mis à jour le

Koulouba : DANS LES COULISSES DU DERNIER CONSEIL DES MINISTRES ORDINAIRE DE LA TRANSITION

En sortant de la salle du conseil, le chef de l'Etat a tenu à serrer la main de chacun des ministres comme pour leur confirmer que la mission étaient vraiment terminée

Toute chose à une fin, assure un dicton. Hier, le gouvernement de transition a tenu son dernier Conseil des ministres ordinaire au palais présidentiel de Koulouba. Présidé par le chef de l'Etat par intérim, le Pr. Dioncounda Traoré, la session s'est déroulée sous une pluie battante au premier étage du bâtiment où se trouve la salle du Conseil des ministres. Les couloirs qui mènent à cette salle étaient occupés par les gardes du corps et notre équipe de reportage. Le temps passait au rythme des averses qui s'abattaient sur Bamako. Il pleuvait très fort et les couloirs du bâtiment étaient presque arrosés. Nous étions obligés de changer continuellement de position au gré de la direction du vent.

Notre équipe de reportage baignait dans une ambiance peu familière. En général, le monde de gardes du corps est un univers particulier, discret, voire mutique. Tout le contraire des journalistes qui sont souvent comme chats et chiens avec la garde rapprochée du président de la République. Les deux professions ont souvent des prises de bec publiques. Hier, rien de tout cela. La fin de transition aidant, les gardes du corps étaient étonnamment relaxes. Certains se sont même autorisés à commenter ces 18 mois de transition marqués par des hauts et des bas. «Nous avons passé une transition bien remplie. Il s'est passé tellement des choses et nous étions constamment sous pression», avouera un officier de la garde rapprochée du chef de l'Etat. Un autre bodyguard s'est livré avec humour : « Aujourd'hui, c'est la dernière journée du championnat. Tous les meilleurs buteurs, les meilleurs gardiens, les meilleurs défenseurs seront connus et récompensés ». La causerie était animée, touchant à des sujets habituels hors de ce cénacle : les tares de l'administration publique, l'égocentrisme du chef, la méchanceté entre employés … Bref, les tabous tombaient avec une étonnante facilité.

Les grondements du ciel semblèrent soudain ramener tout le monde à la réserve habituelle. Nous avons donc entrepris de préparer une série de questions à l'adresse du président de la République par intérim : Monsieur le président quelles sont vos impressions après avoir passé 18 mois à la tête de la transition ? Etes vous vraiment satisfait de la mission accomplie ? Avez vous aujourd'hui des regrets ? Quelle sera votre vie après transition ? Avez vous un conseil à donner au président élu ? Le chef de l'Etat qui était d'accord pour répondre à nos questions, s'est ravisé par la suite sur la recommandation de ses collaborateurs.

A défaut du président, les ministres semblaient disponibles. Deux d'entre eux ont volontiers répondu à nos questions : le ministre de l'Energie et de l'Eau, Makan Tounkara, et celui de l'Agriculture, Baba Berthé. «Aujourd'hui je suis animé par un sentiment de satisfaction. Les missions confiées au gouvernement de transition ont été pleinement accomplies. En tant que ministre en charge de l'électricité et de l'eau, nous avons fait beaucoup de choses en si peu de temps. Mais l'appréciation revient toujours à la population », a indiqué le ministre de l'Energie et de l'Eau. Il dit avoir tout de même regretté les délestages qui auraient pu être évités si certaines dispositions avaient été prises en amont. « Nous avons eu à affronter ces problèmes avec tout le tact professionnel», s'est consolé Makan Tounkara.

«Le gouvernement avait pour mission la libération du nord et l'organisation des élections. Je pense que ça s'est bien passé même s'il faut reconnaître qu'il y a eu des difficultés. Le plus important aujourd'hui, c'est améliorer les acquis de la transition. Que ça soit pour la sécurité du nord du pays ou pour les élections à venir. Ce que je pouvais faire dans ce gouvernement de transition, je pense l'avoir fait avec satisfaction. Seuls les charlatans pourront dire ce que je vais faire après la transition. Pour l'instant je reste à la disposition du président et de son gouvernement », a indiqué le ministre de l'Agriculture.

Le Conseil des ministres s'est terminé comme il avait commencé : sous la pluie. En sortant de la salle, le chef de l'Etat a tenu à serrer la main des ministres comme pour leur signifier que la mission était vraiment terminée. Il a renouvelé le geste avec les gardes du corps avant de s'engouffrer dans sa voiture.

Selon certaines indiscrétions, un Conseil des ministres extraordinaire pourrait être prévu au début de la semaine prochaine ainsi qu'une cérémonie de remise de médailles.

M. KEITA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Koulouba

La Rédaction

Passation de pouvoir

Passation de pouvoir

La Rédaction

Koulouba : AVEC LA GRATITUDE DE LA TRANSITION

Koulouba : AVEC LA GRATITUDE DE LA TRANSITION

La Rédaction

Investiture : DU COTE  DU  PALAIS  DE  KOULOUBA

Investiture : DU COTE DU PALAIS DE KOULOUBA

ministres

AFP

Sommet Afrique-France: rencontre des ministres des Affaires étrangères

Sommet Afrique-France: rencontre des ministres des Affaires étrangères

AFP

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

AFP

Partenariats économiques en Afrique: "pas de pré carré" (Premiers ministres français et sénégalais)

Partenariats économiques en Afrique: "pas de pré carré" (Premiers ministres français et sénégalais)

transition

AFP

Soudan du Sud: le président Kiir forme son gouvernement de transition

Soudan du Sud: le président Kiir forme son gouvernement de transition

AFP

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

AFP

Niger: l'opposition dit non au dialogue sans transition politique

Niger: l'opposition dit non au dialogue sans transition politique