mis à jour le

MARCHES GRE A GRE, GESTION DES INONDATIONS, DROITS HUMAINS

Les actes posés par le régime de Macky ne rassurent pas le M23. De la gestion des inondations et des codes des marchés publics en passant par la violation des droits humains, la commission orientations et stratégies du M23 estime que Macky Sall et Abdoulaye Wade sont sur le même pied.

Les pratiques dénoncées sous le défunt régime sont toujours en vogue. C'est du moins l'avis de la commission orientations et stratégies du M23, qui faisait face à la presse hier. Le M23 constate, pour le déplorer, que le président Macky Sall s'inscrit dans une dynamique de continuité et non de rupture. «Interdire l'accès à la place Soweto à des jeunes qui ont porté le combat avec ceux qui sont au pouvoir aujourd'hui et qui ont préféré aller festoyer au Cices, est la meilleure manière de prouver que Macky Sall s'inscrit dans une dynamique de continuité et non de rupture, en termes de droits et libertés», s'est offusqué Abdourahmane Sow dans sa déclaration liminaire. Se prononçant sur les inondations, le M23 déplore le manque de politique et de vision préventive et d'actions efficientes des nouvelles autorités. «La gestion des inondations ne doit pas constituer une vache laitière pour certains prédateurs, encore moins une occasion de propagande pour le Président Macky Sall, pataugeant ostentatoirement dans les eaux, aidé en cela par un Khadim Diop plus prompt à parler qu'à poser des actes significatifs», a martelé M. Sow. Et d'aviser : «que Macky Sall évite de patauger l'année prochaine dans les mêmes eaux, les mêmes lieux, comme il l'a déjà fait pour ces deux saisons». Le M 23 n'en exige pas moins que la lumière soit faite sur l'utilisation de l'argent récolté l'année dernière. Par ailleurs, sur l'attribution des marchés gré à gré, le M23 estime que l'aveu du président de la République concernant le code des marchés publics est de taille. «Pour quelqu'un qui en fait un de ses thèmes favoris de campagne électorale, défendre le recours au gré à gré relève d'une inconstance, et renseigne sur la nature versatile de nos gouvernants, même si cela est permis par la loi», se désole M. Sow.

Qui s'est enrichi illicitement ?

Pire, il est d'avis que le recours au gré à gré est une pratique condamnable, aux antipodes de la transparence et de la bonne gouvernance et nuisible à notre économie. En sus, «l'excuse fournie est trop légère. Aussi, ne se rappelle-t-il pas l'attitude récalcitrante du ministre de la bonne gouvernance et des leaders de Benno Bokk Yakkar, prompts à dénoncer ces pratiques avec la même verve, comme il fut du temps du «Maître». Sur la réforme du code pénal, le contexte politico-juridique que vit le Sénégal, le conflit entre la Chancellerie et les magistrats, la posture partisane de la porteuse de cette idée, rendent la question subtile et nous laissent perplexes et dubitatifs», a fait savoir M. Sow, non sans s'interroger sur beaucoup de questions. Qui s'est enrichi illicitement ? Quel est le rôle des Fonds politiques dans cette situation ? Nos gouvernants, le président de la République en premier, ne doivent-ils pas justifier et prouver l'origine licite et légale de leur fortune ? De ce point de vue, le M23 revendique la mise en place d'un Organe autonome qui regroupera tous les corps de contrôle et leur délogement de la Présidence de la République. La Rts a en pris pour son grade. Malgré son statut de service public, la chaîne nationale, soutient M. Sow, est retournée à ses fonctions d'outil de propagande, au service d'un pouvoir qui l'utilise comme de l'opium pour endormir le peuple. «Babacar Diagne doit rire sous cape, lui qui était indexé de partout par les fameux leaders de la lutte de libération du peuple, voit aujourd'hui Racine Talla lui damer le pion, sinon faire pire même», ironise le M23

Mouhamadou BA

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

marches

AFP

Présidentielle en RDC : appel

Présidentielle en RDC : appel

AFP

Afrique: les entreprises locales grignotent les marchés des multinationales

Afrique: les entreprises locales grignotent les marchés des multinationales

AFP

Congo : l'opposition fait machine arrière, annule ses marches de contestation

Congo : l'opposition fait machine arrière, annule ses marches de contestation

gestion

AFP

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

AFP

Tunisie: le gouvernement défend sa gestion de la crise

Tunisie: le gouvernement défend sa gestion de la crise

AFP

Chute du rand: le nouveau ministre sud-africain des Finances promet "une gestion budgétaire saine"

Chute du rand: le nouveau ministre sud-africain des Finances promet "une gestion budgétaire saine"

droits

AFP

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

Burundi: la plus ancienne ligue des droits de l'homme "radiée"

AFP

Centrafrique: les violations des droits de l'homme en hausse, selon l'ONU

Centrafrique: les violations des droits de l'homme en hausse, selon l'ONU

AFP

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme