mis à jour le

Bassin de rétention de Grand-Yoff Solution ou psychose et angoisse

Malgré l'existence d'un bassin de rétention, à Grand-Yoff, les habitants continuent de vivre le calvaire. Ceci à cause des eaux de pluies qui viennent des quartiers environnants.

Du matériel lourd, des outils de pompage, des ouvriers qui travaillent sous cette forte chaleur. C'est le décor autour du bassin de rétention de Grand-Yoff, sis à Khar Yalla. Une situation qui pousse Alioune Touré, président du Comité de gestion et de suivi des inondations, à dire que les travaux avancent et que la situation est maitrisée. Une opinion qui laisse les riverains de cette localité sur leur faim. Ces derniers estiment que le tuyau qui draine les eaux des autres localités, comme Liberté 6 et Nord Foire, ne doit pas être raccordé au bassin de rétention de Grand-Yoff, mais plutôt acheminé à la mer. Victorine Coly, en sueur, magnifie certes l'avancement des travaux, mais n'est pas rassurée, du fait que toutes les eaux de Nord Foire et de Liberté 6 se déversent à Grand-Yoff. «Même s'il ne pleut pas, Grand-Yoff est inondé, à cause de ces eaux», informe-t-elle. Un triste constat qu'elle partage avec Ahmadou Dia, ce vieux de 85 ans, rencontré sur le chemin de la mosquée, selon, qui, il est prématuré de dire que le bassin les rassure car, «nous n'avons enregistré que de petites précipitations, pas de grandes pluies, hormis la pluie qui nous a fait patauger récemment».

Angoisse permanente

Un autre riverain qui a requis l'anonymat, de renseigner que le Comité de gestion est plongé dans la léthargie car, il n'a rien apporté aux populations de Grand-Yoff. Aussi, l'accuse-t-il d'être sous la coupole des hommes politiques. Selon lui, étant donné que les canaux qui sont dans ces quartiers ne fonctionnent plus, «il est préférable de prolonger le canal du bassin de rétention jusqu'à la plage de Hann, en passant par l'autoroute et la cité Maristes». Autres personnes, autres soucis, même endroit. Ivonne Faye, contrairement à Victorine Coly, dit vivre dans l'angoisse à l'approche de chaque hivernage. Cette habitante du quartier Missirah de Grand-Yoff loge à côté du bassin de rétention. Cette mère de plusieurs enfants déclare vivre dans la peur à cause «des travaux du bassin qui ont démarré et qui tardent à finir». Dans cette même lancée, Waly Fall, voisin d'Ivonne, de déplorer l'état d'avancement des travaux du bassin. Ce dernier pense que les travaux ont démarré tardivement. Ainsi, à Grand-Yoff, les travaux des bassins ont-ils atténué la situation imposée par les dernières pluies, mais n'autorisent point les populations de dormir à poing fermé.

Aïssatou Doucouré NDIAYE

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

rétention

AFP

Migrants en rétention

Migrants en rétention

AFP

Clandestins: dans les camps de rétention grecs, les damnés de la crise

Clandestins: dans les camps de rétention grecs, les damnés de la crise

El hadji Ndiagana MBAYE

CONSTRUCTION DE LOGEMENTS SOCIAUX ET SECURISATION DES BASSINS DE RETENTION La transparence dans l’attribution des marchés retarde la réception

CONSTRUCTION DE LOGEMENTS SOCIAUX ET SECURISATION DES BASSINS DE RETENTION La transparence dans l’attribution des marchés retarde la réception

psychose

AFP

Ebola: l'Europe vérifie l'efficacité des contrôles, la psychose gagne

Ebola: l'Europe vérifie l'efficacité des contrôles, la psychose gagne

AFP

Ebola: malgré zéro cas, la Côte d'Ivoire au bord de la psychose

Ebola: malgré zéro cas, la Côte d'Ivoire au bord de la psychose

AFP

Centrafrique: nouveaux affrontements meurtriers, retour de la psychose

Centrafrique: nouveaux affrontements meurtriers, retour de la psychose