mis à jour le

Le

Alors que les politiques économiques du gouvernement tendent à encourager l'entrepreneuriat des jeunes, le secteur du recyclage des déchets n'attire pas les investisseurs et l'ouverture de ce créneau tarde à se faire.

Selon la secrétaire d'Etat chargée de l'environnement, Dalila Boudjemaâ, l'Algérie perd près de 300 millions d'euros par an à cause du non recyclage et récupération des déchets.
Le recyclage des déchets est un «investissement bénéfique et générateur de nouveaux emplois à travers la création de micro entreprises dans le domaine de l'industrie de l'environnement », a indiqué Mme Boudjemaâ qui présidait l'opération de sensibilisation à l'importance de la protection de l'environnement par le tri des déchets domestiques. Elle a précisé à ce propos, que 2 000 micro entreprises sont désormais opérationnelles dans plusieurs domaines liés à la protection de l'environnement tels l'entretien des espaces verts et le recyclage des déchets. Le volume des déchets, tous types confondus, est estimé à 13,5 millions de tonnes par an dont 60% recyclables alors que seulement 5 ou 6% de ces déchets sont exploités par voie de recyclage, a encore dit Mme Boudjemaâ. Elle a appelé les investisseurs à concentrer leurs efforts sur le recyclage des déchets pour le développement d'une industrie de l'environnement qui répond aux normes en vigueur en la matière. L'Etat «table sur le développement de l'industrie de récupération et de recyclage d'autant plus qu'il s'agit d'un axe au coeur du programme national de gestion des déchets domestiques qui constitue le cadre référentiel fondamental dans le recyclage des déchets ». Entre autres matières concernées par le recyclage des déchets, il y a lieu de citer le plastic, le papier, les minéraux, les batteries et autres équipements ménagers et électroniques. Concernant la sensibilisation au tri des déchets domestiques, Mme Boudjemaâ a souligné que l'Etat «a mobilisé tous les moyens matériels nécessaires avec la contribution des différentes parties concernées », mettant l'accent sur le rôle du citoyen en tant que «partenaire principal» dans la réussite de cette opération. D'autre part, la secrétaire d'Etat chargée de l'environnement a affirmé que les opérations de tri des déchets «contribuent de manière considérable au succès du recyclage des déchets qui revêt un caractère économique en raison de son apport». S'exprimant sur l»opération de sensibilisation des déchets domestiques lancée ce lundi à Dely Brahim sur initiative du secrétariat d'Etat chargée de l'environnement en coordination avec l'Union nationale des femmes algériennes (UNFA) et autres associations activant dans le secteur, elle a estimé qu'il s'agissait d'une expérience «pilote qui sera généralisée à l'ensemble des quartiers de la capitale». Le tri des déchets domestiques sera soumis à une évaluation avant d'être généralisé dans le but d'établir des contrats de performance avec les communes dans le cadre du renforcement de cette dynamique. Lu sur Le Financier

The post Le «non recyclage» coûte 300 millions d'euros par an à l’Algérie appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens