mis à jour le

RDC: 2 manifestants tués, des témoins accusent les Casques bleus

La force de l'ONU dans l'est de la RDC a été accusée dimanche d'avoir tué deux civils à Goma en tirant sur une foule de manifestants qui reprochaient aux Casques bleus de ne pas protéger la population des attaques rebelles.

Des témoins ont affirmé que les deux manifestants avaient été tués par des tirs des Casques bleus uruguayens dont la caserne était sur le point d'être envahie par une foule de personnes en colère.

Mais à Montevideo, le président uruguayen Jose Mujica, interrogé par une radio locale, a rejeté ces accusations, et déclaré que c'était la police congolaise qui avait ouvert le feu à balles réelles sur les manifestants.

"La police officielle du Congo, un pays où l'on n'y va pas par quatre chemins, a tiré avec des armes à feu et a ainsi touché deux ou trois civils dans la manifestation", a-t-il déclaré, soulignant "qu'il n'y avait aucune responsabilité des Uruguayens" en RDC.

Pour sa part, le responsable de la force de l'ONU en RDC (Monusco), Martin Kobler, a demandé "l'ouverture d'une enquête" par la police congolaise et celle de la Monusco.

Auparavant, une source militaire occidentale avait indiqué à l'AFP que "le détachement uruguayen a été débordé par la foule qui tentait d'entrer dans son campement et a tiré pour la disperser". 

"A aucun moment l'Uruguay n'a tiré contre la population avec des balles réelles. S'il y a eu des tirs avec des fusils armés de balles en caoutchouc, cela a permis d'éviter que (les manifestants) n'entrent" dans la caserne de la Monusco, a rétorqué le porte-parole de l'armée uruguayenne, le colonel Mario Stevenazzi.

Dimanche, la situation semblait calme au nord de Goma, cinq jours après la reprise des affrontements entre les forces armées et les rebelles du M23.  

Le colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l'armée, a affirmé à l'AFP qu'elle n'avait "pas cédé un mètre carré de terrain" depuis mercredi.

Colère des habitants

Selon des témoins à Goma, trois personnes ont été tuées samedi matin par la chute d'un obus sur un faubourg. Et la tension s'est alors accrue dans la ville déjà frappée, jeudi, par des tirs d'obus qui avaient fait quatre morts.

Sous le coup de la colère, la capitale du Nord-Kivu s'est enflammée pendant quelques heures. La population a pris à partie la Monusco, lui reprochant sa passivité. Toutes les boutiques ont été fermées et des manifestants s'en sont pris aux véhicules de l'ONU qui ont été contraints de rentrer dans leurs casernes.

De son côté, l'ONU a précisé dans un communiqué que des obus "tirés à partir des positions du M23" samedi étaient tombés près des positions de la Monusco et qu'il y avait eu "trois blessés parmi les Casques bleus". 

"Cet acte des éléments du M23 ne saurait être toléré, et toute attaque contre les populations civiles et les Nations Unies constitue un crime de guerre", a assuré le chef de la Monusco. 

Des Britanniques quittent Goma

Devant la dégradation de la situation, le ministère britannique des Affaires étrangères a annoncé dimanche avoir retiré son personnel basé à Goma, "par mesure de précaution". 

Des ONG ont aussi recommandé à leurs représentants de rejoindre Bukavu, la capitale du Sud-Kivu, selon certains de leurs représentants.

A New York, Mary Robinson, émissaire de l'ONU pour les Grands Lacs, a jugé "inacceptables" les attaques contre des civils et des Casques bleus, appelant à éviter une escalade.

Les Casques bleus sont environ 17.000 en RDC, venus notamment d'Inde, du Pakistan, du Ghana et d'Uruguay.

Le porte-parole militaire de l'ONU dans le pays, le lieutenant-colonel Prosper Basse, avait affirmé vendredi que la Monusco était "désormais engagée" aux côtés de l'armée régulière, contre les rebelles.

La force de l'ONU, présente dans cette région depuis 1999, avait été critiquée fin 2012 pour n'avoir pu empêcher le M23 d'occuper Goma en novembre.

L'ONU compte à présent sur une nouvelle brigade d'intervention en cours de constitution dont les 3.000 hommes auront un mandat "offensif" pour désarmer et neutraliser les groupes armés de l'est de la RDC.

Cette brigade n'est cependant pas encore au complet, un millier de soldats malawites étant encore attendus pour rejoindre les Tanzaniens et les Sud-Africains.

Le Mouvement du 23 mars est actif depuis mai 2012 au Nord-Kivu. Kinshasa et l'ONU accusent le Rwanda de soutenir cette rébellion, ce que Kigali a toujours démenti.

AFP

Ses derniers articles: Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone  Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement  Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie 

manifestants

AFP

Nigeria: des manifestants contre la démolition de leurs maisons

Nigeria: des manifestants contre la démolition de leurs maisons

AFP

Maroc: des milliers de manifestants exigent justice pour Mouhcine Fikri

Maroc: des milliers de manifestants exigent justice pour Mouhcine Fikri

AFP

"Trop, c'est trop", lance Mugabe aux manifestants

"Trop, c'est trop", lance Mugabe aux manifestants

témoins

AFP

Procès de Simone Gbagbo: nouveau report, faute de témoins

Procès de Simone Gbagbo: nouveau report, faute de témoins

AFP

Procès Gbagbo: la CPI s'excuse pour la divulgation de l'identité de témoins

Procès Gbagbo: la CPI s'excuse pour la divulgation de l'identité de témoins

AFP

Procès Gbagbo: L'identité de quatre témoins protégés dévoilée, la CPI va enquêter

Procès Gbagbo: L'identité de quatre témoins protégés dévoilée, la CPI va enquêter

bleus

AFP

Abus sexuels en Centrafrique: des Casques bleus mis en cause

Abus sexuels en Centrafrique: des Casques bleus mis en cause

AFP

RDC: une fillette tuée et 31 Casques bleus blessés

RDC: une fillette tuée et 31 Casques bleus blessés

AFP

Soudan du Sud: les Casques bleus mis en cause par une ONG

Soudan du Sud: les Casques bleus mis en cause par une ONG