mis à jour le

Dissolution du gouvernement : ce temps qu’on perd et qui nous coûtera trop cher

Par Mansour Mhenni
Finalement, tout le monde est presque d'accord sur l'essentiel : maintien de l'ANC avec délimitation de l'objet et des délais, dissolution du gouvernement provisoire Laârayedh pour un gouvernement de compétences, établissement d'un calendrier pratique mais précis et à proches échéances, garantir les conditions objectives d'élections libres et transparentes.
En gros, c'est bien là l'initiative de la centrale syndicale UGTT, même si chaque partie semble s'y faire reconnaître une part soulignée. Cela paraît simpliste parce qu'à la fin l'initiative ne peut déboucher que sur une issue collective et une démarche consensuelle dans lesquelles chacun contribué à arrondir un angle et à faciliter la communication.
Ce qui reste regrettable cependant, ce sont certains réflexes politiques qui continuent à commander les uns et les autres et qui font perdre au pays un temps précieux qui pourra lui coûter plus cher encore. Il s'agit de ces formules du genre : « oui... mais ».
« Oui pour la dissolution du gouvernement, mais après le débat national et la constitution du nouveau gouvernement » ! « Oui pour la dissolution du gouvernement, mais pas avant la fin septembre » ! Ce genre de propos laisse régner une suspicion à même d'envenimer de nouveau l'ambiance et de nous ramener à la case départ, comme on a eu souvent peur d'y retourner, à la suite d'une déclaration ou d'une autre, d'un côté ou de l'autre.
Parallèlement à cela, il y a toutes les tractations sournoises autour d'un « dégagement » de Mustapha Ben Jaâfar de l'ANC, en essayant d'y mettre la forme qui pourrait faire avaler la pilule. Tout ce qu'il y aurait là, c'est une dernière tentative de rattraper le fuyard par une morsure de dernier aloi. On aurait même suggéré, comble de la félonie, de le faire remplacer par un des siens les plus proches !
Assez joué, messieurs et mesdames, le temps des choses sérieuses est arrivé et il va falloir choisir d'être soit de ceux qui construisent et cherchent à faire avancer la barque vers des eaux paisibles, méritant ainsi le vrai titre de citoyens responsables et patriotiques, soit de ceux qui continueront à vouloir couper le cheveu en quatre pour un quelconque intérêt de quatre sous, inconscients du risque encouru par le pays, en pleine crise générale, et ses citoyens en plein désespoir.
Entre les deux options, un être intelligent et responsable ne mettra pas longtemps à choisir.

Par Mansour Mhenni le 30 août 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

dissolution

AFP

Nairobi annonce le dissolution du Comité national olympique

Nairobi annonce le dissolution du Comité national olympique

Rodolph TOMEGAH

Tunisie: une dissolution de la Fédération de football en vue ?

Tunisie: une dissolution de la Fédération de football en vue ?

La rédaction

Dissolution de la police judiciaire du DRS : le Journal Officiel confirme

Dissolution de la police judiciaire du DRS : le Journal Officiel confirme

gouvernement

AFP

Côte d'Ivoire: le gouvernement veut enrayer la colère des soldats

Côte d'Ivoire: le gouvernement veut enrayer la colère des soldats

AFP

Côte d'Ivoire: accord entre mutins et gouvernement

Côte d'Ivoire: accord entre mutins et gouvernement

AFP

Côte d'Ivoire: un nouveau gouvernement dans la continuité

Côte d'Ivoire: un nouveau gouvernement dans la continuité

temps

AFP

CAN: le Ghana engrange, El-Hadary défie le temps

CAN: le Ghana engrange, El-Hadary défie le temps

AFP

Dopage: le président kényan demande du temps et se dit optimiste pour les JO

Dopage: le président kényan demande du temps et se dit optimiste pour les JO

AFP

Le temps d'un festival, le Mali meurtri rêve d'une renaissance culturelle

Le temps d'un festival, le Mali meurtri rêve d'une renaissance culturelle