mis à jour le

Benkirane II : Dures, dures les négociations avec la Colombe !

Toujours rien de nouveau dans l'affaire de la recomposition du gouvernement Benkirane ! Le blocage est manifeste. Le RNI, seul parti candidat avec qui Benkirane entend recomposer la majorité gouvernementale, n'a toujours pas dit son dernier mot. En effet, plus d'un mois après son feu vert de participation, la formation de Mezouar se veut apparemment exigeante, encore plus après la reprise du Département des Finances par Aziz Akhennouch, un poste qui serait prisé par les amis de l'ancien argentier du Royaume.

Benkirane, lui, continue de prendre tout son temps. En politicien avéré, il sait mieux que quiconque que dans cette affaire, il s'agit d'un cas opportunisme politique de part et d'autre. Ni plus, ni moins. Dans tous les cas, l'accouchement tarde à venir. Et sans risque de se tromper, on peut avancer qu'après le retrait de l'Istiqlal et ses ministres, le Royaume est gouverné par une minorité parlementaire conduite par le PJD, vainqueur des législatives de novembre 2011.

La crise politique perdure. Et de l'avis de presque tous, si le nouveau gouvernement tarde à voir le jour, c'est que le RNI n'entend pas entrer dans un nouveau cabinet pour remplacer l'Istiqlal dans les postes vacants. Le parti d'Osman exige une refonte globale de la majorité et un nouveau programme gouvernemental. Selon un député casablancais du RNI, « le parti de la Colombe ne compte pas se substituer aux ministres istiqlaliens, c'est un fait. Il veut marquer de son empreinte le futur cabinet». Autrement dit, pour que le RNI prenne part à la future majorité, il faut revoir l'architecture gouvernementale, créer de véritables pôles ministériels économiques (économie, finances, affaires générales), et sociaux (emploi, artisanat, famille, santé...). Pour notre interlocuteur, « le RNI veut avoir le pôle économique et reste contre la division du département de l'Economie en deux (Finances et budget). L'expérience actuelle a montré que ce choix est contreproductif».

La dernière rencontre en date entre Benkirane et Mezouar n'a pas apporté d’éléments nouveaux à même de faire avancer les négociations vers la constitution de la nouvelle majorité gouvernementale. Selon une source proche du SG du PJD, le président du RNI n'innove pas. Et l'on vous dira même que si le RNI veut revoir l'architecture gouvernementale, ''autant aller aux urnes''.

Une journée après, précisément dimanche dernier à Casablanca, Benkirane s'est montré (paradoxalement) à l'aise, presque soulagé. Devant une foule exaltée de jeunes pjdistes, il a résumé les difficultés des négociations comme ceci : ''Si ça ne marche pas, nous remettrons le dossier entre les mains du Souverain''. Dans le même sens, il s'est dit toujours prêt à des élections anticipées dans le cas où les négociations avec le RNI n'aboutiraient à rien…

Sur un autre plan, Benkirane ne devrait apparemment pas toucher aux acquis du PPS et du MP, toujours aussi accrochés à leurs ministères. C’est dire que l’équation n’est pas aussi facile que l’on puisse imaginer. Le Chef du Gouvernement a vraiment du pain sur la planche, d’où la question de savoir comment il parviendra à ne pas mécontenter tout ce beau monde !

H.Z

Encadré :

Le groupe parlementaire PPS est constitutionnel

 

Bonne nouvelle pour Nabil Benabdellah et ses amis : le PPS maintient son groupe parlementaire. Le Conseil Constitutionnel a, dans une décision promulguée récemment, validé la constitutionnalité du groupe du progrès démocratique. Le Conseil Constitutionnel a, par ailleurs, stipulé que les députés ne peuvent pas changer leurs groupes parlementaires lors de la mi-législature, conformément à l'article 61 de la Constitution qui interdit la transhumance parlementaire.

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé 

Benkirane

AFP

Maroc: le roi va remplacer le Premier ministre Benkirane

Maroc: le roi va remplacer le Premier ministre Benkirane

AFP

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

AFP

Maroc: l'islamiste Benkirane reconduit Premier ministre

Maroc: l'islamiste Benkirane reconduit Premier ministre

négociations

AFP

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

AFP

Mozambique: reprise des négociations de paix sans les médiateurs

Mozambique: reprise des négociations de paix sans les médiateurs

AFP

RDC: l'opposant historique Tshisekedi meurt en pleines négociations politiques

RDC: l'opposant historique Tshisekedi meurt en pleines négociations politiques