mis à jour le

Le Français Luc Bruder conduira la formation des jeunes de l’AS FAR

Le Français Luc Bruder s'envole ce vendredi pour le Maroc où il vient de décrocher un contrat de trois ans pour la formation des jeunes footballeurs de l'AS FAR, rapporte le quotidien "Le Pays".

Sa mission, a-t-il déclaré au journal, est "d’organiser et de structurer le club au niveau de la formation des jeunes".

en lire plus

MAP

Ses derniers articles: Jeux de la Francophonie (football): le Maroc, battu par le Congo en finale, remporte la médaille d'argent  Coupe de la CAF (phase de poules/5ème journée): le CA Bizertin en demi-finale aux dépens du FUS  Circuit international Mohammed VI (étape de Meknès): victoire de l'Allemand Marcel-Cedrik Stebe 

français

AFP

Crise des migrants : un responsable français mercredi aux Comores

Crise des migrants : un responsable français mercredi aux Comores

AFP

"Coup d'Etat" manqué en Guinée équatoriale: un Français dément son implication

"Coup d'Etat" manqué en Guinée équatoriale: un Français dément son implication

AFP

En RDC, le français langue officielle mais pas populaire

En RDC, le français langue officielle mais pas populaire

formation

AFP

Des start-up misent sur le numérique pour améliorer la formation en Afrique

Des start-up misent sur le numérique pour améliorer la formation en Afrique

AFP

Libye: une force régulière en formation "pour en finir avec les milices"

Libye: une force régulière en formation "pour en finir avec les milices"

AFP

Sénégal: la NBA ouvre son premier centre de formation en Afrique

Sénégal: la NBA ouvre son premier centre de formation en Afrique

jeunes

AFP

Nigeria: le président Buhari crée la polémique en traitant les jeunes de paresseux

Nigeria: le président Buhari crée la polémique en traitant les jeunes de paresseux

AFP

Le nouveau président du Botswana promet de s'attaquer au chômage des jeunes

Le nouveau président du Botswana promet de s'attaquer au chômage des jeunes

AFP

Pour les jeunes du bassin minier tunisien, c'est la mine ou "la mort"

Pour les jeunes du bassin minier tunisien, c'est la mine ou "la mort"