mis à jour le

AMINATA SOUAHIBI ALIAS

Après son fameux «Soupe-Kandja (sauce au gombo)» bleu qui a fait le buzz du Net, Aminata Souahibi alias «Amina Poté» revient dans le «Cahier vacances» de L'Observateur. La très intéressante animatrice de la Tfm compte ou conte, c'est selon, ses 5 dates, sans langue de bois. Du Poté pur jus.

15 OCTOBRE 1992 : «C'est l'année où ma mère a été de retour de voyage pour la première fois. J'étais très jeune et cet événement m'a beaucoup marquée. Ma mère était mon idole, elle s'habillait tout le temps en blouson et jouait à des jeux de guerre. J'ai toujours essayé de l'imiter, mais je ne lui arrive pas à la cheville. Elle était une joyeuse drille, une personne très facile à vivre. Elle était donc en voyage pour faire du business et gagner de l'argent pour ses enfants. Elle était une grande commerçante. Elle vendait du matériel électronique et des basins riches, une femme battante. Tout ce que je fait dans la vie, c'est elle qui me l'a appris.»

L'AN 2000 : «C'est l'année ou j'ai eu mon premier homonyme. La petite Amina est la fille de ma grande s½ur, elle a aujourd'hui 13 ans. Le fait de donner mon nom à sa fille est un geste qui me marquera à vie. Je l'ai en mémoire et jamais je n'oublierai ce grand honneur.»

16 MAI 2003 : «C'est la première fois où l'on m'a amené 3 millions pour demander ma main. Ça m'avait beaucoup marquée. J'étais très jeune et mon copain de l'époque avait donné cette grosse somme d'argent pour m'épouser. C'était aussi un grand honneur.»

2005 : «C'est l'année où j'ai fait un avortement. J'étais enceinte de ce mari qui m'avait honorée aux yeux du monde. Au début de notre mariage, tout mon rêve était d'avoir un enfant de lui pour lui rendre ce grand honneur qu'il m'a fait. On a vécu ensemble, j'ai été, par la grâce de Dieu, enceinte de ses ½uvres, mais notre enfant ne sera pas né. Pourtant, je rêvais de le tenir entre mes mains et de partager ce bonheur avec mon mari, mais Dieu en a voulu autrement. Tout cela pour vous dire que cet avortement m'avait beaucoup marquée, bouleversée.»

22 AOUT 2006 : «A13h 30mn le jour du Kazouradiab (Cérémonie annuelle marquant la naissance de Serigne Fallou Mbacké, deuxième Khalife général des mouride, fils de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du mouridisme, Ndlr), j'ai eu ma revanche sur le destin. Ce jour-là, naissait mon fils qui porte le nom de Abdoulaye Mbaye. C'est une date que je retiens par ch½ur, parce qu'elle est très importante dans ma vie.»

L'Observateur

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

avortement

Sexe

Le Maroc secoué par des controverses en série sur les moeurs

Le Maroc secoué par des controverses en série sur les moeurs

Droits des femmes

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser

Le Maroc veut élargir la possibilité d'avortement mais pas l'autoriser

Actualités

Avortement d’une tentative d’immigration clandestine

Avortement d’une tentative d’immigration clandestine