mis à jour le

Le président élu du Mali s’est rendu au Tchad pour remercier Deby Itno

IBK devant la presse au lendemain de la confirmation de son élection

BAMAKO – Le président élu du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, s'est rendu lundi au Tchad pour remercier le chef de l'Etat tchadien Idriss Deby Itno de son appui pour libérer le nord du Mali des jihadistes, selon son entourage et la présidence tchadienne mardi.

 

Ibrahim Boubacar Keïta, qui doit officiellement être investi le 4 septembre, « s'est rendu lundi au Tchad pour rendre hommage aux troupes tchadiennes qui se sont battues pour libérer notre pays », le Mali dont le nord avait été occupé pendant plusieurs mois en 2012 par des islamistes armés alliés à Al-Qaïda, a affirmé à l'AFP un membre de son entourage, Sandi Touré.
« C'est un devoir de remercier tous ceux qui ont aidé le Mali », a ajouté M.

 
Touré.

Le nouveau dirigeant malien a rencontré M. Deby Itno à Iriba, dans l'est du Tchad où le chef de l'Etat tchadien passe ses vacances, a indiqué un communiqué de la présidence tchadienne transmis mardi à l'AFP.

 

« Il est venu exprimer toute sa reconnaissance à son homologue Idriss Deby Itno, au peuple tchadien et à son armée pour le sacrifice suprême consenti » dans le nord du Mali, avant de retourner le même jour à Bamako, a ajouté la présidence.

 

Le 4 septembre est le délai constitutionnel fixé pour l'investiture de M. Keïta qui se déroulera en deux temps, une première cérémonie à cette date et une autre prévue le 19 septembre, en présence de nombreux chefs d'Etat pour saluer son élection, d'après une source à la présidence malienne.

 
Ibrahim Boubacar Keïta, surnommé IBK d'après ses initiales, est un ancien Premier ministre et ancien président de l'Assemblée nationale. Il a remporté le second tour de la présidentielle du 11 août au Mali avec 77,62% des voix face à son rival Soumaïla Cissé, qui en a obtenu 22,38%.

 

Les 2.000 soldats tchadiens de la Misma, une force africaine absorbée en juillet par la Minusma, une force de l'ONU, ont été en première ligne dans les combats contre les islamistes dans le nord du Mali.

 

Les soldats tchadiens, qui ont officiellement perdu au moins 38 hommes au Mali, ont combattu aux côtés de l'armée française, qui a dirigé à partir de janvier 2013 une intervention internationale pour chasser les groupes islamistes qui ont occupé le nord du Mali pendant plusieurs mois en 2012.

 

Les combats les plus durs ont lieu dans le massif montagneux de l'Adrar des Ifoghas (nord-est du Mali), où les troupes françaises, aidées des forces armées tchadiennes, traquaient les jihadistes dans leur sanctuaire.

 

bur-mrb/cs/sba 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

président

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Mali

AFP

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

AFP

Le Mali évoque des soldats "disparus" depuis une attaque jihadiste

Le Mali évoque des soldats "disparus" depuis une attaque jihadiste

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'

L'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'

Tchad

AFP

Le Tchad sous haute tension

Le Tchad sous haute tension

AFP

Disparition de militaires au Tchad : Paris demande une enquête

Disparition de militaires au Tchad : Paris demande une enquête

AFP

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle