mis à jour le

Egypte: la mort de 37 détenus ravive les craintes pour les droits de l’Homme

Chérif Gamal Siyam a rendu l’âme dans un fourgon de la police égyptienne, asphyxié par des gaz lacrymogènes tirés à l’intérieur du véhicule le 18 août, un événement qui ravive les craintes sur le respect des droits de l’Homme en Egypte.

Tout a commencé par son arrestation, lors de la sanglante dispersion le 14 août de partisans du président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l’armée.

Ses amis insistent, il ne faisait pas partie des manifestants qui campaient depuis 45 jours sur les deux places du Caire pour réclamer le retour de M. Morsi. Il tentait de s’interposer entre manifestants et policiers, espérant un peu naïvement empêcher le bain de sang.

Quelle que soit la raison pour laquelle il se trouvait Place Rabaa al-Adawiya ce jour-là, la suite des événements est décrite par tous de la même façon: arrêté, il est mort quatre jours plus tard avec 36 autres détenus, asphyxié dans un fourgon de police qui les transportait à la prison d’Abou Zaabal.

Le gouvernement intérimaire affirme qu’aucune règle n’a été violée et le ministère de l’Intérieur a promis une enquête exhaustive. Mais les défenseurs des droits de l’Homme et les proches des victimes font porter la responsabilité de ces morts aux autorités.

La version officielle a évolué: l’agence Mena a commencé par évoquer un guet-apens d’hommes armés contre le véhicule, à l’approche de la prison située au nord du Caire.

Plus tard, Mena et le ministère de l’Intérieur ont accusé les détenus d’avoir pris un policier en otage à l’intérieur du fourgon, un acte qui, selon eux, a poussé ses collègues à tirer des grenades lacrymogènes.

Le ministère de l’Intérieur a expliqué que certains prisonniers avaient été piétinés dans la bousculade.

Oussama al-Mahdy, avocat et défenseur des droits de l’Homme, connaissait bien la victime, un ingénieur des télécommunications de 29 ans.

AFP

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

mort

AFP

Maroc: un mort et deux blessés dans une fusillade

Maroc: un mort et deux blessés dans une fusillade

AFP

Mugabe pour le rétablissement, dans les faits, de la peine de mort

Mugabe pour le rétablissement, dans les faits, de la peine de mort

AFP

Maroc: un an après la mort d'un vendeur de poisson, l'onde de choc continue

Maroc: un an après la mort d'un vendeur de poisson, l'onde de choc continue

détenus

AFP

Au Maroc, le long chemin des familles des détenus du "Hirak"

Au Maroc, le long chemin des familles des détenus du "Hirak"

AFP

Crise anglophone au Cameroun: des avocats exigent la libération des détenus

Crise anglophone au Cameroun: des avocats exigent la libération des détenus

AFP

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

droits

AFP

Macron apporte un soutien appuyé

Macron apporte un soutien appuyé

AFP

Paris, Le Caire, ventes d'armes et droits de l'homme

Paris, Le Caire, ventes d'armes et droits de l'homme

AFP

Paris, Le Caire, les ventes d'armes et les droits de l'homme

Paris, Le Caire, les ventes d'armes et les droits de l'homme