mis à jour le

SOUMI chez IBK :

La visite de Soumaïla Cissé au Président IBK est un acte de courtoisie malienne qui est la norme dans la plupart des traditions africaines, mais aussi un acte de grande portée démocratique et républicaine qui constitue, hélas, l'exception dans les jeunes démocraties africaines. Ainsi les maliens et les africains initiés diront que Soumaïla a posé un acte de Repentance infaillible à la malienne, tandis que les occidentaux et leurs disciples soutiendront qu'il a fait preuve d'Elégance républicaine à l'Occidental. Pour dire que tout est dans le prisme. 

 
Ainsi les maliens, imbus de leurs traditions et cultures ancestrales, saluent la démarche de  Soumaïla Cissé comme son retour sur terre, sa reconnaissance de nos règles sociales qu'il n'a cessé de fouler au pied, selon une grande majorité des maliens. Pour ces derniers, Soumaïla a longtemps renié ses « origines et racines » en faisant l'option (c'est bien entendu sa liberté) d'une posture occidentaliste du dirigeant plus technocrate que politique, plus rationnel que spirituel, plus moderniste que traditionnaliste, plus affranchi de l'histoire et de la culture qu'adepte  de celles-ci. Ils ont donc fini de corriger ce Soumaïla-là qui semble avoir bien décrypté le message à lui envoyé par ses détracteurs, en allant rendre visite à son « grand-frère » auquel il adressait pourtant, il ya juste quelques jours, des menaces de déballages perfides après avoir fait allusion à quelques-uns de ses travers supposés (ce qui n'est ni plus ni moins que des injures faits au grand-frère dans la culture malienne). En saluant son geste, la société malienne (ce n'est même pas IBK, la victime directe; il n'a pas le choix) reconnaît l'amende honorable de Soumaïla Cissé et accepte la demande de pardon d'un de ses fils égarés. C'est la seule bonne lecture socio-anthropologique qu'il faut faire du geste de Soumaïla et de la manière positive dont il est naturellement accueilli par la société malienne.

 
Du point de vue de l'expression de la démocratie occidentale qui attache une importance particulière à la forme et aux symboles, la visite de Soumaïla Cissé est un grand coup parce qu'il témoignerait de la sagesse du candidat Soumaïla, de sa profonde culture démocratique et républicaine, bref, de ses qualités réelles de Présidentiable. C'est un gain politique réel au niveau de la communauté internationale qui ne rate jamais l'occasion de décliner ses préférences pour tel ou tel autre candidat, chaque fois qu'un scrutin présidentiel est organisé  en Afrique. C'est cela aussi qui en fait un point très positif pour le Mali qui, à travers ce geste, engrange la respectabilité du monde par rapport à sa classe politique et la reconnaissance par rapport à la crédibilité de son système électoral qui favorise une compétition saine.

 
C'est aussi un beau coup de com, car ce geste de Soumaïla est de nature à transformer un échec cuisant (tellement l'écart annoncé est grand) en une victoire symbolique, une grande humiliation à de l'honneur et un sentiment réel de peur de représailles populaires de la part d'illuminés très remontés contre lui, en une situation  jubilatoire. Soumaïla a eu le génie (par sublimation intellectuelle ou par instinct de survie et de protection de sa famille, pas politique mais biologique) de saisir les derniers instants de la dernière et unique occasion (avant la proclamation officielle des résultats provisoires) pour être un peu élégant et sortir la tête de l'eau.

 
On peut dire donc que, quels que soient les motivations réelles et les calculs politiques légitimes qui ont sous-tendu cette visite du candidat malheureux Soumaïla Cissé au Président élu Ibrahima Boubacar Keïta, c'est la démocratie malienne et le Mali qui marquent de précieux points de notoriété. Ainsi l'honneur du Mali et des maliens a été réhabilité par cette élection présidentielle.
L'histoire nous dira dans un futur très proche (élections législatives et locales) quel groupement politique en aura tiré le plus de bénéfices.

A.B.D

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

IBK

Liberté publique

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Mali

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Mali

Kidal aux mains des rebelles

Kidal aux mains des rebelles