mis à jour le

CONFLIT SYRIEN Gadio déplore la faible influence de l’Afrique

L'ancien ministre des Affaires étrangères a déploré la faible implication de l'Afrique sur la scène internationale. «La voix de l'Afrique sur le conflit syrien est très faible voire inaudible et l'Union africaine n'intervient pas tellement», s'est offusqué Cheikh Tidiane Gadio.

L'ancien ministre des Affaires étrangères sous Me Abdoulaye Wade ne veut pas d'une Afrique qui ne joue pas sa partition dans le concert des nations, plus précisément, dans les conflits de guerre. L'Afrique doit avoir son mot à dire. «Si notre continent veut revendiquer sa juste place dans ce monde contemporain et dans la reconfiguration de la géopolitique mondiale, il ne peut pas s'emmurer dans le silence, quand d'autres frères, comme le peuple syrien, subissent des bombardements chimiques», a-t-il suggéré. Interrogé par nos confrères de Rfi, il est d'avis que «l'Afrique ne doit pas attendre qu'on lui donne un certificat de capacité à influer pour s'imposer». Car, précise-t-il, «l'Afrique représente quand même plus du quart des pays membres des Nations unies». Sur les accusations de bombardement chimique du régime syrien, si c'est avéré, c'est un crime de guerre et un crime contre l'humanité. Par conséquent, il estime que le monde entier doit accepter qu'on arrête Bachar El-Assad et son armée et ses milices : «Autant que cela soit possible, sous couvert de la communauté internationale, sinon les pays doivent peut-être exercer leur devoir de protection d'un peuple qu'on est en train de détruire littéralement sous nos yeux». Mais, l'intervention d'une force internationale sans mandat de l'Onu relèverait d'une grande contradiction du système international actuel», prévient-il, donnant l'exemple de la Lybie. Il qualifie ce système de profondément et particulièrement injuste par rapport à l'Afrique. «Tant que notre continent n'aura pas un siège de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, on ne pourra pas suivre les grandes décisions qui engagent ce monde», se désole-t-il. A l'en croire, l'expérience libyenne est restée une pilule très amère à digérer. Parce que, dit-il, le conflit libyen s'est étendu aujourd'hui au Sahel et a failli faire tomber le Mali.

M. BA


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

conflit

AFP

Mozambique: 5.000 personnes déplacées par le conflit

Mozambique: 5.000 personnes déplacées par le conflit

AFP

Libye: appel au dialogue pour éviter une aggravation du conflit

Libye: appel au dialogue pour éviter une aggravation du conflit

AFP

Libye: 279.000 enfants privés d'école

Libye: 279.000 enfants privés d'école

influence

AFP

Libye: les islamistes se débarrassent de Zeidan et gagnent en influence

Libye: les islamistes se débarrassent de Zeidan et gagnent en influence

Actualités

Plainte contre un Imam pour influence sur un jeune pour rejoindre les djihadistes en Syrie

Plainte contre un Imam pour influence sur un jeune pour rejoindre les djihadistes en Syrie

La Rédaction

Congo : l’UPADS se demande comment retrouver son influence

Congo : l’UPADS se demande comment retrouver son influence

l’Afrique

Benoit DOSSEH

L'Afrique du Sud veut organiser les JO de 2024

L'Afrique du Sud veut organiser les JO de 2024

Ambroise DAGNON

Homosexualité: coming d'un espoir du foot américain et l'Afrique toujours muette

Homosexualité: coming d'un espoir du foot américain et l'Afrique toujours muette

Steven LAVON

Injustice ?! la FIFA invalide le prestigieux succès de l’Afrique du Sud sur l’Espagne

Injustice ?! la FIFA invalide le prestigieux succès de l’Afrique du Sud sur l’Espagne