mis à jour le

NOUVEAU CODE DES IMPOTS Le secteur de la micro-finance dénonce les

Le conseil d'administration de l'Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Sénégal (Apsfd-Sénégal) a rencontré, hier, la presse pour fustiger les taxes fiscales que l'Etat a mises en place via le nouveau Code des impôts. Selon les acteurs de la micro-finance, ces taxes sont exorbitantes et visent à détruire ce secteur névralgique au Sénégal.

Selon les chiffres fournis par les professionnels de la micro-finance, ce secteur a permis à plus de 2.586.040 personnes d'accéder aux services financiers. Les usagers du secteur viennent, pour la plupart, du secteur informel, des couches les plus défavorisés de la population et de celles vivant en milieu rural. Aujourd'hui, ce secteur est «menacé de disparition à cause des taxes fiscales qui s'abattent sur lui et l'exonération de taxe sur les activités financières entre banques et établissements financiers». Face à la presse hier, le président de l'Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Sénégal (Apsfd-Sénégal) a vivement déploré ces décisions gouvernementales : «Les opérations entre banques et établissements financiers sont exonérées de taxe sur les activités financières, alors que les opérations entre les systèmes financiers décentralisés (Sfd) et ces autres établissements de crédit sont soumis à cette taxe. Nous sommes convaincus que ce nouveau traitement fiscal est inapproprié pour les Sfd et découle de la non prise en compte par le nouveau Code général des impôts du Sénégal des spécificités de l'activité et des opérations des Sfd». Sur ce «manque à gagner», Ousmane Thiongane attire l'attention du régime du président Macky Sall. «L'abrogation de la majeure partie des incitations fiscales instituées au profit des Institutions mutualistes communautaires d'épargne et de crédit (Imcec) et leur non transposition complète dans le nouveau Code général des impôts du Sénégal entraînent l'assujettissement de ces institutions à une fiscalité inadaptée», a-t-il révélé devant les journalistes. Toujours dans ses explications, M. Diouf est d'avis que «l'essentiel des propositions écrites de l'Apsfd-Sénégal formulées lors des travaux sur la réforme fiscale ont été ignorées par les nouvelles autorités». L'Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Sénégal a aussi dénoncé «le refus des autorités de dialoguer avec elle pour trouver des solutions». Et de souligner qu'elle ne compte pas aussi baisser les bras : «Si l'Etat ne recule pas sur ces mesures, ce sont des milliers d'emplois qui sont menacés».

Khalil DIEME

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

impôts

Moussa Keita

C’est la guerre des tranchées

C’est la guerre des tranchées

L'Inspecteur

Face

Face

group promo consulting

Le DG des Impôts et Domaines Amadou Bâ consulté par le PM

Le DG des Impôts et Domaines Amadou Bâ consulté par le PM

secteur

AFP

Togo: le secteur du phosphate

Togo: le secteur du phosphate

AFP

Afrique: le secteur minier frappé de plein fouet par la chute des cours

Afrique: le secteur minier frappé de plein fouet par la chute des cours

AFP

Ouganda: vendre le pays aux homosexuels, un défi pour le secteur du tourisme

Ouganda: vendre le pays aux homosexuels, un défi pour le secteur du tourisme