mis à jour le

Libération des policiers : Quand Siméon interpelle Dioncounda

Quelques semaines après sa libération, l'ex- secrétaire général du syndicat de la Police nationale (SPN), Siméon Kéïta, est sorti hier de son silence pour demander au gouvernement de transition à travers son président, Dioncounda Traoré,  à « prendre des dispositions idoines pour faciliter la libération de leurs camarades syndicalistes toujours détenus pour des motifs non avérés ». Cet appel  a été fait hier jeudi  à l'occasion d'une conférence de presse organisée par le SPN  en collaboration avec la CSTM.

L'ex- secrétaire général du Syndicat de la police nationale (SPN), Siméon Kéïta a appelé hier jeudi lors d'une conférence de presse, le président par intérim, Dioncounda Traoré, à « respecter l'engagement qu'il a pris concernant la libération de tous les détenus issus des crises au sein des forces de l'ordre et de sécurité ».  Cet engagement a déjà permis, a-t-il reconnu, sa  libération, celle de son adjoint, Sirima Fané et deux autres camarades.  Siméon Kéïta veut que la mesure profite aussi  aux quatre autres camarades  qui croupissent toujours sous les verrous sans « fondement ».

Ces derniers avaient été libérés, mais ont été repris pour une seconde fois par un juge proche de l'ancien régime et de la direction nationale de la police, dirigé actuellement par Alou Badara Diamouténé », accuse M Keïta tout en soutenant que le DG de la police « s'emploie à nous ramener en prison pour la seconde fois afin de déstabiliser profondément le SPN ». Selon  lui, l'actuel directeur général n'est « venu seulement que pour se venger au sein de la police, une information qu'il aurait lui-même confirmé ».  Diamouténé avait été limogé par le président déchu, ATT en 2006   suite à des incidents provoqués à l'issue du match Mali-Togo lors de la qualification à la coupe d'Afrique.

Siméon Kéïta  soutient également que le patron des flics a adressé des menaces de morts  aux membres de son syndicat et a dénoncé  des mutations injustes en perspective qui seraient une man½uvre du directeur pour faire émerger l'autre syndicat qualifié de celui  «de leurs fils qui n'a aucun crédit au sein de la police, composé des fils des cadres de la police ».
Il a promis de n'entreprendre aucune action pouvant troubler la quiétude du pays ainsi que les futures actions du nouveau président élu, Ibrahim Boubacar Kéïta dit IBK à qui il a adressé une chaleureuse  félicitation.

Son ex-adjoint, Sirima Fané, a  lui aussi insisté sur la libération des autres camarades en vue de faciliter le retour de la cohésion au sein de la police.
Le secrétaire général par intérim, Youssouf Fofana, a été présenté officiellement par Siméon Kéïta. Celui-ci aussi serait menacé de mort par le directeur général, M. Diamouténé pour avoir osé prendre les rênes du SPN, a conclu l'ex-leader syndical.
Ousmane Daou

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

libération

AFP

Nigeria: libération d'un prêtre italien enlevé dans le sud

Nigeria: libération d'un prêtre italien enlevé dans le sud

AFP

RDC: libération de 16 manifestants arrêtés pour avoir reclamé des élections

RDC: libération de 16 manifestants arrêtés pour avoir reclamé des élections

AFP

Congo: des ONG demandent la libération d'un journaliste

Congo: des ONG demandent la libération d'un journaliste

policiers

AFP

Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes

Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes

AFP

Attaques au Mozambique, 14 assaillants et deux policiers tués

Attaques au Mozambique, 14 assaillants et deux policiers tués

AFP

Zambie: heurts entre manifestants et policiers devant le Parlement

Zambie: heurts entre manifestants et policiers devant le Parlement