mis à jour le

Moscou pointe l’opposition de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie

Moscou estime que les informations faisant état de la récente utilisation d’armes chimiques en Syrie pourraient constituer une action préméditée par l’opposition terroriste et revêtir un caractère provocateur, a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.
« On voit apparaître de plus en plus de témoignages attestant que cet acte criminel revêt les traits d’une provocation », lit-on dans la déclaration.
« Selon des messages circulant sur Internet, des documents consacrés à cet incident et rejetant la responsabilité sur les troupes gouvernementales ont été mis en ligne quelques heures avant l’attaque présumée », a poursuivi M. Loukachevitch.
« Il s’agit donc d’une action projetée à l’avance », a constaté le diplomate.
Il a vivement critiqué les appels à faire pression sur le Conseil de sécurité de l’ONU pour le contraindre à décider d’un recours à la force contre la Syrie.
« Nous jugeons inadmissibles les appels émanant de certaines capitales européennes à exercer une pression sur le Conseil de sécurité de l’ONU pour l’amener à adopter dès maintenant la décision d’employer la force armée », a conclu le porte-parole de la diplomatie russe.

L’opposition ne coopère pas pour enquêter

L’opposition syrienne ne se montre pas disposée à garantir la sécurité des experts de l’ONU, ce qui entrave le lancement d’une enquête sur l’utilisation présumée d’armes chimique dans le pays, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

« L’opposition refuse de donner des signaux si nécessaires aujourd’hui, y compris en ce qui concerne sa disposition à assurer la sécurité et le travail efficace des experts onusiens », lit-on dans la déclaration du porte-parole mise en ligne sur le site de la diplomatie russe.

Ce comportement « empêche de lancer une enquête objective sur les affirmations faisant état de l’usage présumé d’armes chimiques en Syrie », a indiqué Loukachevitch, ajoutant qu’il s’agissait d’une « enquête réclamée par différents pays, y compris par la Russie ».

Une haute représentante de l’ONU se rend à Damas ,samedi 

La sous-secrétaire générale au Désarmement de l’Onu, Angela Kane, se rendra samedi à Damas à l’occasion d’une enquête sur l’usage soupçonné d’armes chimiques dans une banlieue de la capitale syrienne, a annoncé vendredi le porte-parole adjoint de l’Onu, Eduardo del Buey.

« Le secrétaire général (Ban Ki-moon) a chargé sa Haute représentante de se rendre à Damas où elles est attendue samedi », a déclaré M.del Buey devant les journalistes à New York.

Et d’ajouter que M.Ban appelait les autorités et l’opposition syriennes à coopérer lors de l’enquête sur l’incident du 21 août dans une banlieue de Damas.

Le secrétaire général a insisté sur une enquête approfondie, impartiale et prompte qui fasse toute la lumière sur l’incident de mercredi.

Des médias ont rapporté mercredi 21 août que les forces gouvernementales syriennes avaient lancé une attaque chimique dans une banlieue de Damas, faisant plus de 600 morts. La Coalition nationale de l’opposition syrienne affirme pour sa part que le nombre de morts pourrait atteindre 1.300 personnes. Les autorités syriennes et le commandement militaire du pays ont ensuite démenti ces informations.

Par ailleurs, un haut responsable de la sécurité à Damas a formellement démenti ces accusations de l’opposition, déclarant qu’utiliser ces armes le premier jour de travail des experts de l’Onu en Syrie aurait été « un suicide politique ».

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Moscou

AFP

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

AFP

Crash en Egypte: Moscou admet un possible acte "terroriste", Londres désigne l'EI

Crash en Egypte: Moscou admet un possible acte "terroriste", Londres désigne l'EI

AFP

Crash en Egypte: Moscou doute de la revendication de l'EI

Crash en Egypte: Moscou doute de la revendication de l'EI

Syrie

AFP

Moins de journalistes tués en 2016 mais un lourd bilan en Syrie

Moins de journalistes tués en 2016 mais un lourd bilan en Syrie

AFP

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

AFP

Plus de combattants de l'EI en Libye, moins en Irak et Syrie

Plus de combattants de l'EI en Libye, moins en Irak et Syrie