mis à jour le

Autant le dire… : Vont-ils encore commettre la même erreur en Syrie ?

Bachar Al-Assad est atteint de rage, il faut donc l'abattre. Jamais l'adage qui dit que « lorsqu'on veut abattre son chien on l'accuse de rage », n'a jamais été vrai dans le cas de la Syrie. Après avoir cherché tous les moyens pour l'attaquer militairement, aujourd'hui, la soi-disante communauté internationale, constituée en réalité de quelques trois ou quatre pays (Etats-Unis, France, Royaume Uni et accessoirement le Canada) sous le couvert des Nations unies qu'ils manipulent à souhait, a trouvé (enfin ?) sa raison.

Bachar Al-Assad aurait utilisé des armes chimiques pour tuer des centaines de Syriens dans le cadre de la guerre fratricide soutenue par la même communauté internationale qui l'oppose à une opposition dont on ne sait en réalité d'où elle vient. C'est à croire que les mêmes « gendarmes du monde » ne tiennent pas compte du passé, même récent.

A ce propos, l'expérience montre que partout dans le monde où ces puissances sont intervenues, (rien que pour leurs intérêts premiers) en soutenant les mouvements opposés, la paix n'y est plus jamais revenue. En Irak, les mêmes spécialistes des questions nucléaires avaient réussi à convaincre Georges W. Bush, le président américain, que Saddam Hussein détenait la bombe nucléaire. Ils l'avaient tellement convaincu que les Américains ont fini par attaquer ce pays. Alors qu'en réalité, les raisons de la guerre en Irak étaient bien ailleurs, dans le sous-sol de ce pays : le pétrole que l'Amérique voudrait bien contrôler pour « assurer ainsi ses arrières » et demeurer la première puissance du monde. Aujourd'hui, et ce depuis 1992, l'Irak n'a jamais retrouvé la paix. Georges Bush a quitté le pouvoir et s'occupe de sa retraite.

Puis, assez récemment, l'autre membre de ce désormais " commando mondial ", la France puisque c'est d'elle qu'il s'agit, est intervenue en Libye, aux côtés d'une rébellion, pour chasser du pouvoir et tuer le truculent Guide de la Révolution Jamahiriya arabe libyenne, Mouammar Kadhafi. La réalité n'est pas que Kadhafi ne voulait pas d'une quelconque ouverture démocratique, mais tout simplement parce que la France voulait sauvegarder ses intérêts dans ce pays : le pétrole libyen ! Depuis cette intervention, Kadhafi n'est plus, mais la Lybie n'a jamais été en paix. De nos jours, les dirigeants peinent à réconcilier un peuple qui est plus que jamais divisé. La Somalie depuis les années 1990, est encore un foyer de tensions où on est toujours à la recherche de la paix.

Par contre, si en Côte d'Ivoire et au Mali, l'intervention a porté des « fruits », c'est tout simplement parce que les intervenants étaient du bon côté. Aussi, si jamais le " commando mondial " intervient en Syrie aux côtés de ce qu'elle appelle « opposition », elle aura ainsi créé un autre « foyer ». Malheureusement, ce sont les Syriens et leurs enfants qui en souffriront. Bachar Al-Assad n'a pas seulement que des ennemis. Il a des amis et des sympathisants avec lui, qui le soutiennent et qui l'encouragent. Déjà, la Russie et l'Iran « haussent le ton » et mettent en garde. Même si la Chine ne dit rien, elle a en fait choisi son camp. Aussi, il serait hasardeux pour la France ou encore les Etats-Unis, de prendre la tête d'une quelconque intervention militaire en Syrie qui, en réalité, ne sera que le début réel du conflit syrien. Mieux, le cas syrien est d'autant plus imprévisible et dangereux que les protagonistes des mésententes israélo-palestiniennes pourraient s'y inviter.

Dabaoué Audrianne KANI

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

mème

AFP

Zimbabwe: même mort, Mugabe serait réélu, assure son épouse

Zimbabwe: même mort, Mugabe serait réélu, assure son épouse

AFP

Ghana: briguer la présidence de l'Etat, même en fauteuil roulant

Ghana: briguer la présidence de l'Etat, même en fauteuil roulant

AFP

Soudan du Sud: l'accord de paix doit avancer, même sans Riek Machar

Soudan du Sud: l'accord de paix doit avancer, même sans Riek Machar

erreur

AFP

Affaire Borrel: des scellés détruits par erreur par la justice

Affaire Borrel: des scellés détruits par erreur par la justice

AFP

Egypte: 12 personnes dont deux Mexicains tués par erreur par les forces de sécurité

Egypte: 12 personnes dont deux Mexicains tués par erreur par les forces de sécurité

La rédaction

Revue de Presse. Mondial 2014 : “Ce serait une grave erreur de regarder jouer les Algériens devant leur public”

Revue de Presse. Mondial 2014 : “Ce serait une grave erreur de regarder jouer les Algériens devant leur public”

Syrie

AFP

Moins de journalistes tués en 2016 mais un lourd bilan en Syrie

Moins de journalistes tués en 2016 mais un lourd bilan en Syrie

AFP

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

AFP

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak