mis à jour le

La police libère deux enfants séquestrés et violés

Deux enfants de 11 et 13 ans, un écolier et un collégien, ont été délivrés des mains de deux malfrats, a-t-on appris de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Les deux victimes ont été enlevées alors qu'elles se baignaient dans le bassin du jet d'eau de la place de la Résistance, au centre de Relizane. Ils ont été «isolés» dans les toilettes publiques sises sur la même place où ils ont subi les sévices de leurs bourreaux qui ont abusé d'eux avant de les séquestrer. Les deux petits ont même été contraints de consommer de l'alcool et de la drogue. Les policiers se sont mobilisés suite à l'intervention d'un citoyen qui a déclaré avoir entendu des cris de détresse provenant des toilettes publiques. Arrivés sur le lieu, les hommes en uniforme ont trouvé les deux victimes dans un état lamentable et ont appréhendé les deux «criminels», qui étaient en état d'ébriété. Alors que les deux enfants ont été évacués vers l'hôpital pour une prise en charge, les auteurs, tous deux récidivistes, âgés de 16 et 33 ans, ont été présentés au parquet de la ville qui a ordonné leur emprisonnement pour séquestration corporelle et viol sur deux mineurs.                        

police

AFP

Ouganda: arrestation de l'ancien chef de la police

Ouganda: arrestation de l'ancien chef de la police

AFP

Nigeria: la police "invite" le président du Sénat

Nigeria: la police "invite" le président du Sénat

AFP

Sénégal: un étudiant tué dans des affrontements avec la police

Sénégal: un étudiant tué dans des affrontements avec la police

enfants

AFP

Côte d'Ivoire: les enfants autistes marginalisés attendent des soins adéquats

Côte d'Ivoire: les enfants autistes marginalisés attendent des soins adéquats

AFP

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013

AFP

Nigeria: quatre ans après Chibok, la menace de Boko Haram plane toujours sur les enfants du nord-est

Nigeria: quatre ans après Chibok, la menace de Boko Haram plane toujours sur les enfants du nord-est