mis à jour le

Le Pit renvoie Macky à ses responsabilités

Le Parti de l'indépendance et du travail (Pit) demande à Macky Sall et à son gouvernement de « ne plus s'enfermer dans les schémas rigides de certains de ses bailleurs qui, ici comme ailleurs, ont fini par révéler leurs insuffisances», a-t-il affirmé dans une déclaration. Il est convaincu que c'est dans des solutions endogènes, consensuelles, innovantes que se trouve le salut du pays. Le pays doit se mettre au travail et que le gouvernement doit davantage insister « sur le fait que rien ne s'obtiendra sans labeur, pas plus qu'aucun résultat ne sera atteint sans que le peuple sénégalais, dans sa majorité, ne se regarde en face et ne se dise que le salut ne réside nulle part ailleurs si ce n'est dans la synergie des efforts ».

Pour le parti de l'indépendance et du travail (Pit), il apparaît, de plus en plus, que «le Sénégal ne peut espérer s'en sortir en s'enfermant dans les schémas rigides de certains de ses bailleurs qui, ici comme ailleurs, ont fini par révéler leurs insuffisances». Les camarades de Maguette Thiam et d'Amath Dansokho proposent des solutions endogènes, consensuelles, innovantes. D'où l'impératif, disent-ils, de «renforcer la cohésion au sein de la coalition Bennoo Bokk Yakaar, de la conforter par un dialogue permanent avec toutes les forces de progrès, désireuses de hisser au plus haut le drapeau national». De ce point de vue, une première étape que la coalition au pouvoir se doit de franchir au plus vite est, selon le Pit, «la création d'espaces appropriés d'échanges sur les questions d'envergure à retentissement certain sur le devenir du Sénégal».

Le Pit demande que le régime du Président Macky Sall, pour avoir commencé à trouver des solutions de fond à ces problèmes, soit pleinement soutenu. Mais, «un soutien critique qui, tout en typant les insuffisances, ne doit - ne serait-ce qu'un seul instant - oublier l'ampleur des défis ou minorer l'âpreté des chemins à prendre pour mettre en ½uvre de véritables solutions». Et d'ajouter : «A cet égard, les cris d'orfraie de ceux qui pendant plus d'une décennie se sont évertués à piller le Sénégal doivent être perçus pour ce qu'ils sont». Une volonté, selon lui, «d'installer la confusion, d'instaurer le désespoir, de faire croire que le Sénégal ne peut se déprendre des maux qui pendant trop longtemps l'ont plombé».

Pour Amath Dansokho et ses camarades, « à ceux-là, à leurs divers soutiens, la seule réponse à apporter est celle-ci : continuer, méthodiquement et au quotidien, à prendre en charge les besoins des sénégalais, en veillant, scrupuleusement, à l'exigence d'équité et de justice sociale pour que, définitivement, plus rien ne soit comme avant ». Et que «le Président de la République, son gouvernement, sa coalition doivent persévérer, sans faiblir, ni se laisser divertir dans la rude mais exaltante ½uvre de redressement national»

Le Pit conseille au Président Macky Sall et à son gouvernement, «tout en continuant à donner le meilleur d'eux-mêmes, davantage insister sur le fait que rien ne s'obtiendra sans labeur, pas plus qu'aucun résultat ne sera atteint sans que le peuple sénégalais, dans sa majorité, ne se regarde en face et ne se dise que le salut ne réside nulle part ailleurs si ce n'est dans la synergie des efforts, l'instauration d'une dynamique d'échange sur toute question fondamentale entre les composantes de la coalition Bennoo Bokk Yakaar, et l'engagement collectif à ne rien exiger des autres qu'on ne s'évertue, le tout premier, à faire soi-même»

En effet, souligne le Pit, en prenant le pouvoir au soir du 25 mars 2013, l'actuel régime «ne pouvait ignorer ni l'étendue des défis à relever, ni les légitimes espoirs que les populations sénégalaises, en démettant Abdoulaye Wade, nourrissaient ». Le message des Sénégalais était que des «solutions concrètes soient apportées aux affres des inondations, aux récurrents et pernicieux délestages, à la crise systémique de l'Ecole, au manque criard d'emplois, à la cherté des produits de première nécessité, à la corruption endémique, bref au profond mal vivre devenu le lot quotidien de la plupart d'entre eux».

Le Pit de rappeler que « la mission du Président Macky Sall, celle de Bennoo Bokk Yakaar, c'est de trouver des réponses pertinentes face à toutes ces urgences ne relevant nullement d'une quelconque fatalité ». Et d'ajouter : «Le Sénégal a trop souffert des passe-droits, des abus de toute nature, de l'accaparement indu, du laisser-faire ou laisser-aller quasi général. Aussi des campagnes oubliées - ou presque - sont parties des cohortes de compatriotes qui se sont installés comme ils le pouvaient au flanc des grandes villes... Ainsi des voies d'eau ont-elles été obstruées par des spéculateurs sans âme, n'hésitant pas à morceler et à vendre des zones que rien ne destinait à l'habitation... De même, pendant trop longtemps, des priorités ont été occultées au profit d'options privilégiant les intérêts d'une étroite minorité au détriment du grand nombre...»

Dès lors il n'y a rien de surprenant, selon le Pit, dans le fait que le Sénégal «se retrouve encerclé par des urgences de toute nature : inondations, emplois, prix prohibitifs, fourniture énergétique suffisante et à coût supportable...»

sud quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye