rentrée