mis à jour le

IDE: L’Algérie 17è, le Maroc 2è…

Les investissements directs étrangers (IDE) ont connu un “net recul” en Algérie, qui “ne figure pas dans le classement des dix pays africains les plus attractifs en termes d’IDE”, rapporte mardi la presse locale, soulignant que “la palme revient au Maroc” au niveau du continent.

“En dépit des efforts consentis par son gouvernement pour améliorer le climat des affaires, à travers un processus de réformes enclenché il y a quelques années, l’Algérie n’attire plus les investisseurs d’outre-mer”, souligne le quotidien Liberté, qui cite une récente étude publiée par FDI, la revue spécialisée du Financial Times.

Selon la publication, “l’environnement politique et économique favorable et la santé financière convenable qu’envient même les puissances mondiales, n’ont pas suffi pour que le pays (Algérie) puisse bénéficier des bienfaits des investissements directs étrangers”.

“Force est de constater que l’Algérie enregistre un net recul malgré une situation des plus avantageuses en matière de stabilité politique et financière”, constate l’auteur de l’article, notant que ce pays maghrébin se classe à la 17è place sur les 54 pays du continent africain quant au montant des IDE.

D’autre part, le journal relève que le Maroc, épargné par les “troubles qui secouent” la région, a bénéficié de 8,3% des IDE consacrés à l’Afrique en 2012, “ce qui lui permet de dépasser l’Egypte, victime de sa situation politique et sécuritaire défavorable”.

“Les performances concrétisées par le royaume lui confèrent aussi le rang de deuxième pays africain à attirer les IDE, derrière l’Afrique du Sud, le plus attractif”, poursuit la même source, ajoutant que le Maroc “arrache encore la quatrième place du point de vue de l’environnement favorable aux affaires, derrière l’Afrique du Sud, l’Egypte et l’île Maurice”.

C’est dans ces termes que le quotidien Le Citoyen résume, pour sa part, les résultats de cette étude: “Instabilité en Tunisie, climat défavorable en Algérie. La sanction est inévitable : les IDE sont à la traîne dans les deux pays, à l’inverse du Maroc, qui tire son épingle du jeu”.

“Drainant de plus en plus d’investisseurs étrangers, le Maroc devance largement ses voisins maghrébins, et s’érige en une destination de premier choix des investisseurs”, fait remarquer la même source, relevant que “l’Algérie n’a pas échappé à la tendance baissière mondiale des flux des investissements directs étrangers (IDE)” en 2012.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

Maroc

Géopolitique

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

AFP

Ethiopie et Maroc signent un important projet de production d'engrais

Ethiopie et Maroc signent un important projet de production d'engrais

AFP

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent