mis à jour le

Diasporas : Ives Bambara marche 33 jours à travers les Etats-Unis pour la démocratie au Burkina Faso

Les Burkinabè de l'étranger ne veulent pas rester en marge de la situation qui prévaut actuellement dans leur pays. Pour ce faire, ils multiplient les initiatives les uns après les autres. Au nombre de ceux-là, Ives Bambara, étudiant en sciences politiques à City College de New York qui organise une marche baptisée "marche pour la démocratie au Burkina Faso".

Ives Bambara et son équipe quitteront New York le 16 septembre prochain à partir du siège des Nations-Unies pour arriver à Washington DC le 18 octobre 2013 où ils souhaitent rencontrer le président Barack Obama pour, selon Mr Bambara "lui demander de plaider pour la cause du Burkina Faso, pour qu'il y ait une transition paisible et de ne pas être des pompiers après la mort".

Ils ont donc 33 jours à faire sur le macadam. Mr Bambara qui a déjà adressé des correspondances à quelques sénateurs, maires et gouverneurs des Etats qu'ils auront à traverser a le même message pour ces derniers. Par ailleurs, il explique le pourquoi de son initiative en ces termes : "Il faut que les institutions répondent aux aspirations du peuple, le sénat n'est pas adéquat, l'Etat burkinabé dit qu'il n'a pas les moyens pour faire voter les millions de Burkinabé de l'extérieur d'où vient que le même gouvernement a les moyens pour former un sénat inutile. La modification de l'article 37 n'est pas partagé par tous les Burkinabè et cette modification risque de créer des troubles".

Ives Bambara a -t-il eu des contacts avec l'opposition burkinabè pour l'organisation de cette marche ? Voici sa réponse : "Nous voulons les tenir informés par voie de presse ; c'est un engagement patriotique qui n'a rien à voir ni avec l'opposition ni avec le gouvernement". Toutefois il dit avoir adressé une correspondance à l'ambassade du Burkina Faso aux Etats-Unis, tout comme il en a envoyé selon lui à toutes les ambassades des 189 pays membres des Nations-Unies.

A la question de savoir s'il continuera sa marche si Blaise Compaoré décidait de ne pas modifier l'article 37, de ne pas mettre en place le sénat et de quitter le pouvoir en 2015, Ives répond : "Cette marche c'est pour l'installation de la démocratie dans les pays Africains et surtout au Burkina Faso ; c'est un projet qui a une longue durée et qui ne vise pas seulement le départ de Blaise Compaoré ou de quiconque que ce soit". Pour M. Bambara "la démocratie (burkinabè), ce n'est pas la photocopie conforme de ce que nous voyons en France ou aux USA, la démocratie c'est l'aspiration du peuple burkinabé".

Ives qui dit être l'un des initiateurs de la Journée Nationale du Pardon demande "à la classe politique burkinabè d'être indulgente, d'être des hommes de paix et de faire tout pour que le Burkina Faso évite la catastrophe" et "à ceux qui sont au pouvoir de penser qu'on ne peut pas gouverner en pensant à soi-même".

Tous ceux qui veulent savoir davantage sur la marche peuvent consulter le site web à l'adresse suivante : www.walkfordemocracyinburkin... ou appeler aux numéros 9172248286 et 917 6532210

Barnabé Bazona Bado
Lefaso.net, New York

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

diasporas

Diasporas

Les mille et une façons d'être noir aux Etats-Unis

Les mille et une façons d'être noir aux Etats-Unis

MAP

Quand la crise ravive le débat sur le potentiel inestimable des diasporas

Quand la crise ravive le débat sur le potentiel inestimable des diasporas

MAP

Quand la crise ravive le débat sur le potentiel inestimable des diasporas

Quand la crise ravive le débat sur le potentiel inestimable des diasporas

Bambara

Entretien tablette

Rokia Traoré: «J'ai comme une envie de coup de gueule»

Rokia Traoré: «J'ai comme une envie de coup de gueule»

Musique

Stambeli, l’héritage des noirs de Tunisie

Stambeli, l’héritage des noirs de Tunisie

marche

AFP

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

AFP

Maroc: la police disperse les rassemblements

Maroc: la police disperse les rassemblements

AFP

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby