mis à jour le

Somalie: appel en faveur du "banquier des Shebab"

Le gouvernement somalien a annoncé dimanche avoir demandé la levée des sanctions internationales contre un homme d'affaires et banquier accusé de financer les insurgés islamistes Shebab.

Ali Ahmed Nur Jimale, détenteur d'un passeport somalien et d'un passeport djiboutien, avait été placé en février 2012 sur une liste de personnes soumises à des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU l'accusant d'être "un des principaux financiers des Shebab".

Le ministre somalien de l'Information Abdulahi Elmoge Hersi a déclaré dimanche qu'une commission d'enquête gouvernementale n'avait trouvé aucun élément pour justifier le maintien de ces sanctions.

"Après de longues discussions, le gouvernement somalien a décidé que l'embargo imposé à Ahmed Nur Jimale devait être levé (...)", a dit le ministre à l'AFP.

Les sanctions contre le financier âgé de 59 ans comprennent une interdiction de voyager, le gel d'avoirs et un embargo sur les armes.

"Nous appelons la communauté internationale à respecter notre décision", a ajouté le ministre somalien, précisant qu'une demande formelle allait être soumise à l'ONU.

Selon les sanctions des Nations unies, M. Jimale est sur la même "ligne idéologique" que les insurgés qui combattent le gouvernement de Mogadiscio et la force de l'Union africaine en Somalie.

Le banquier est accusé "de financer les activités des extrémistes et leurs achats d'armes" en particulier en levant des fonds pour les insurgés et en les aidant à dissimuler leurs transferts d'argent.

Jimale possède notamment des intérêts dans le charbon et le sucre, des parts dans des banques et une société de téléphonie mobile.

AFP

Ses derniers articles: Dire au théâtre le génocide du Rwanda, le défi de Dorothée Munyaneza  La marine s'active au large de la Tunisie  Maroc: prison ferme dans l'affaire du poissonnier broyé dans une benne 

appel

AFP

RDC: un opposant condamné à 5 ans de prison

RDC: un opposant condamné à 5 ans de prison

Politique

En RDC, un appel à manifester contre le maintien au pouvoir de Kabila

En RDC, un appel à manifester contre le maintien au pouvoir de Kabila

AFP

Appel

Appel