mis à jour le

Patrouille de l'armée nigérienne dans le nord du pays © ISSOUF SANOGO / AFP
Patrouille de l'armée nigérienne dans le nord du pays © ISSOUF SANOGO / AFP

Le Sahel de tous les dangers

Attaques islamistes, trafic de drogue, risque de famine et explosion démographique. Le Sahel est-il en train de devenir un nouvel Afghanistan, une de ces «zones grises» du monde qui échappent à tout contrôle étatique?

Mise à jour du 6 janvier 2012: Un membre d'Aqmi a témoigné sur l'affaire des deux Français tués au Niger. Il a déclaré que l'un des deux otages, Vincent Delory, a péri brûlé dans le 4x4, qui transportait de l'essence, à la suite des tirs qui l'ont touché. Les ravisseurs ont déclaré avoir exécuté un seul otage, Antoine de Léocour. La famille de Vincent Delory accuse les forces françaises d'avoir ouvert le feu sur le véhicule dans lequel il se trouvait, provoquant sa mort.

***

Mise à jour du 25 novembre 2011: Trois Européens ont été enlevés et un autre a été tué à Tombouctou (nord du Mali), au lendemain du rapt de deux Français à Hombori, une localité située plus au sud, a appris le 25 novembre l'AFP de sources sécuritaires maliennes.

****

Plusieurs mois de guerre en Libye, suivis de l’effondrement du régime Kadhafi après 42 ans de pouvoir, ont radicalement changé la donne pour les fragiles Etats de la bande sahélienne. Une importante conférence internationale se tient fort à propos  les 7 et 8 septembre à Alger pour faire le point en matière de terrorisme et de criminalité transnationale. Tour d’horizon des lignes de fractures d’une région stratégique qui concentre tous les défis actuel du continent.

al-Qaïda au Sahel islamique

al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) pourrait bien devenir al-Qaïda au Sahel islamique, tant cette région apparaît comme son nouveau sanctuaire. Les combattants d’Abdelmalek Droukdel et d’Abdelhamid Abou Zeid, les principaux responsables d'Aqmi, y multiplient depuis déjà plusieurs années attaques et enlèvements d’Occidentaux.

Mais la crise libyenne semble avoir donné un nouvel élan aux djihadistes qui ont acquis de nouvelles armes auprès des belligérants libyens. Selon plusieurs sources, ils auraient notamment en leur possession de redoutables missiles sol-air, de type Sam-7. Mais auraient aussi reconstitué leurs stocks d’AK 47, d’explosifs et de lance-roquettes.

De plus, des centaines de combattants touareg ayant fait allégeance à Kadhafi reviennent actuellement au Mali et Niger, aggravant encore un peu plus la situation sécuritaire. Fin juin et début juillet 2011, les violents combats ayant opposé l’armée mauritanienne aux combattants islamistes dans la forêt de Wagadou (Mali), ont montré que les hommes d’Aqmi pouvaient résister farouchement à une armée conventionnelle qui utilise artillerie, avions et hélicoptères de combat. Ce n’est pas un bon signe.

Les islamistes se sont finalement retirés de la forêt de Wagadou, une de leurs bases, près de la frontière mauritanienne. Mais ils sont toujours aussi présents dans l’est de la Mauritanie et surtout dans le nord du Mali, où des camps d’entraînement sont installés depuis des années.  Les nouvelles recrues y passent avant de retourner dans leur pays d’origine. Historiquement liée à l’Algérie, Aqmi recrute en effet de plus en plus en Afrique subsaharienne. Et des liens existent désormais avec le mouvement islamiste nigérian Boko Haram.

Cette «africanisation» d’al-Qaïda va de pair avec la montée en puissance d’un islam politique et l’influence croissante des imams wahhabites (qui prônent un retour à l’islam des origines), même s’il ne faut pas confondre ces religieux avec des combattants islamistes.                 

Depuis plus de 20 ans, l’Arabie saoudite finance écoles coraniques et mosquées dans la bande sahélienne. De plus en plus de jeunes sortent de cette filière d’enseignement, sans avoir jamais fréquenté l’école laïque, sans avoir jamais appris le français (remplacé par l’arabe) et avec très peu de références culturelles occidentales.

Le Pakistan, le Soudan, le Koweït ou l’Iran chiite participent également à cette «ruée vers le Sahel», en finançant des établissements scolaires et religieux. Le nombre de moquées a ainsi explosé à Nouakchott (Mauritanie) ces dernières années.

Ces nouveaux courants de l’islam s’opposent à un islam confrérique, beaucoup plus tolérant, et qui coexiste sans problème majeur avec les apports laïc et occidental, comme au Sénégal.

Le «maillon faible» malien

Grand comme deux fois et demie la France, mais en grande partie désertique, le Mali est souvent considéré comme le «maillon faible» de la lutte anti-terrorisme. Curieux paradoxe pour ce pays démocratique, dirigé par le président Amadou Toumani Touré depuis 2002.

Fait exceptionnel en Afrique, le chef de l’Etat du Mali a annoncé qu’il ne se représenterait pas en 2012, quittant volontairement le fauteuil présidentiel, suivant ainsi la voie du Sénégalais Léopold Sédar Senghor en 1980. Mais durant ses deux mandats, la situation sécuritaire s’est considérablement dégradée dans le nord désertique du pays. Après une rébellion touareg, ce sont les combattants d’Aqmi qui occupent le terrain, au point qu’une grande partie du Nord semble maintenant échapper à l’autorité de Bamako.

L’armée malienne paraît incapable de faire face, seule, à Aqmi. Au point que l’armée mauritanienne multiplie les raids à l’intérieur du territoire malien pour combattre les islamistes armés. Le nord du pays est également livré aux trafiquants en tout genre: cigarettes, carburant, mais aussi de plus en plus cannabis, héroïne et cocaïne. Un Boeing bourré de coke venant du Venezuela s’y est même posé en novembre 2009, confirmant que la région était désormais devenue une «zone grise».

Mais de plus en plus de spécialistes s’interrogent: comment tous ces trafics, ces attaques islamistes, ces enlèvements peuvent prospérer et perdurer sans un minimum de complicité, au niveau local, régional, voire national et international? Cette question sera sans doute au centre de la conférence d’Alger.

Avant sa mort le 26 août 2011 dans un «accident» de voiture, un chef rebelle touareg dissident, Ibrahim Ag Bahanga, avait donné son point de vue, même s’il était probablement excessif, lors d’un entretien avec El Watan:  

«C’est avec l’autorisation de Bamako que les otages sont enlevés et c’est toujours avec sa bénédiction qu’ils sont dirigés vers le nord du Mali, pour y être cachés et protégés.»

Selon lui, les Occidentaux paient des rançons pour leurs otages «tout en sachant que cet argent va financer Aqmi et ses prestataires de services».

Qui va contrôler le Sahel?

Si plusieurs capitales, notamment Bamako (Mali) et Niamey (Niger), ont perdu le contrôle d’une partie de leur territoire, qui va mettre de l’ordre dans cette région pour l’empêcher de devenir un nouvel «Afghanistan» avec ses talibans ou ressembler aux «zones tribales» du Pakistan, qui servent de refuge à al-Qaida?

Ancienne puissance coloniale, la France reste très présente dans la région. Mais que peut faire Paris? En janvier, des militaires français avaient tenté de libérer deux Français qui venaient d’être enlevés à Niamey. Des affrontements avaient eu lieu au Mali, près du Niger, avec les ravisseurs liés à Aqmi. Mais les deux Français avaient été tués. L’échec de ce raid a souligné la difficulté de ce genre d’opération.

De plus, une intervention militaire de grande envergure de la France dans le Sahel pourrait se heurter à une vive hostilité d’une partie de la population et de l’opinion publique et surtout de l’Algérie, qui veille à ce que Paris et Washington n’installent pas leurs soldats à ses frontières méridionales.

Paris a été en pointe pour renverser le régime de Kadhafi. Toutefois, une intervention d’envergure dans le Sahel serait beaucoup plus délicate à gérer  tant diplomatiquement que militairement.

En attendant, la France déconseille vivement à ses ressortissants de se rendre dans une grande part de la Mauritanie, du Mali et du Niger ainsi que dans le sud de l’Algérie.  Cependant,  quatre Français restent détenus depuis un an par Aqmi, après avoir été enlevés dans la cité d’Arlit, un important site d’extraction d’uranium dans le nord du Niger. Le contrôle du Sahel passe donc par une plus grande coopération régionale plutôt qu’une intervention occidentale.

Malnutrition et explosion démographique

En plus d’énormes défis sécuritaires, qui plombent tout développement économique et ruinent le secteur touristique, les pays de la bande sahélienne sont confrontés à de graves problèmes d’ordre structurel. Une démographie galopante, conjuguée à l’avancée du désert et donc à des récoltes toujours plus faibles, provoque en effet une situation de malnutrition chronique dans de nombreuses régions.

S’il y a un pays qui concentre tous ses problèmes, c’est bien le Niger. Grand comme deux fois et demie la France, mais couvert à plus de 80% par le Sahara, ce pays est un important carrefour entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne.

Il est en outre situé entre la Libye, où la situation est loin d’être stabilisée, et le Nigeria, où les islamistes de Boko Haram multiplient les attaques. Si le «domino nigérien» tombe dans une instabilité chronique, un nouvel arc de crise, allant de la Libye au Nigeria, se superposerait à celui allant déjà de la Mauritanie au Soudan. Le Niger a le taux de fécondité le plus élevé au monde avec plus de sept naissances par femme en moyenne, suivi de peu par la Somalie (6,4 enfants par femme). 

A son indépendance en 1960, le Niger comptait moins de deux millions d’habitants, contre 15 millions aujourd’hui. En 2050, il pourrait en avoir près de 60 millions, soit une des plus fortes croissances démographiques au monde dans un des pays les plus pauvres de la planète.

A ce rythme-là, c’est une véritable «bombe démographique» qui risque d’exploser, provoquant famine à très grande échelle et déplacements massifs de population. Déjà en 2010, dix millions d’habitants ont été durement affectés par la sécheresse. En 2011, la vulnérabilité alimentaire s’est accrue en raison de la forte baisse des transferts des migrants travaillant en Côte d’Ivoire et surtout en Libye. Le planning familial a fait ses preuves dans d’autres pays africains, d’autres pays arabo-musulmans. Il continuera d’échouer au Niger sans une réelle amélioration de la condition de la femme, qui passe par le contrôle des naissances et  la lutte contre l’analphabétisme. L’avenir du Sahel se joue en grande partie au Niger.

Adrien Hart

 

A lire aussi

Le Mali et la Mauritanie s'associent contre le terrorisme d'Aqmi

La Mauritanie en guerre contre Aqmi

Au Sahel, al-Qaïda a déjà gagné

 Aqmi kidnappe, le tourisme trinque

Les inquiétantes mutations africaines d'al-Qaïda

Adrien Hart

Adrien Hart est journaliste, spécialiste de l'Afrique.

Ses derniers articles: L'Afrique qui marche est anglophone  Le Sénégal a du pain sur la planche  Mali: Paris et Washington, pas d'accord 

Abdelhamid Abou Zeid

Djihad

Le Sahel, sanctuaire d'al-Qaida

Le Sahel, sanctuaire d'al-Qaida

Abdelmalek Droukdel

Document exclusif

Dans la tête d'un chef terroriste d'Aqmi

Dans la tête d'un chef terroriste d'Aqmi

Nord-Mali

Le jeu trouble du djihadiste Mokhtar Belmokhtar

Le jeu trouble du djihadiste Mokhtar Belmokhtar

Aqmi

AFP

Aqmi tire l'essentiel de ses fonds des rançons, selon un diplomate américain

Aqmi tire l'essentiel de ses fonds des rançons, selon un diplomate américain

Petite compta

La liste des courses des djihadistes d'Aqmi

La liste des courses des djihadistes d'Aqmi

AFP

L'armée française met la pression sur Aqmi dans le nord du Mali

L'armée française met la pression sur Aqmi dans le nord du Mali