mis à jour le

ArcelorMittal Annaba : vers une grève générale et illimitée

C'est avec des mines grises et en cortège combatif que des centaines de travailleurs du complexe sidérurgique ArcelorMittal Annaba sont sortis de l'assemblée générale qui s'est tenue, mercredi matin, au siège du syndicat de l'entreprise, annonçant leur détermination à aller vers une grève générale et illimitée à partir de septembre. La grève de trop, l'usine d'El Hadjar risque de la voir se concrétiser dans les jours à venir , un préavis a été déposé le même jour auprès de l'inspection du Travail compétente, si d'ici là un terrain d'entente n'est pas trouvé entre l'employeur et le partenaire social. Les deux protagonistes, qui se disent pourtant ouverts au dialogue, campent toujours sur leurs positions respectives. Le premier maintient sa revendication essentielle, soit une augmentation à hauteur de 30% du salaire de base des 5200 sidérurgistes, à laquelle la direction générale oppose la situation économique et financière très difficile dans laquelle se débat l'entreprise depuis ces dernières années. Le conflit, qui a éclaté début juillet dernier, n'est apparemment pas près de se dénouer. En abandonnant leurs casques durant toute une journée, les 2000 travailleurs mobilisés et leurs représentants syndicaux se sont essayés à une démonstration de force pour faire plier la direction générale. Une révision à la hausse ne pouvant aller, pour le moment, au-delà de 10%, est ce que propose l'employeur : 7% sans condition et les 3% restants en fonction de l'amélioration du niveau de production qui devrait être porté à 300 000 tonnes d'acier liquide pour les cinq mois à venir. Ce à quoi le syndicat a opposé un niet catégorique, jugeant la proposition très en deçà des attentes des travailleurs. «L'employeur tente de nous forcer la main, sachant pertinemment qu'il nous serait impossible de réaliser 300 000 tonnes en si peu de temps. Notre revendication est légitime et nous ferons tout pour qu'elle aboutisse, quitte à paralyser le complexe le temps qu'il faudra. Lorsqu'il s'agit des pauvres travailleurs, les difficultés financières sont à chaque fois mises en avant par la DG, mais pour les cadres dirigeants et les expatriés, l'argent coule à flots. Il suffit d'un simple audit externe pour pouvoir le constater», s'indigne le secrétaire général du syndicat. Déconfiture Tout en reconnaissant, à demi-mot, la baisse de la production et des ventes, c'est-à-dire la fragilité de la santé financière d'ArcelorMittal Annaba. Ce dernier assure maintenir grande ouverte la porte à d'autres pourparlers et à toute autre proposition  répondant aux préoccupations des 5200 travailleurs. Du côté de la direction générale, on n'est pas également étanche à un nouveau dialogue, estimant toutefois que la revendication salariale du partenaire social est loin d'être opportune. Le représentant de la direction, Walid Kahlssen, a mis en garde contre les risques majeurs qui guettent l'entreprise, si les travailleurs venaient à mettre à exécution la menace d'une grève générale pour laquelle ont voté plus de 2000 travailleurs lors de l'assemblée générale de mercredi. «En plus, les conséquences désastreuses sur les installations, notamment le haut fourneau n° 2 en fin de cycle depuis 2011 et maintenu en vie grâce à d'immenses efforts, cette grève serait catastrophique, voire fatale pour l'entreprise. Les travailleurs et le syndicat en sont conscients. Raison pour laquelle nous les appelons à faire preuve de plus de sagesse et de revenir à la raison», insistera-t-il, en rappelant les 10 millions de dollars de pertes occasionnées par les neuf jours de grève de 2010. ArcelorMittal Annaba, dont les installations sont en fin de vie et du fait des perturbations cycliques auxquelles il est confronté, est en pleine déconfiture. Le business plan en matière de production pour 2013, soit 700 000 t d'acier liquide, est loin d'être réalisable : on en est à peine à 270 000 tonnes au premier semestre. Pire, en termes de chiffres d'affaires, le complexe, qui tablait sur des bénéfices de l'ordre de 5 millions de dollars, a, au contraire, essuyé un déficit historique s'élevant à plus de 8 millions de dollars, à fin août. Ce qui lui a valu d'être répertorié parmi les entreprises en fonctionnement, mais qui perdent beaucoup d'argent.           

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Annaba

Neila Latrous

Le bras d’honneur des salariés d’ArcelorMittal Annaba

Le bras d’honneur des salariés d’ArcelorMittal Annaba

La rédaction

ArcelorMittal Annaba a un nouveau patron

ArcelorMittal Annaba a un nouveau patron

Désespoir

Irréductibles harragas

Irréductibles harragas

grève

AFP

Maroc: nouvelle journée de grève générale

Maroc: nouvelle journée de grève générale

AFP

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

AFP

Tunisie: grève générale et manifestation dans le nord-ouest

Tunisie: grève générale et manifestation dans le nord-ouest