mis à jour le

Liberté provisoire pour les étudiants : Le Chef de file de l'opposition demande la fin de la persécution judiciaire

Le vendredi 23 aout 2013, la Justice burkinabè accordait la liberté provisoire aux étudiants détenus à la Maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) suite aux événements du jeudi 1er aout 2013. Cette liberté provisoire a été obtenue suite à l'appel formulé par le collectif des avocats qui n'a ménagé aucun effort pour assister ces étudiants victimes de la répression du Gouvernement.

L'Opposition politique félicite le collectif des avocats et tous ceux qui, dans un élan de solidarité, ont soutenu ces victimes et contribué à leur libération provisoire.

Elle juge toujours inacceptable le maintien des poursuites à l'encontre des étudiants et invite par conséquent le Gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires pour mettre fin à leur persécution judiciaire.

L'Opposition politique rappelle par ailleurs que les préoccupations de logement et de restauration demeurent toujours posées pour les résidents déguerpis des cités. Le Gouvernement se doit de les examiner avec diligence afin d'y apporter des réponses appropriées. Le peuple burkinabè ne peut pas comprendre qu'un Gouvernement qui n'hésite pas à consacrer trente six (36) milliards à la création d'un Sénat absolument inutile soit incapable de répondre favorablement aux besoins élémentaires des étudiants, particulièrement une cité vacances et la restauration universitaire qui l'accompagne.

Les agissements désordonnés et épidermiques du Pouvoir ont eu des conséquences désastreuses pour les étudiants : libertés individuelles bafouées, perturbation et hypothèque de leur préparation et de leur participation aux concours directs de la fonction publique, etc. Cette répression injuste et aveugle prépare des lendemains amères pour nos enfants en nourrissant '' l'incivisme '' que le Gouvernement prétend combattre.

En tout état de cause, l'Opposition politique réaffirme sa solidarité totale et entière avec les étudiants et exprime sa disponibilité à poursuivre en leur faveur son élan de soutien pour la préservation de la dignité de nos futurs responsables.

Elle exhorte l'ensemble des étudiants à rester sereins et déterminés dans la quête légitime de meilleures conditions de vie et d'études. Elle invite l'ensemble de ses militants, sympathisants et tout le peuple burkinabè qui leur ont déjà exprimé leur solidarité et apporté de façon spontanée leurs soutiens multiformes depuis la répression du 1er aout 2013, à poursuivre la lutte pour un meilleur devenir des universités au Burkina Faso.

Pour l'Opposition Politique
Le Chef de file de l'Opposition
Zéphirin DIABRE

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

liberté

AFP

Somalie: remise en liberté du journaliste d'Al Jazeera

Somalie: remise en liberté du journaliste d'Al Jazeera

AFP

Congo: la demande de mise en liberté provisoire du général Mokoko rejetée

Congo: la demande de mise en liberté provisoire du général Mokoko rejetée

AFP

JO-2016: le boxeur marocain remis en liberté provisoire

JO-2016: le boxeur marocain remis en liberté provisoire

étudiants

AFP

AFS: nouveaux heurts violents entre policiers et étudiants

AFS: nouveaux heurts violents entre policiers et étudiants

AFP

Le meeting de Sarkozy perturbé par des étudiants gabonais

Le meeting de Sarkozy perturbé par des étudiants gabonais

AFP

RDC: trois étudiants acquittés par la justice faute de preuves

RDC: trois étudiants acquittés par la justice faute de preuves

chef

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

AFP

Côte d'Ivoire: "l'image de Gbagbo, un handicap", selon le chef du parti d'opposition

Côte d'Ivoire: "l'image de Gbagbo, un handicap", selon le chef du parti d'opposition

AFP

Mali: le procès du chef de l'ex-junte  Sanogo renvoyé

Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé