mis à jour le

Partisan des Frères musulmans, le 18 août 2013, au Caire. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh
Partisan des Frères musulmans, le 18 août 2013, au Caire. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Les Frères musulmans appellent à un «vendredi des martyrs»

Les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi ont appelé à de grandes manifestations contre le pouvoir militaire.

Les Frères musulmans ont-ils encore les moyens de mobiliser leurs disciples? Depuis plus d'une semaine, la confrérie semble perdre pied dans une Egypte qui leur est profondément hostile. Près d'un milliers de partisans ont trouvé la mort ces derniers jours et des centaines ont été arrêtés. Le guide suprême de la confrérie, Mohamed Badie, ainsi que d'autres cadres, attendent leur jugement derrière les barreaux de la prison de Tora, au Caire. Quant au président islamiste Mohamed Morsi, il est toujours détenu dans un lieu secret depuis sa destitution le 3 juillet dernier.

Une semaine après «le vendredi de la colère», qui s'était soldé par la mort d'une centaine de manifestants, les partisans du président islamiste Mohamed Morsi ont appelé à de nouvelles manifestations pour le «vendredi des martyrs».

Face à cet engrenage de violence, l'Union européenne a décidé la suspension des licences d'exportation vers l'Egypte d'équipements sécuritaires et d'armes et va réexaminer l'aide importante qu'elle apporte au Caire. Washington fait également peser la menace d'une rupture des aides financières, mais l'Arabie saoudite a promis qu'elle compenserait avec ses alliés du Golfe tout arrêt de l'aide occidentale.

De son côté, l'ex-président Hosni Moubarak, renversé par une révolte populaire début 2011, a pu quitter sa prison jeudi 22 août, en milieu de journée. Il est désormais assigné à résidence dans un hôpital militaire du Caire. Son procès pour meurtre de manifestants reprendra ce dimanche.

Pour Washington, le sort de Hosni Moubarak relève des affaires intérieures de l'Egypte. Concernant Mohamed Morsi, «notre position reste la même: nous pensons qu'il devrait y avoir un processus pour sa remise en liberté», a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki.

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

Manifestation

AFP

Malawi: manifestation contre l'avortement et l'homosexualité

Malawi: manifestation contre l'avortement et l'homosexualité

AFP

Zimbabwe: la police réprime une manifestation de l'opposition

Zimbabwe: la police réprime une manifestation de l'opposition

AFP

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Morsi

AFP

Egypte: la justice annule une peine de prison

Egypte: la justice annule une peine de prison

AFP

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

AFP

Egypte: Morsi écope de 20 ans de prison, premier verdict définitif

Egypte: Morsi écope de 20 ans de prison, premier verdict définitif