mis à jour le

Tourisme à Bandiagara : LE PAYS DOGON SINISTRE

La crise a plombé le secteur en faisant fuir les touristes. Du coup, toute la contrée est plongée dans le marasme

Le pays dogon, inscrit depuis décembre 1989 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO sous le nom « Falaise de Bandiagara », fait partie des destinations touristiques les plus prisées de notre pays, grâce à son potentiel culturel riche et varié. Il recevait en moyenne chaque année 40.000 touristes. Les retombées économiques pour la région de Mopti étaient estimées à environ 6 milliards de Fcfa.

Mais depuis 2009-2010, le Pays dogon est classé dans les zones orange ou rouge par des  pays comme la France, les Etats-Unis, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, l'Italie, la Suède, la Norvège, etc. Cette « zone rouge » sur la carte du Mali est interdite pour cause d'insécurité aux ressortissants de ces pays qui fournissent le plus gros contingent de touristes visitant notre pays.

Cette alerte a provoqué une décroissance rapide et même l'arrêt du flot de visiteurs dans les villages et sur les sites majeurs du pays dogon. Les campagnes de sensibilisation menées par des opérateurs touristiques, le ministère du tourisme et les plus hautes autorités du pays, n'y ont rien pu. Et pour cause, la violence avait largement débordé du Septentrion de notre pays pour s'étendre dans la Région de Mopti.

La crise a commencé à se faire sentir dès 2010. Selon les données statistiques fournies par le bureau mopticien de l'OMATHO, le Pays dogon qui avait enregistré 9552 arrivées touristiques au premier trimestre 2010, n'en recevait plus que 3729 au premier trimestre 2011. Le tourisme solidaire qui n'est pas épargné, apportait beaucoup aux communautés vivant sur les sites touristiques grâce à la construction d'infrastructures comme les écoles, les centres de santé, les puits à grand diamètre, sans compter les dons de fournitures solaires.

La crise a également occasionné une baisse significative des ressources des collectivités territoriales car les contribuables n'arrivent plus à faire face au paiement régulier de leurs taxes et impôts. L'arrêt des activités touristiques a eu d'autres conséquences importantes comme la baisse du pouvoir d'achat et la hausse des prix des produits de première nécessité, le manque d'entretien des biens du patrimoine et infrastructures culturelles et touristiques, l'exode rural, le vol, la consommation des stupéfiants.

 

Situation catastrophique. Pour  le maire de la commune rurale de Sangha et président de l'Association des municipalités du Mali à Bandiagara, Aly Inogo Dolo, les acteurs touristiques, les collectivités payent aussi un lourd tribut à la crise. Pour lui, les collectivités abritant des sites touristiques vivent une situation catastrophique depuis le début de la crise. Le tourisme qui était le plus gros pourvoyeur de ressources, n'en produit plus.

Les acteurs du secteur (guides, hôteliers, restaurateurs, agences de voyage, tours opérateurs, etc.) ont été contraints de chercher d'autres alternatives pour échapper à la situation. Le président de l'Association des guides et porteurs du pays dogon, Ankoundia dit Baba Napo, confirme que depuis le classement du pays dogon dans la « zone rouge », le calvaire a commencé pour les acteurs du secteur. « Quand le tourisme marchait bien, toute la population profitait des ressources générées par le secteur. Mais aujourd'hui ce n'est pas le cas », regrette-t-il. Baba Napo rêve de lendemains meilleurs pour le secteur. Il compte pour cela sur les nouvelles autorités pour convaincre les Occidentaux de lever l'interdiction de visite qui frappe le pays dogon. Au cas où le retour des touristes ne peut être immédiat, Ankoundia suggère que l'Etat aide les acteurs dés½uvrés à mener d'autres activités génératrices de revenus. Le guide touristique Mabo Thiam en appelle aussi aux nouvelles autorités du pays pour travailler à la reprise des activités touristiques qui représentent une véritable industrie.

Certains acteurs du tourisme ont d'ailleurs entamé leur reconversion. C'est le cas de Dramane Tapily. Cet antiquaire est devenu aujourd'hui commerçant d'épices. Pour lui, il n'y a pas de sot métier mais de sottes gens. Au lieu de s'asseoir et de croiser les bras, il a décidé de se lancer dans le commerce des épices. Il s'en sort bien même si les revenus ne sont pas comparables à ceux de son activité d'antiquaire.

Tourisme BandiagaraLes hôteliers figurent parmi les acteurs les plus affectés par la crise. Selon Fousseiny Guindo, le gérant de l'hôtel Falaise, l'un des plus grands établissements en temps normal, l'affluence était si grande que certains touristes, faute de place dans les chambres, acceptaient de dormir sur les toits en terrasse. Son établissement employait une trentaine de personnes.

Mais depuis le début de la crise, l'hôtel Falaise n'a reçu que quelques nationaux intervenant dans les ONGs. L'établissement a abrité aussi quelques ateliers de formation. « Cette crise nous a conduit à réduire le personnel qui ne dépasse pas aujourd'hui la dizaine », révèle le gérant.

Pour le tout nouveau chef de la Mission culturelle de Bandiagara, Pierre Guindo, le tourisme est un secteur transversal qui mérite d'être sauvé à tout prix parce qu'il constitue l'un des plus grands pourvoyeurs de revenus au Mali. Il préconise que les nouvelles autorités s'activent afin que le Pays dogon redevienne une « zone verte », en renforçant le dispositif sécuritaire. Il plaide aussi pour des appuis immédiats aux acteurs du tourisme pour qu'ils puissent développer des activités alternatives comme par exemple l'embouche bovine ou encore le commerce.

O. GUINDO

AMAP-Bandiagara

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

tourisme

Environnement

La COP22 de Marrakech aura surtout été bénéfique au tourisme marocain

La COP22 de Marrakech aura surtout été bénéfique au tourisme marocain

Voyage

L'Afrique du Sud est la destination préférée des touristes sur le continent

L'Afrique du Sud est la destination préférée des touristes sur le continent

AFP

Le braconnage des éléphants prive le tourisme africain de 25 millions de dollars

Le braconnage des éléphants prive le tourisme africain de 25 millions de dollars

Bandiagara

La Rédaction

Eau, hygiène et assainissement : DES EQUIPEMENTS POUR LES ECOLES DE BANDIAGARA

Eau, hygiène et assainissement : DES EQUIPEMENTS POUR LES ECOLES DE BANDIAGARA

Coupé Décalé

Mali, que va-t-on faire de toi?

Mali, que va-t-on faire de toi?

reconquête

«La Venise du Mali» prépare la guerre

«La Venise du Mali» prépare la guerre

pays

AFP

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

AFP

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique