mis à jour le

Le président élu du Mali au Burkina Faso, au Togo et au Niger ce week-end

Ibrahim Boubacar KEITA, le père de Karim

Le président élu du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, qui a effectué une visite de quelques heures vendredi en Côte d'Ivoire, se rendra ce week-end au Burkina Faso, au Togo et au Niger, a indiqué à l'AFP son entourage.

 

 

M. Keïta, élu le 11 août et devnt prêter serment le 4 septembre, « va demain (samedi) au Burkina Faso et au Togo dans la soirée, puis dimanche à Niamey », au Niger, a affirmé Mamadou Camara, son conseiller pendant la campagne électorale et membre de la délégation qui l'accompagne.

 

 

L'objectif de ces visites « est de remercier les chefs d'Etat » de ces pays « pour leur implication dans la gestion de la crise » au Mali, a dit M. Camara. « Vu qu'ils seront amenés à travailler ensemble, c'est une première prise de contact. Je crois que les premiers jours » de son mandat « seront consacrés à la situation intérieure », a-t-il ajouté.

 

 

La capitale malienne, Bamako, est la proie d'inondations dues à des pluies torrentielles tombées mercredi, qui ont fait selon le dernier bilan officiel 34 morts, de nombreux blessés et des milliers de sans-abri.

 

 

Lundi, Ibrahim Boubacar Keïta s'était déjà rendu au Tchad, puis ce vendredi en Côte d'Ivoire. D'après des sources officieuses à Bamako et Libreville, il est parti également cette semaine au Gabon mais, interrogé à ce sujet par l'AFP, son entourage a refusé de se prononcer.

 

 

Vendredi à Abidjan, M. Keïta a exprimé sa « reconnaissance » à son homologue ivoirien Alassane Ouattara, également président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays). Le président burkinabè Blaise Compaoré, qu'il doit rencontrer samedi, est le médiateur ouest-africain dans la crise malienne.

 

 

La Cédéao avait déployé au Mali une force militaire africaine pour aider Bamako à reprendre le contrôle du nord du Mali, occupé pendant plusieurs mois en 2012 par des groupes islamistes armés, qui ont commencé à être chassés par une intervention militaire initiée par la France à partir de janvier 2013.

 

 

La force africaine a par la suite été absorbée par la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), la force de l'ONU.

 

 

Quelque 2.000 soldats tchadiens ont été en première ligne dans les combats contre les islamistes. Le Tchad a officiellement perdu au moins 38 hommes au Mali.

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

président

AFP

Zimbabwe: le président Mugabe détenu par l'armée, déployée dans la capitale

Zimbabwe: le président Mugabe détenu par l'armée, déployée dans la capitale

AFP

Zambie: le président met en garde ceux qui lui dénient un nouveau mandat

Zambie: le président met en garde ceux qui lui dénient un nouveau mandat

AFP

Le président soudanais prêt

Le président soudanais prêt

Mali

AFP

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

AFP

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali

Burkina

AFP

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

AFP

Burkina : démission du ministre de la Culture "déçu"

Burkina : démission du ministre de la Culture "déçu"

AFP

Le Burkina commémore les 30 ans de l'assassinat de Thomas Sankara

Le Burkina commémore les 30 ans de l'assassinat de Thomas Sankara