mis à jour le

L’e-cigarette pas si inoffensive !

Pour de nombreux fumeurs, l'e-cigarette constitue un bon substitut à la cigarette traditionnelle. Commercialisée depuis peu dans diverses contrées du monde et tout récemment au Maroc, cette cigarette demeure encore mal connue du grand public. Même si les producteurs de ce genre de produit la présentent comme un produit miracle pour se débarrasser du tabagisme (200 personnes meurent à cause du tabac chaque jour), il n'en demeure pas moins que de nombreuses questions relatives au risque, à la tolérance et à la nocivité de cette cigarette s'imposent. Plus de 15 milliards de cigarettes seraient fumées chaque année au Maroc. 60% des fumeurs appartiennent à la tranche d'âge 20-39 ans, et 41,7% sont victimes du tabagisme passif. « Notre volonté se résume donc dans notre slogan : fumer sans danger, sans déranger», avait déclaré le promoteur de «Cilouette shop», première enseigne de cigarette électronique, en ajoutant : «Grâce à l'e-cigarette, il est donc possible de «fumer» et d'en ressentir toutes les sensations, tout en évitant les désagréments et dangers des cigarettes classiques, produites à base de tabac».

En effet, quel que soit le degré de nocivité de la ce nouveau produit, il ne serait pas autant dangereux que la cigarette. Cependant, il n'est pas non plus aussi inoffensif qu'on le prétend.

Dans son édition du lundi 26 août, le magazine “60 millions de consommateurs” met en garde quant aux dangers liés à l'usage de l'e-cigarette. L'enquête menée par le magasine met en cause de nombreux composants de l'e-cigarette. Des substances toxiques et cancérigènes y seraient présentes.

Pas de fumée certes, mais la vapeur des e-cigarettes contient, selon le magazine, ainsi qu'une étude américaine, des molécules cancérogènes en quantités importantes. Idem pour la teneur en formol, la majeure partie des e-cigarettes en contiennent pratiquement autant qu'une cigarette normale. On y trouverait donc formol, acroléine, acétaldéhyde, antimoine, nickel, et chrome…

L'acétaldéhyde serait présent en teneur supérieure, pour certaines marques d'e-cigarettes, à celle des cigarettes traditionnelles.

Dans ce même sens, l'Office Français de prévention du Tabagisme (OFT) a publié au mois de mai dernier un rapport qui met en garde les usagers de ce nouveau produit. Le rapport préconise l'interdiction de la promotion et de la banalisation de l'utilisation de ces cigarettes auprès du jeune public.

La vigilance s'impose. Les autorités sanitaires sont ainsi appelées à verrouiller les contrôles pour mettre en avant les risques de ces nouveaux produits.

Il faut toutefois noter que sur certains blogs et sites anti-tabagisme, certaines voix s'élèvent pour contester la pertinence de ces études, qui détaillent peu leur mode opératoire et restent floues quant aux taux exacts de produits toxiques découverts. En attendant de nouvelles études plus approfondies, il est donc judicieux de garder une certaine réserve dans un sens comme dans l'autre.

Moralité, il vaut mieux s'armer d'une forte volonté et une solide détermination pour arrêter au lieu d'aller chercher des solutions mitigées. Mieux encore, il vaut mieux ne jamais se hasarder à goûter une première cigarette pour voir quel effet ça fait, les conséquences n'en valent aucune chandelle.

Leila Ouazry

Encadré :

En plus de l'e-cigarette, le magazine dresse une liste de 100 produits de consommation courante qui contiennent des produits nocifs. Aliments, lingette, crèmes… selon l’étude de l’Institut national de la consommation, toutes les familles de produits peuvent contenir des substances qui peuvent avoir un impact sur la santé.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables”