mis à jour le

La Commission dialogue et réconciliation

La CDR a pu mesurer que les choses restaient compliquées dans la ville où les divergences s'expriment sans équivoque

C'est hier que le président de la Commission dialogue et réconciliation (CDR) est arrivé à Kidal, où il a été accueilli à l’aérodrome par le gouverneur Adama Kamissoko. La délégation comprenait également neuf commissaires et une équipe de journalistes. Au cours de cette visite de prise de contact avec les autorités régionales, notabilités, populations civiles et groupes armés, Mohamed Salia Sokona a expliqué les objectifs de sa structure. L’étape kidaloise boucle une longue tournée nationale initiée par la Commission. À Kidal, le président de la CDR a prêté une oreille attentive aux critiques et appréciation des uns et des autres envers son institution. Pour lui, l'important était que dans cette ville devenue très particulière toutes les parties conviées aux échanges fussent réunies dans la même salle de conférence, assises côte à côte. Chacun des protagonistes avait son drapeau en main et tout s'est passé sans incident notable, mais dans une atmosphère passablement agitée.

Après une rencontre à huis clos à la mairie entre le gouverneur, le visiteur du jour et le représentant du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), Mohamed Ag Intallah, la délégation a rendu une visite de courtoisie au patriarche Intallah Ag Attaher. Mais avant de s'y rendre, il lui a fallu passer quelques coups de fil pour calmer le petit groupe de manifestants pro-MNLA qui s’était posté devant l’Assemblée régionale où devait avoir eu lieu la rencontre avec les populations.

La dite rencontre s’est par ailleurs tenue dans un climat tendu. Car dans la salle de conférences de l’Assemblée quelques drapeaux du MNLA flottaient face à celui du Mali, posé devant le gouverneur installé au présidium. De même, les exclamations provocatrices ont résonné à plusieurs reprises dans la salle. Chaque fois que le président de la CDR ou le gouverneur prononçait le mot «Mali», des membres du MNLA – en majorité des femmes et des jeunes – scandaient «Azawad» du fond de la salle. Il faut noter que les représentants de la communauté Imghad (proche du colonel-major Elhadj Ag Gamou) qui est restée attachée à la République du Mali se sont abstenus de tout tapage avant l'intervention de son porte-parole.

Pour le gouverneur, Adama Kamissoko, les autorités administratives et politiques de la Région de Kidal ne ménageront aucun effort pour jouer pleinement leur partition dans la réussite du processus enclenché. Le chef de l'exécutif régional a aussi lancé un vibrant appel à l'ensemble de la population afin qu'elle s'inscrive résolument dans cette dynamique de paix et de réconciliation.

Les deux groupes armés MNLA et HCUA ont lu une déclaration commune devant les officiels avant de claquer la porte de la réunion en scandant «Azawad, Mali no». Traduisez « Vive Azawad, non au Mali ». Dans cette déclaration, ils refusaient toute légitimité la CDR, après des allégations de crimes  contre leurs proches de la part des forces armées maliennes. «Le MNLA et le HCUA ne voient aucune efficacité dans la création d’une commission mise en place unilatéralement par un gouvernement de transition», soulignait la déclaration qui poursuivait que «par ailleurs le MNLA et le HCUA considèrent incongrue l’inclusion d’un ressortissant de l’Azawad dans une commission de l’Azawad». La lettre est signée par trois personnalités dont le vieil Intallah.

Après cette scène particulière, la rencontre pouvait continuer avec les représentants des autres communautés qui étaient plus nombreux et moins bruyants que les supporters de l'Azawad. Lorsqu'il a pris la parole, le représentant de la communauté Imghad, Ahmoudène Ag Ikmass, a tenu à saluer et à apprécier positivement la création de la CDR qui, selon sa conviction, ramènera la paix entre les deux parties. Un autre intervenant, Baba Ag Rhissa (qui disait s'exprimer en son nom propre), a pris la parole pour dire qu’il «difficile de trouver la solution à un problème dans une ville comme Kidal, où tout le monde croit chef. Personne ne veut écouter l’autre».

La signification de ce message codé était claire pour les initiés. La déclaration demandait en fait le rétablissement de l'autorité de ceux qu'elle désigne comme les vrais chefs traditionnels et qui dans un passé assez lointain avaient été évincés par le pouvoir colonial. Leurs remplaçants -autrement dit ceux qui à la faveur de la mise à l'écart de la vraie autorité traditionnelle se sont accaparés de la chefferie de la région – n’en font aujourd'hui qu’à leur tête au grand dam d'une majorité acculée au silence.

Ce que les intervenants ont exprimé était sans équivoque : les Imghad ne veulent plus rester sous la domination d’une autre ethnie qui a pris les armes contre la République, au nom de toutes les ethnies du Nord.
La tempête de sable qui s’annonçait a obligé la délégation à lever le camp plus tôt que prévu. Le déplacement de la délégation était sécurisé par les forces étrangères de la MINUSMA, l’Opération Serval et les forces armées maliennes. Le président de la CDR a promis retourner bientôt pour échanger longuement avec tout le monde. Après ce que l'on a vu et entendu, ce deuxième contact ne sera pas de trop, même s'il s'annonce aussi compliqué que le premier.

Envoyé spécial

A.DIARRA

 

DE L'EAU POTABLE DISPONIBLE 

La SOMAGEP a réparé les stations de pompages d'eau à la grande satisfaction des populations. Maintenant, celles-ci consomment de l'eau potable. La société peut néanmoins mieux faire car, la production actuelle n'est que de 15% de celle possible. Mais au moins la fourniture assurée par la SOMAGEP a mis fin aux rangs interminables autour des quelques puits de la ville où les ânes, les chèvres et les moutons disputaient aux hommes le précieux liquide.

LE GOUVERNORAT AUX MAINS DES GROUPES ARMÉS.

Les locaux du gouvernorat ainsi que la résidence du gouverneur et des membres de son cabinet restent toujours aux mains des groupes armés du MNLA et HCUA. Ces derniers squattent les lieux et règnent en maîtres absolus dans la ville. A chaque atterrissage d'avion à Kidal, ils font sortir femmes et enfants pour aller scander des slogans hostiles à l'administration et l'armée maliennes.

En attendant, les agents de l'Etat qui sont sur place habitent sous le même toit à la mairie de la commune urbaine de Kidal. Les agents dorment à quatre par chambre sur des matelas de fortune.  « Dans la journée, on se met à l'ombre des arbres plutôt que de rester dans la pièce à cause de la chaleur suffocante», indique l'un d'eux. Le gouverneur lui-même ne dispose que d'une seule chambre qui lui sert également de bureau. À la tombée de la nuit, tout le monde se retrouve autour dans le couloir poussiéreux, devant un vieux poste téléviseur pour suivre le journal télévisé de 20 heures de l'ORTM pendant que les plantons s'occupent du thé dans la cour. Les parages sont sécurisés par les forces onusiennes ainsi que par l'armée malienne.

VILLE FANTÔME

Si le gouverneur et son entourage sont de retour à Kidal, tel n'est pas le cas des populations qui ont fui les persécutions des groupes armés depuis 2012. Celles qui sont restées vivent dans la peur. Et le camp I où l'armée malienne est basée est devenu un refuge pour les femmes et enfants persécutés dans la ville par les groupes armés.

RADIO MILLE COLLINES.

La station de l'ORTM-Kidal a été rebaptisée « Radio-Azawad ». Et l'ancien responsable de formation professionnelle l'ANPE-Kidal est désormais le directeur de cette radio qui n'a rien à envier à celle de la Radio mille collines au Rwanda dans les années 90. « Chaque soir le directeur intervient sur la radio pour intoxiquer ceux qui l'écoutent. Il informe ses auditeurs de la conduite à tenir chaque fois qu'il y a une visite officielle dans la ville », a indiqué un habitant que nous avons rencontré à Kidal mercredi après-midi. Pendant notre bref séjour, l'homme filmait la rencontre à l'aide d'une petite caméra. Il se comporte en fait comme le journaliste « vedette » de la ville.

A.D.

commission

AFP

Liberia: la commission électorale rejette les recours contre le 1er tour de la présidentielle

Liberia: la commission électorale rejette les recours contre le 1er tour de la présidentielle

AFP

Liberia: la Cour suprême convoque la commission électorale

Liberia: la Cour suprême convoque la commission électorale

AFP

Présidentielle au Kenya: les regards tournés vers la Commission électorale

Présidentielle au Kenya: les regards tournés vers la Commission électorale

dialogue

AFP

Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue

Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue

AFP

Centrafrique: dialogue avec les groupes armés primordial, selon le président

Centrafrique: dialogue avec les groupes armés primordial, selon le président

AFP

Crise au Togo: inquiétude générale et appels au dialogue

Crise au Togo: inquiétude générale et appels au dialogue

réconciliation

AFP

Kenyatta, l'héritier multi-millionnaire face au défi de la réconciliation

Kenyatta, l'héritier multi-millionnaire face au défi de la réconciliation

AFP

Côte d'Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon"

Côte d'Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon"

AFP

Mali: les ex-rebelles rejoignent la conférence pour la réconciliation

Mali: les ex-rebelles rejoignent la conférence pour la réconciliation