mis à jour le

Faut-il dénoncer l’augmentation de 700 % (c.

Le 2007 à 2011, j’ai questionné le phénomène de la corruption au Mali, sous toutes ses coutures.  Mes travaux m’ont amené  à  dresser le constat qu’il y avait une corrélation forte entre la fortune et la tentation à la corruption. En d’autres termes, on corrompt et on se corrompt pour d’abord se constituer un revenu complémentaire à son salaire puis pour se mettre à l’abri de l’insécurité économique, ad vitam aeternam  si possible.

 

Sikou Semega

La mémoire (le souvenir) des jours difficiles venant rappeler leur caractère mortifère, fait s’engager celui qui dispose d’un pouvoir discrétionnaire dans une logique de constitution de rente et d’accumulation à son propre profit, en dévoyant le contrat initial conclu entre lui (l’agent) et son principal ( l’employeur).   Dès lors, il s’est posé la question de l’effet des incitations salariales sur le comportement opportuniste. Question qui a fait l’objet d’une longue littérature, et a fait se polariser le débat en 2 camps.

 

Cependant, avec le concours des sciences sociales autres que les sciences économiques, il se dégage clairement qu’une amélioration durable des conditions salariales impacte négativement sur la corruption, lui en faisait baisser d’intensité.

 

Alors, à la lumière de ces travaux, il faut penser qu’une augmentation des émoluments des ministres peut les tenir à distance de la tentation. Celle de corrompre ou de se corrompreJouissant d’un traitement salarial correct, les ministres se consacreraient tous entiers aux missions qui leur sont confiées, sans un soupçon de comportement opportuniste. L’Économie du Droit  et La Théorie des Jeux couplée à la Psychologie Sociale permettent de valider théoriquement une telle conclusion.

 

Par ailleurs, on a pu voir que le manque de financement des politiques les entraînait dans des prises indues du denier public, pour faire face au coût de fonctionnement de leur organisation politique. On peut donc penser qu’une formalisation correcte et une hausse des émoluments des acteurs politiques permettraient de mieux moraliser la vie politique malienne. En tout cas, si ce projet aboutissait, ce serait un véritable matériau d’expérimentation à disposition des analystes de la corruption, pour encore confronter empiriquement la théorie des incitations à l’épreuve des faits.

 

Enfin, pour rompre avec ma neutralité axiologique, augmenter de 700%  signifie quand même multiplier par 8 les salaires. J’espère qu’on fera de même pour toutes les infirmières, pour tous les policiers, pour tous les enseignants, pour tous les fonctionnaires, et pour tout le secteur privé en révisant le salaire minimum et les textes qui contrôlent le travail. Je pense spécialement au personnel domestique, les bonnes et assimilés, qui travaille 7 sur 7,  et plus de 16 heures par jour, et pourtant payé au lance-pierre.

 

En économiste, je ne suis pas contre la multiplication des salaires des ministres par 8 : il faudrait bien que ça commence par une couche de travailleurs. Mais pourquoi pas par le bas social ? Bien sûr, je me dédis en affirmant qu’encore faut-il que les gouvernants soient bien rémunérés pour qu’ils puissent fixer leur esprit sur la gestion du bien public.

Mais une nation pérenne est une nation où la justice sociale et l’équité font sens. Rappelons que le principe fondateur de la démocratie, c’est précisément l’aversion à l’iniquité. Attention, ne confondons pas inégalité et iniquité : l’inégalité est justifiée et juste, mais pas l’iniquité. Or dans le présent cas d’espèce, il semblerait bien qu’on est en présence d’iniquité et non d’inégalité.

   

    Sikou SEMEGA,      

Professeur d’Economie

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

traitement

AFP

Niger: les magistrats dénoncent "l'immixtion" du régime dans "le traitement de dossiers judiciaires"

Niger: les magistrats dénoncent "l'immixtion" du régime dans "le traitement de dossiers judiciaires"

AFP

Mali: l'ONU en gendarme dans le Nord, Bamako avertit contre "tout traitement inéquitable"

Mali: l'ONU en gendarme dans le Nord, Bamako avertit contre "tout traitement inéquitable"

AFP

Ebola: le Liberia n'a plus aucun malade dans ses centres de traitement

Ebola: le Liberia n'a plus aucun malade dans ses centres de traitement

ministres

AFP

Au Lesotho, deux anciens Premiers ministres favoris des législatives

Au Lesotho, deux anciens Premiers ministres favoris des législatives

AFP

Nigeria: le président absent une nouvelle fois du conseil des ministres

Nigeria: le président absent une nouvelle fois du conseil des ministres

AFP

Gambie: dix ministres du gouvernement Barrow prêtent serment

Gambie: dix ministres du gouvernement Barrow prêtent serment