SlateAfrique

mis à jour le

Disparition de la grande égyptologue Christiane Desroches Noblecourt


Légyptologue et écrivain,Christiane Desroches-Noblecourt le 14 octobre 1992 à Paris AFP/Archives JOEL ROBINE

La célèbre égyptologue Christiane Desroches Noblecourt ,qui s'est battue pour sauver les temples de Nubie en Haute-Egypte et a su rendre rendre populaire l'Egypte ancienne auprès des Français, est décédée jeudi à l'âge de 97 ans.

Mme Desroches Noblecourt est morte dans une maison de retraite, proche de sa demeure de Sézanne dans la Marne, a annoncé vendredi à l'AFP son éditeur Télémaque.

Le président Nicolas Sarkozy lui a rendu hommage en saluant "la grande dame du Nil". "Avec Christiane Desroches Noblecourt, c'est la digne héritière de Champollion qui vient de nous quitter", a estimé l'Elysée.

Le président-directeur du Louvre, Henri Loyrette, a souligné que Christiane Desroches Noblecourt a su, à travers "une longue et très belle carrière", rendre l'égyptologie "véritablement populaire, au meilleur sens du terme".

"Avec énergie et passion, elle a largement contribué au rayonnement du département des antiquités égyptiennes du Louvre", a déclaré à l'AFP M. Loyrette.

Première femme égyptologue, résistante pendant la Seconde guerre mondiale, Christiane Desroches Noblecourt a fait sa carrière au Louvre et fini par prendre la tête du département des antiquités égyptiennes.

Guillemette Andreu, qui dirige à présent ce département, évoque "son culot, son audace, sa motivation, sa passion" mis au service de l'égyptologie.

Mme Andreu souligne qu'elle a su s'imposer comme femme dans un milieu d'égyptologues à l'époque entièrement masculin. Un jour, pour lui jouer un tour, certains de ses collègues l'avaient même enfermée dans une tombe où elle avait dû passer la nuit, raconte Mme Andreu.

Mais rien n'arrêtait cette femme de petite taille, assez forte, et toujours bien coiffée. Au point que l'on parle d'elle aujourd'hui comme d'une "grande dame" ou d'une "grande prêtresse".

Elle avait de la voix, du bagout et un tempérament très fort.

Passionnée et enthousiaste, Mme Desroches Noblecourt a organisé la célèbre exposition sur Toutankhamon en 1967 à Paris, qui a accueilli près d'1,3 million de visiteurs. Et celle sur Ramsès II, qui a recontré un succès presque identique. Elle a aussi écrit de très nombreux ouvrages.

"Elle avait un sens magnifique de la médiation, de la vulgarisation. Elle savait faire revivre Ramsès II comme si elle avait pris un verre avec lui la veille", souligne Guillemette Andreu. "Elle a fait entrer l'Egypte dans la culture générale des Français", ajoute-t-elle.

Intrépide, Christiane Desroches Noblecourt n'avait peur de rien, discutant avec les puissants pour défendre les antiquités égyptiennes. Au cours d'une carrière de plus de 50 ans, elle a permis de préserver vingt-quatre temples de Nubie, en Haute-Egypte. Elle a notamment joué un rôle majeur lors de la construction du barrage d'Assouan et du sauvetage du temple d'Abou Simbel.

Pendant la Seconde guerre mondiale, elle était parvenue à cacher en province des chefs-d'oeuvre égyptiens conservés au Louvre.

Première femme à avoir reçu la médaille d'or du CNRS, elle a également été couronnée par la médaille d'argent de l'Unesco et est l'une des très rares femmes grand'croix de la Légion d'honneur.

"C'était une figure légendaire de l'égyptologie. Tous ceux qui l'ont connue étaient séduits par son érudition rare et sa passion pour l'Egypte", commente l'ancien ministre de la Culture, Jack Lang.