mis à jour le

Syrie : l’exemple du Kosovo, prétexte à l’intervention militaire américaine

Des conseillers de Barack Obama cités par le New York Times évoquent l’étude du cas kosovar. L’intervention militaire de 1999 par l’Otan contre les forces de Slobodan Milosevic est un cas d’école : c’est la première fois que l’on s’est passé d’un accord au Conseil de sécurité. Malgré des similitudes, la crise qui frappe la Syrie se déroule pourtant dans un contexte diplomatique et international très différent.

« Bien sûr, le Kosovo est un précédent de quelque chose qui pourrait être similaire ». Ces propos d'un haut fonctionnaire américain, rapportés par le New York Times, confirment que l'intervention militaire de l'Otan contre le régime yougoslave de Slobodan Milosevic, en 1999, fait partie des pistes étudiées au sujet de la Syrie. « Trop tôt pour parler d'une justification légale d'une intervention militaire », assure-t-il tout de même alors que Barack Obama réunit son conseil de sécurité pour la seconde fois ce samedi 24 août afin d'étudier des mesures militaires contre Damas.

Pourquoi le Kosovo ? Cette intervention de l'Otan est devenue un cas d'école. « L'intervention au Kosovo a la particularité de ne pas avoir été autorisée par le Conseil de sécurité, explique Jean-Baptiste Jeanjène Vilmer, spécialiste du droit humanitaire. Elle est donc illégale par définition, puisqu'en droit international, seul le Conseil de sécurité est habilité à autoriser l'usage de la force en vertu du chapitre VII, qui porte sur le maintien de la paix et de la sécurité internationale. »

À l'époque, l'opinion publique occidentale est marquée par le génocide rwandais de 1994 et par celui de Srebrenica, en Bosnie, en 1995. La secrétaire d'Etat américaine, Madeleine Albright, défend à propos du Kosovo la thèse d'une intervention « illégale mais légitime ». Belgrade est alors protégée d'une décision du Conseil de sécurité par l'assurance d'un veto russe. Moscou refuse de lâcher son allié, tout comme elle refuse aujourd'hui de laisser tomber le régime de Bachar el-Assad.

Washington décide alors de se reposer sur l'Otan pour mener une opération « au nom de l'humanité ». Matt Matheson, juriste au secrétariat d'Etat américain, listera à l'époque les conditions nécessaires : « un échec des négociations pour obtenir l'aval du Conseil de sécurité pour un mandat sous chapitre VII, l'imminence d'une crise humanitaire majeure, l'impossibilité pour le Conseil de sécurité de formuler une position claire vis-à-vis de la crise, la menace sérieuse pour la paix et la sécurité dans la région ». Autant d'ingrédients qui semblent réunis aujourd'hui en Syrie.

Plus qu'un précédent, l'intervention otanienne au Kosovo en 1999 devait être une exception. Face à la critique, Madeleine Albright assurait alors qu'il s'agissait d'une « situation unique ». Matt Matheson remarquait de son côté que cette stratégie risquait par la suite de « hanter tôt ou tard les membres de l'Alliance si elle était mal utilisée par d'autres ».

Et le précédent kosovar est en effet régulièrement revenu sur la table au cours de ce début de XXIe siècle. En 2003, c'est l'administration Bush qui l'utilise pour mener l'intervention en Irak. Faute de convaincre le Conseil de sécurité, Washington justifie l'invasion par des motifs humanitaires. Une dialectique qui sera reprise par Moscou en 2008 : la Russie défend son intervention en Géorgie en reprenant l'argumentaire utilisé pour le Kosovo et en prenant explicitement cet exemple comme mode opératoire.

Pourtant, « le contexte intellectuel n'est pas le même », remarque Olivier Schmitt, doctorant en relations internationales au département des études militaires du King's College de Londres. « À l'époque, les Occidentaux pouvaient se permettre de passer outre l'opinion russe, aujourd'hui, ce n'est plus le cas, explique-t-il. De même pour les Chinois. C'est tout le drame des Syriens : nous sommes dans une époque où l'Occident ne peut plus imposer sa volonté au reste de la communauté internationale ». D'autant plus avec une opinion publique fatiguée par plus de dix ans de guerres en Afghanistan et en Irak.

Le Département de la Défense américain a de son côté confirmé la présence de quatre destroyers de la Navy à portée de la Syrie. « Un peu plus que prévu », mais sans aucun ordre d'intervention, pour l'instant, assure-t-on à Washington. Ces navires, sans avoir l'impact d'un porte-avion et d'un groupe aéronaval, ont la capacité de tirer des missiles Tomahawk de longue portée, capables d'atteindre le sol syrien.

Washington continue de multiplier les avertissements à l'égard de Bachar el-Assad. L'utilisation d'armes chimiques, annoncée de longue date comme la ligne rouge à ne pas franchir, reste le principal argument en faveur d'une intervention.

De premières utilisations par les forces gouvernementales avaient été confirmées, par les Américains, les Français et les Britanniques au cours du mois de juin dernier. Mercredi 21 août, une attaque susceptible d'avoir causé des centaines de victimes a été signalée. Régime et rébellion se renvoient la responsabilité de cette dernière, sans que la communauté internationale ne parvienne pour l'instant à statuer, faute d'observateurs neutres et indépendants sur le terrain.

Ce samedi 24 août, Barack Obama examine les différentes options dont il dispose lors d'une réunion de son conseil national de sécurité. Barack Obama se refuse à agir seul. Il n'impliquera les forces américaines que dans le cadre d'une action multinationale approuvée par l'ONU. Mais cette réunion un samedi souligne que la Syrie a pris le pas sur l'Egypte dans l'ordre des priorités immédiates du président américain. Les photos des enfants gazés à la Une du New York Times et du Washington Post ont accentué les pressions pour que les Etats-Unis fassent quelque chose.

M. Obama examine les options que devait lui présenter le général Dempsey, le chef d'état-major interarmées, partisan de la prudence. Avant qu'une décision soit prise, le Pentagone se prépare. L'envoi de troupes américaines sur le terrain est exclu. Barack Obama a ordonné une propre enquête des services de renseignement américains sur le massacre présumé de mercredi dernier. Même si le secrétaire à la Défense Chuck Hegel a indirectement concédé que des armes chimiques avaient été utilisées, l'administration veut en être totalement certaine. De quoi retarder une intervention des Etats-Unis dans le chaudron syrien.

RFI

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Syrie

AFP

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

AFP

Mondial-2018: l'Argentine doit se reprendre, la Syrie pour un nouvel exploit?

Mondial-2018: l'Argentine doit se reprendre, la Syrie pour un nouvel exploit?

AFP

Ces réfugiés étrangers qui restent en Syrie malgré la guerre

Ces réfugiés étrangers qui restent en Syrie malgré la guerre

militaire

AFP

Tunisie: 8 migrants noyés dans une collision avec un navire militaire

Tunisie: 8 migrants noyés dans une collision avec un navire militaire

AFP

RD Congo: crash d’un avion de transport militaire

RD Congo: crash d’un avion de transport militaire

AFP

Somalie: 8 mort dans l'attaque d'une base militaire par les shebab

Somalie: 8 mort dans l'attaque d'une base militaire par les shebab