SlateAfrique

mis à jour le

La Corée du Sud s'installe en Afrique

Depuis plusieurs années, la Chine joue un rôle croissant dans l’économie africaine. Mais un autre pays asiatique compte s’installer à son tour durablement sur le continent. 

Le 1er septembre 2011, le site How We Made It In Africa rapportait que le groupe sud-coréen Samsung allait développer des produits conçus exclusivement pour l’Afrique. Le géant des télécommunications devrait lancer sur le marché kenyan le Netbook NC215S.

Ce mini-ordinateur fonctionnera à l’énergie solaire. Il permettra à des populations dépourvues d’électricité d’avoir accès à l’informatique. Grâce à un centre de recherche, qui devrait être opérationnel en 2013, Samsung veut créer des produits dédiés au marché kenyan. Robert Ngeru, représentant de la société détaille la stratégie de la marque:

«Notre objectif est de promouvoir la coopération, l’innovation et l’échange d’idées en technologie afin que nos produits continuent de répondre aux besoins et aux conditions du continent.»

A terme, la firme sud-coréenne souhaiterait développer des produits «construits en Afrique, pour l’Afrique, par l’Afrique.»

En mai, Samsung  était déjà présent au Kenya. Nairobi, la capitale, a accueilli une conférence de presse internationale et le Samsung Africa Forum. Lors de cet évènement, des portables, des tablettes et des téléviseurs ont été présentés au public. Récemment, le groupe a ouvert 130 magasins dans 40 pays d’Afrique. Auparavant, on recensait 70 boutiques dans tout le continent.

A l’image de Samsung, c’est toute la Corée du Sud qui compte investir le marché africain. L’Etat souhaite devenir un collaborateur privilégié du continent. Le vice-ministre de l’Economie et du Savoir, Kyung Won Kim, lors du 1er Forum sur les investissements et le commerce en Afrique début 2011, avait établi la stratégie du «pays du matin frais» :

«Afin d’atteindre l’objectif de plus de mille milliards de dollars d’échanges commerciaux, la Corée du Sud doit ajuster sa perception de l’Afrique et commencer à la considérer comme un marché émergent de premier ordre», avait-il déclaré.

Entre 2005 et 2009, les investissements de la Corée du Sud sur le continent ont été multipliés par trois, passant de 129,7 millions à 388,4 millions de dollars. Le pays souhaite également  augmenter le budget de 17,3% de la Koica, l’agence coréenne de coopération internationale, pour les projets d’assistance en Afrique.

Lu sur How We Made It In Africa