mis à jour le

La revue de la presse- L'AG de la FSF et les "biens mal acquis" à la Une

La reconduction de Me Augustin Senghor à la tête de la Fédération sénégalaise de football (FSF) est un des sujets les plus en exergue dans les quotidiens parvenus lundi à l'APS, à côté de la traque des biens présumés mal acquis.

''Le mouvement associatif a plébiscité Me Augustin Senghor en le réélisant, pour un deuxième mandat de quatre ans, à la tête de la Fédération sénégalaise de football (FSF), avec un score fleuve de 289 voix sur les 384 votants'', rapporte Le Quotidien.

''Augustin, la passe de deux'', relève le quotidien Tout le sport, au sujet de la réélection de Me Augustin Senghor, à la tête de la Fédération sénégalaise de football (FSF). Me Senghor rempile ainsi pour quatre ans à la tête de l'instance nationale en charge de la gestion du football. Celle-ci tenait ce samedi une assemblée générale de renouvellement de ses structures.

''Réélu pour un mandat de quatre ans, Augustin Senghor a estimé que c'est la sanction positive d'un travail accompli par toute une équipe'', écrit Stades, avant de revenir sur les chantiers auxquels Me Senghor compte s'attaquer pour son second mandat.

Stades cite ''le développement du football amateur, la multiplication des infrastructures, mais surtout (la nécessité de) trouver des ressources additionnelles pour la bonne marche du football sénégalais''.

De nombreux journaux dont Le Quotidien signalent par ailleurs que le ministre des Sports Mbagnick Ndiaye échappe à un lynchage à l'occasion de cette assemblée générale de renouvellement des instances de la FSF.

''Venu présider ces assises, Mbagnick Ndiaye a échappé de justesse au lynchage. Les deux vice-présidents de la Fédération, Amadou Kane et Abdoulaye Sow, ainsi que Abdoulaye Touré, le président de Yeggo, ont voulu lui faire sa fête'', rapporte le journal.

''Bousculé par ces derniers qui n'ont pas apprécié son discours +provocateur+, le ministre n'a dû son salut qu'à l'intervention du ...président de la Fédé, Me Senghor, qui a cherché à le tirer des griffes des délégués de club très en colère'', poursuit Le Quotidien.

''Mbagnick Ndiaye hué, échappe au lynchage'', souligne Direct Info. ''Mbagnick Ndiaye ramasse un bol de huées'', renchérit Walfadjri. Il rapporte ainsi que le ministre des Sports ''a failli payer cash ses propos acerbes tenus à l'encontre du bureau sortant''.

A côté de ce sujet majeur, la traque des biens présumés mal acquis fait le menu d'un nombre non négligeable de quotidiens, avec notamment l'interpellation de l'ancien directeur du Cadastre. Il ne devrait pas échapper à la prison, selon ces journaux.

''Tahibou Ndiaye à Rebeuss aujourd'hui (lundi)'', croit savoir le quotidien L'As, en revenant sur le cas de l'ancien directeur général du Cadastre, interpellé samedi matin chez lui aux Almadies, avant d'être gardé à vue à la gendarmerie de Colobane.

M. Ndiaye ''sera présenté aujourd'hui (lundi) au parquet spécial qui va transmettre le +colis+ à la Commission d'instruction de (la Cour de répression de l'enrichissement illicite) qui va probablement lui décerner un mandat de dépôt pour enrichissement illicite à hauteur de 8 milliards'' de francs CFA, écrit ce journal.

''Ça s'emballe pour Tahibou Ndiaye'', selon Le Populaire. ''Il devrait (...) être vite inculpé pour enrichissement illicite et placé sous mandat de dépôt, à Rebeuss. C'est dire que les justificatifs de sa fortune évaluée à plus de 8 milliards de FCFA n'ont pas convaincu les enquêteurs'', rapporte le même quotidien.

L'Observateur revient également sur la même information, en prenant soin de rappeler que Tahibou Ndiaye avait remis, vendredi dernier, au procureur spécial près la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), un document justifiant l'origine licite de ses biens. Mais ces preuves n'ont apparemment pas convaincu.

A son tour, l'ancien président du Sénat Pape Diop serait dans le viseur de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI). ''Ancien président de l'Assemblée nationale et leader actuel de Bokk Guiss Guiss, Pape Diop a reçu une convocation (...)'' de cette juridiction spéciale, annonce Libération.

''Dans un premier temps, précise-t-il, il sera entendu comme témoin dans le cadre du volet Karim Wade des biens présumés mal acquis (...)'', en allusion au fils de l'ancien chef d'Etat Karim Wade, inculpé et placé sous mandat de dépôt en avril dernier, pour enrichissement illicite présumé portant sur près de 700 milliards de francs CFA.

FSF

group promo consulting

Me Augustin Senghor rempile pour un 2e mandat à la tête de la FSF

Me Augustin Senghor rempile pour un 2e mandat à la tête de la FSF

Roger ADZAFO

Election à la FSF : les règles du jeu sont fixées

Election à la FSF : les règles du jeu sont fixées

group promo consulting

PRESIDENCE DE LA FSF Senghor en opération de charme

PRESIDENCE DE LA FSF Senghor en opération de charme