mis à jour le

L’été pourri du marché boursier casablancais

S'il est vrai que l'on ne s'intéressait guère plus au comportement du marché boursier depuis la crise qui l'a réduit comme peau de chagrin à partir de 2008, on ne peut s'empêcher de relever «l'été pourri» qu'il a connu.  En effet, même si la Bourse de Casablanca n'a fait que poursuivre depuis cette date sa tendance baissière, rarement et très momentanément redressée de quelques dixièmes de points en pourcentage, elle n'a pas moins connu trois mois consécutifs ( juin, juillet et août ) de correction supplémentaire cet été.

Les deux indices qui en traduisent l'activité, MASI et MADEX , ont affiché pendant cette période des baisses respectives de 5,60 % et 5,72 %, doublant leurs pertes depuis le début de l'année 2013, à – 10% pour le MASI et -10, 29 % pour le MADEX, soit  respectivement 8418,35 et 6830,53 points au 27 août. Dans le détail, le MASI a perdu -1,29 % en juin, -2,44 % en juillet  et  -1,85 % au 27 août. Le MADEX, quant à lui, a chuté de  -1,34 %,  -2,47 % et -1,91 % sur les mêmes mois.  Les échanges sur le marché central sont tombés à quelque 76 MDH jour, bien au dessous donc de la barre des 100 MDH qui, jusqu'à présent, constituait une barrière de résistance.

Au-delà de la perte de confiance des investisseurs institutionnels et petits porteurs observée depuis quatre ans au moins, le marché boursier semble connaître les conséquences de la baisse des résultats des sociétés  cotées qui se dégraderaient encore pour le premier semestre 2013.  En fait, ce sont les détenteurs d'actions que l'on pourrait qualifier de «résistants», ceux qui ont cru en la bourse jusqu'à présent qui finissent par craquer et quitter le navire en cédant les actions en leur possession, sur le coup de la déception qu'ils ressentent de voir les «blues ships» touchées par la crise et affichant des résultats en régression.

Mais, ils quittent également la Bourse parce que ce sont aussi des experts qui ont foi en les mécanismes de marché qui connait des cycles de hausse et de baisse. Ils considèrent aujourd'hui que les cours des valeurs de fonds de portefeuille sont trop élevés et partant donc leurs PER. Les publications semestrielles des résultats des sociétés cotées justifient-elles ces réactions des investisseurs ?

Il faut rappeler que déjà qu'au terme de l'exercice 2012, la masse bénéficiaire des sociétés cotées avait affiché une baisse de -10,1%.  En effet, les cimentiers ont connu un recul de leurs bénéfices de -25 %,  dans un contexte marqué par une baisse de la consommation de ciment au niveau national et par l'intensification de l'environnement concurrentiel suite à l'augmentation des capacités de production d'un nouvel entrant (Ciments de l'Atlas). Le secteur de l'énergie, quant à lui, a vu ses bénéfices décroître de 68 % du fait de la dégradation drastique du résultat de la Samir, déficitaire de 131 MDH contre un résultat positif de 473 MDH en 2011.

Les compagnies d'assurance ont également connu une diminution des bénéfices de -17 % sous l'impact du recul des résultats de leurs placements sur les marchés financiers.                                                                                                                                                                                          Et pour clore le tout, la valeur phare de la cote, Maroc Telecom a subi une dépréciation de son résultat de -17,5 % alors que cette seule valeur représentait 25 % de la masse bénéficiaire du marché en 2012.                                                                                                                              Par ailleurs, les autres secteurs d'activité n'ont pas été en reste dans ce tableau noir. Notamment le secteur minier, qui a réalisé une performance de +3 % seulement, pâtissant de la contre-performance des résultats de Managem de -33 %. Le  secteur immobilier  a connu une moyenne de croissance de +1 % seulement en raison du recul du résultat de CGI de -16 % et de la croissance limitée affichée par Addoha (+2,6 %) et Alliances (+5.6 %).                                                                                                                                                                                     Quant aux résultats moyens du secteur bancaire, ils ont crû d'à peine +3 % du fait du ralentissement de la croissance des dépôts et des crédits et de la détérioration du coût du risque.                                                                                                                                                                            De manière générale, la baisse de la masse bénéficiaire en 2012 est la traduction d'une conjoncture économique morose avec un ralentissement de la croissance du PIB à 2,7 % en 2012 après une décennie d'une croissance annuelle moyenne de 5 %.                                   Pour 2013, et ce premier semestre dont les résultats sont en cours de publication, le comportement de la masse bénéficiaire n'est pas encore clairement défini. Mais logiquement, la conjoncture économique ne se prêtant pas à une amélioration, les secteurs de l'économie représentés à la bourse ne feront pas exception.                                                                                                                                                                     L'été 2013, en aggravant la contre-performance du marché boursier, a démontré que la crise boursière, longtemps attribuée  à son  manque de liquidité et ses dysfonctionnements, peut s'expliquer aujourd'hui par la seule crise économique que connaît notre pays.

Espérons qu'inversement, le marché pourrait sortir de sa crise au détour d'une meilleure conjoncture…

 

Afifa Dassouli

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

marche

AFP

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

AFP

Maroc: la police disperse les rassemblements

Maroc: la police disperse les rassemblements

AFP

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby